Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon Blatter

    En savoir plus

  • L'ex-otage Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

Amériques

À Montréal, le discours de la nouvelle Première ministre endeuillé par une fusillade

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2012

Les indépendantistes du Parti québécois remportent les législatives. Un homme armé a ouvert le feu pendant le discours de victoire à Montréal de la nouvelle Première ministre Pauline Marois, faisant un mort et un blessé grave.

AFP - Les indépendantistes du Parti québécois (PQ) ont remporté mardi les élections législatives, mais leur victoire a été assombrie par un attentat qui a fait un mort par balle à Montréal lors du discours de victoire de la nouvelle Première ministre, Pauline Marois.

L'auteur des coups de feu - qui a blessé grièvement un autre homme dans le vestibule à l'arrière de la salle de concert, où le PQ célébrait sa victoire - a tenté aussi d'y mettre le feu, avant d'être arrêté par la police qui a saisi "plus d'une" arme à feu.

Filmé au moment de son interpellation, ce quinquagénaire a crié, avec un fort accent anglais: "Les Anglais se réveillent".

Il a ajouté en anglais, selon des journalistes canadiens sur place: "On va vous rendre la monnaie de votre pièce".

L'incident a interrompu le discours de victoire de Mme Marois que ses gardes du corps ont évacuée en quelques secondes du podium de la salle de concert, le Metropolis.

Cet incident est survenu au moment où Mme Marois venait de déclarer que "l'avenir du Québec, c'est de devenir un pays souverain".

Certains membres de la communauté anglophone du Québec craignent que l'arrivée au pouvoir des indépendantistes ne puisse avoir un impact négatif sur leur statut.

Après une interruption de quelques minutes, Mme Marois est revenue sur le podium pour calmer le public et conclure rapidement son discours, alors que la confusion et la tristesse ont succédé à la liesse ayant régné pendant la première partie de la soirée.

Dans la première partie de son allocution, Mme Marois avait lancé un appel au rassemblement, s'adressant également à l'opposition: "Demain matin, nous aurons tous à travailler les uns avec les autres. Nous allons travailler tous les uns avec les autres pour servir les Québécois et les Québécoises".

A Ottawa, le Premier ministre canadien, Stephen Harper, a salué l'élection de Mme Marois, tout en critiquant ses visées indépendantistes. "Nous ne croyons pas que les Québécois veuillent rouvrir les vieilles chicanes (disputes) constitutionnelles du passé", a déclaré le dirigeant conservateur.

Marge de manoeuvre limitée

Le PQ reprend le pouvoir à la tête de la province francophone après une éclipse de neuf ans, et Mme Marois devient la première femme chef de gouvernement de l'histoire de la Belle province.

Elle devra diriger un gouvernement minoritaire, sans pouvoir s'appuyer sur une majorité parlementaire. Pour y parvenir, elle devrait avoir au moins 63 députés dans une assemblée comptant 125 membres.

Selon les dernières projections, les indépendantistes et les libéraux sont presque à égalité en nombre de voix, obtenant entre 31% et 32% des suffrages.

Mais, en raison du système uninominal majoritaire à un tour, le PQ obtient 54 sièges, le Parti libéral du Premier ministre sortant Jean Charest en a 50, et la Coalition Avenir Québec de François Legault 19. Les deux sièges restants vont aux animateurs d'un petit parti souverainiste de gauche, Québec solidaire.

Les électeurs québécois étaient animés par un fort désir d'alternance, au point de donner au scrutin des allures de référendum contre Jean Charest.

Le Premier ministre sortant, battu dans son fief de Sherbrooke où il était élu depuis 28 ans, a déclaré "assumer la responsabilité du résultat de ce soir".

Mais il a laissé entendre qu'il pourrait ne pas démissionner de la direction du parti, contrairement aux prévisions de plusieurs politologues.

"Je vous dis qu'il y aura d'autres rendez-vous. Nous avons du travail à terminer", a-t-il lancé.

Première publication : 05/09/2012

  • QUÉBEC

    Les indépendantistes remportent les législatives au Québec

    En savoir plus

  • CANADA

    Québec : Jean Charest joue gros aux législatives anticipées

    En savoir plus

  • QUÉBEC

    L'un des fers de lance du "printemps érable" québecois démissionne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)