Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Inculpation d'un ancien chef de la police proche de Bo Xilai

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

Wang Lijun, ex-chef de la police de la mégapole chinoise de Chongqing (centre), a été inculpé pour abus de pouvoir et corruption. Réputé pour ses méthodes musclées, cet officier était le bras droit du dirigeant Bo Xilai, tombé en disgrâce.

AFP - Le chef de la police au centre du retentissant scandale Bo Xilai, qui ébranle depuis des mois le Parti communiste en Chine, a été inculpé de défection, abus de pouvoir et corruption, a annoncé mercredi soir l'agence Chine Nouvelle.

Ces chefs d'inculpation visent Wang Lijun, ancien responsable de la police de la mégapole de Chongqing et bras droit du dirigeant Bo Xilai, tombé en disgrâce. M. Wang avait tenté en février de trouver refuge dans un consulat américain, un épisode rocambolesque qui a déclenché le scandale Bo Xilai.

Ce policier connu pour ses méthodes musclées a été également inculpé de "détournement de la loi à des fins personnelles".

Il n'a pas été vu depuis début février, quand il avait été officiellement "autorisé à bénéficier d'un congé maladie" pour surmenage.

Une explication qui avait laissé sceptiques beaucoup en Chine, l'argument ayant déjà été utilisé par le pouvoir communiste pour effectuer des purges.

Première publication : 05/09/2012

  • CHINE

    Quatre policiers chinois reconnaissent avoir protégé l'épouse de Bo Xilai

    En savoir plus

  • CHINE

    Bo Xilai, l'étoile déchue du Parti communiste chinois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)