Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

Nuit de violences entre protestants et catholiques à Belfast

Texte par Hervé AMORIC

Dernière modification : 06/09/2012

De nouvelles émeutes ont éclaté mardi soir à Belfast. Les violences, qui ont débuté dimanche après que des protestants aient perturbé une marche catholique, ont déjà fait plus de 60 blessés au sein de la police.

Pour la troisième nuit consécutive, le nord de Belfast a été le théâtre de violences entre loyalistes de la communauté protestante et républicains catholiques. Dans la nuit du 4 au 5 septembre, des émeutiers ont lancé des feux d'artifice et d'autres projectiles sur les forces de l’ordre, a rapporté la police. Un agent a été blessé à la main et un canon à eau a été amené dans la zone de Denmark Street, où un groupe d'environ 200 personnes s'était rassemblé.

Une soixantaine de policiers ont été blessés depuis le début, dimanche 2 septembre, de ces accrochages intercommunautaires survenus alors que des loyalistes ont tenté de perturber une marche catholique. Un sursaut de violence qui rappelle la triste histoire d'un conflit qui a fait 3 600 morts, des années 1970 jusqu'à la mise en œuvre des accords de paix en 1998.
 
Une ville aux 40 murs
 
Dans les quartiers populaires du nord et de l'ouest de Belfast, 40 murs séparent encore les fiefs à majorité protestante des quartiers catholiques. Ce nouveau déchaînement de violence lié aux marches protestantes de l'été démontre que si les Nord-Irlandais ont appris à régler leurs disputes dans l'arène politique, les braises du conflit restent chaudes.
 
Chaque été, les militants des confréries protestantes célèbrent, avec fifres et fanfares, leur foi et leur fidélité à la couronne britannique. Lorsqu'ils défilent à proximité des quartiers catholiques républicains, des échauffourées se transforment facilement en émeutes.
 
Depuis dimanche 2 septembre, les policiers s'interposent entre les groupes hostiles de jeunes protestants et de jeunes catholiques, notamment sur Carlisle Circus et Antrim Road, dans les quartiers nord de Belfast.  Will Kerr, chef adjoint de la police d'Irlande du Nord, a exhorté les élus des deux camps qui partagent le pouvoir au gouvernement régional de Belfast à "trouver une solution immédiatement, avant que quelqu'un ne soit tué".
 
Les tensions intercommunautaires risquent des rester vives jusqu'au 29 septembre, date anniversaire du "Loyalist Ulster Convenant", le grand rassemblement protestant loyaliste qui se déroule à Belfast. Malgré près de 15 ans de processus de paix, la stabilité politique de l'Irlande du Nord reste fragile.

 

Première publication : 05/09/2012

  • IRLANDE DU NORD

    Des dizaines de policiers blessés dans des violences intercommunautaires à Belfast

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Visite historique d'Elisabeth II en Irlande du Nord pour tourner la page de la violence

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Vingt-deux policiers blessés à Belfast dans des affrontements avec des catholiques

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)