Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

La France sort du top 20 des pays les plus compétitifs, selon le Forum économique mondial

© World Economic Forum

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

La Suisse reste, pour la quatrième année consécutive, le pays le plus compétitif au monde, selon un rapport publié par le Forum économique mondial. Pour la première fois, la France ne figure plus dans les 20 premiers.

AFP - La Suisse demeure pour la quatrième année consécutive le pays le plus compétitif au monde, alors que d'autres pays et notamment les Etats-Unis ont reculé dans le classement, a annoncé mercredi le Forum économique mondial (WEF).

Singapour conserve sa deuxième place, tandis que la Finlande se classe troisième, faisant reculer la Suède à la quatrième place, suivis des Pays-Bas et de l'Allemagne, selon l'édition 2012 du rapport sur la compétitivité mondiale publié par le WEF.

"La Suisse mérite la première place grâce à l'innovation, aux performances de son système scolaire, aux dépenses élevées en recherche et développement et la solide coopération entre le monde universitaire et le secteur privé", a souligné le WEF.

La Confédération a également été reconnue pour l'efficacité de son marché du travail, pour avoir l'un des environnements macroéconomiques les plus stables au monde, pour la transparence et l'efficacité de ses institutions, ainsi que pour la qualité de son infrastructure et pour son secteur financier fortement développé.

Le classement a cependant été beaucoup moins brillant pour un certain nombre de pays, notamment du Sud de l'Union européenne, en proie à une grave crise économique.

La Grèce, l'un des pays les plus touchés par la crise des dettes publiques, a chuté de la 90ème à la 96ème place du classement de 144 pays, tandis que le Portugal a reculé de quatre rangs à la 49ème place. L'Espagne a conservé cette année sa 36ème position.

La France a par contre quitté le groupe des 20 premiers pays de ce classement, tombant à la 21ème place, alors qu'elle était encore en 18ème position l'année dernière et à la 15ème place en 2010.

Thierry Geiger, économiste au WEF, a indiqué à l'AFP que cette tendance était inquiétante, car elle reflétait une baisse de l'efficacité des gouvernements français ces dernières années, ainsi qu'une détérioration de l'environnement économique et notamment du marché du travail.

Les Etats-Unis, qui trônaient encore au premier rang il y a cinq ans, ont poursuivi leur recul, tombant de la cinquième place l'année dernière à la septième en 2012.

L'économiste du WEF, Margareta Drzeniek Hanouz, a cependant souligné que les Etats-Unis "disposaient toujours d'un des environnements économiques les plus performants au monde".

Les Etats-Unis font cependant face à "d'importantes vulnérabilités macroéconomiques", notamment une hausse du déficit public, des impasses politiques et une perte de confiance dans la classe politique.

Ces difficultés "résultent dans l'incapacité à répondre à certains problèmes importants", a-t-elle ajouté.

L'étude du WEF a été réalisée auprès de 15.000 chefs d'entreprises dans 144 pays.

Première publication : 05/09/2012

  • FRANCE

    "Les contrats aidés, une bonne solution d’urgence contre l'envolée du chômage"

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    Croissance nulle en France pour le troisième trimestre consécutif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)