Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Amériques

La très populaire Michelle Obama ovationnée à la convention démocrate

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

Michelle Obama a reçu un accueil triomphal lors de son discours à la convention démocrate de Charlotte. Brossant un portrait élogieux du président, la première dame a tenu à souligner que Barack Obama était "le même homme" qu’il y a quatre ans.

AFP - Les démocrates ont réservé un triomphe mardi à Michelle Obama qui a brossé un portrait laudateur de son mari Barack dans un discours enlevé, clou d'une première journée de la convention nationale de Charlotte où le républicain Mitt Romney a été vilipendé.

"Nous devons une fois encore nous rassembler, et nous dresser pour l'homme en lequel nous pouvons croire pour faire avancer ce pays", a affirmé la Première dame des Etats-Unis, accueillie par une ovation d'une minute et demie des 6.000 délégués de la grand-messe du parti dans cette ville de Caroline du Nord (sud-est).

Après quatre ans à la présidence, Barack Obama est "le même homme", a-t-elle insisté, faisant l'éloge d'un président qui, a-t-elle dit, partage les valeurs de très nombreux Américains, travail, éducation, honnêteté, intégrité.

"En tant que président vous recevez toute sorte de conseils de toute sorte de gens, mais au final, quand il faut prendre une décision... tout ce que vous avez pour vous guider, c'est vos valeurs, votre vision, et les expériences qui dans votre vie vous ont fait ce que vous êtes", a ajouté celle dont la cote de popularité dépasse les 65%, 20 points de plus que son mari.

Sans le nommer mais offrant un contraste avec M. Romney, dont l'épouse Ann avait chanté les louanges une semaine plus tôt à la convention républicaine de Tampa, Mme Obama a aussi rappelé les origines modestes de son couple.

Portrait de Michelle Obama

"Pour Barack, le succès ne se mesure pas à combien d'argent vous gagnez, mais à la différence que vous faites dans la vie des gens", a affirmé Mme Obama, tour à tour joyeuse, émue, passionnée, mais toujours éloquente face à une forêt de panneaux "Nous aimons Michelle".

Dans cette lutte pour les coeurs des Américains, la Maison Blanche a diffusé une photo de M. Obama et de ses filles regardant leur épouse et mère à la télévision depuis la résidence présidentielle à Washington.

Auparavant, les démocrates, réunis pendant trois jours pour formellement confier à M. Obama la tâche de les mener à la présidentielle du 6 novembre, ont lancé des attaques tous azimuts contre M. Romney.

Défense des acquis des femmes, soutien aux soldats en Afghanistan, réforme de l'assurance-maladie, justice fiscale: le parti a déployé un aréopage de gouverneurs, de candidats mais aussi d'Américains ordinaires pour présenter une image positive du président, et très négative de son adversaire.

PORTRAIT de julian castro
A ce jeu, le jeune maire de San Antonio, Julian Castro, n'a pas déçu ceux qui voyaient en lui un grand espoir du parti. Il a prononcé un discours exaltant les origines modestes de sa famille, en particulier sa grand-mère arrivée du Mexique et sa mère qui a lutté "pour que je puisse tenir ce micro au lieu d'un balai".

Mitt Romney a également subi une attaque posthume mardi, celle du sénateur Ted Kennedy, décédé en 2009 et vainqueur en 1994 d'une élection face à M. Romney. Une vidéo extraite d'un débat télévisé de l'époque a ravi l'assistance de Charlotte: on y voit le républicain se dire en faveur de l'avortement, alors qu'il a depuis adopté une position hostile aux IVG.

Si l'ancien président Bill Clinton sera la vedette de la soirée de mercredi, le point d'orgue de la convention interviendra jeudi soir, quand M. Obama prononcera son discours d'investiture dans un stade de 73.000 places.

M. Obama, attendu mercredi à Charlotte, a conclu mardi par la Virginie une tournée au pas de course qui l'a aussi fait passer par plusieurs Etats-clés sur la carte électorale.

Dans une campagne âpre et serrée, les républicains ont affirmé mardi soir qu'en fin de compte, "les Américains feront rendre des comptes au président Obama pour son bilan". "Notre pays mérite des solutions réelles et un projet pour remettre notre économie sur les rails", a déclaré Andrea Saul, une porte-parole de M. Romney.

Le chômage touche 8,3% de la population active aux Etats-Unis, contre 5% avant la récession de 2007-2009, témoin selon le camp Romney de l'incompétence de M. Obama en la matière.

Pour bien enfoncer le clou, le Parti républicain a diffusé mardi une vidéo comparant M. Obama à Jimmy Carter, président démocrate battu en 1980 par un républicain, Ronald Reagan.

Première publication : 05/09/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Julian Castro, l'atout latino de Barack Obama

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    À deux mois de la présidentielle, Romney rattrape Obama dans les sondages

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Mitt Romney veut tourner la page de "quatre années de présidence Obama"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)