Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Asie - pacifique

Inculpation d'un ancien chef de la police proche de Bo Xilai

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

Wang Lijun, ex-chef de la police de la mégapole chinoise de Chongqing (centre), a été inculpé pour abus de pouvoir et corruption. Réputé pour ses méthodes musclées, cet officier était le bras droit du dirigeant Bo Xilai, tombé en disgrâce.

AFP - Le chef de la police au centre du retentissant scandale Bo Xilai, qui ébranle depuis des mois le Parti communiste en Chine, a été inculpé de défection, abus de pouvoir et corruption, a annoncé mercredi soir l'agence Chine Nouvelle.

Ces chefs d'inculpation visent Wang Lijun, ancien responsable de la police de la mégapole de Chongqing et bras droit du dirigeant Bo Xilai, tombé en disgrâce. M. Wang avait tenté en février de trouver refuge dans un consulat américain, un épisode rocambolesque qui a déclenché le scandale Bo Xilai.

Ce policier connu pour ses méthodes musclées a été également inculpé de "détournement de la loi à des fins personnelles".

Il n'a pas été vu depuis début février, quand il avait été officiellement "autorisé à bénéficier d'un congé maladie" pour surmenage.

Une explication qui avait laissé sceptiques beaucoup en Chine, l'argument ayant déjà été utilisé par le pouvoir communiste pour effectuer des purges.

Première publication : 05/09/2012

  • CHINE

    Quatre policiers chinois reconnaissent avoir protégé l'épouse de Bo Xilai

    En savoir plus

  • CHINE

    Bo Xilai, l'étoile déchue du Parti communiste chinois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)