Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

La convention démocrate adoube Barack Obama

Vidéo par France 2

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 06/09/2012

Officiellement investi candidat du Parti démocrate, Barack Obama prononce, dans la nuit de jeudi à vendredi, un discours pour rassembler ses troupes à quelques semaines de l’élection présidentielle du 6 novembre.

Barack Obama va tenter de raviver la flamme. Au lendemain du discours dithyrambique de son prédécesseur démocrate à la Maison Blanche, Bill Clinton, c’est l'actuel président des États-Unis qui vient clôturer, ce jeudi 6 septembre, la convention démocrate qui se tient à Charlotte, en Caroline du Nord. Ce moment, très formel, marquera son investiture officielle comme candidat du parti de l'âne à la présidentielle du 6 novembre, que Barack Obama compte bien remporter une seconde fois.

Les explications de l'envoyé spécial de France24

Le leader démocrate foulera l’estrade du Time Warner Cable Arena, complexe de 15 000 places au cœur de la grande ville de Caroline du Nord, vers 22h10 jeudi soir (4h10 vendredi matin à Paris). Initialement, le président sortant devait prononcer son discours d’investiture dans un stade à ciel ouvert de 73 000 sièges mais c’était sans compter sur les caprices de la météo. Après les menaces de tempête tropicale ayant contraint les républicains à écourter leur convention, la semaine dernière, à Tampa, en Floride, ce sont les risques d’orages violents qui sont venus jouer les trouble-fête chez les démocrates.

Le comité d'organisation a donc décidé, "par précaution", de rapatrier l'événement dans une salle couverte, cinq fois plus petite. Ce léger contretemps n’a pas manqué de provoquer les railleries du camp adverse y voyant plutôt une tentative de dissimuler l’échec des démocrates à faire stade comble. Une accusation immédiatement démentie par l’équipe de campagne de Barack Obama, lui-même déçu de ce changement de programme.

Obama a "tenu ses promesses"

Après les grands noms du parti, les élus locaux et les simples inconnus venus chanter ses louanges ces deux derniers jours, le président devrait revenir sur des terrains déjà défrichés pour lui : défense de la classe moyenne et démontage des arguments de son adversaire républicain Mitt Romney, investi il y a une semaine. Une vidéo intitulée "Promises Kept " - “Promesses tenues” en français - envoyée à la presse résume l’esprit du discours qu'il devrait prononcer. Construit autour d’images de la convention de Denver de 2008, le clip, d’un peu plus de 5 minutes, évoque également la fin de la guerre en Irak et la mort d’Oussama Ben Laden, l’ennemi public numéro un tué lors d’un raid au Pakistan en 2011.

Promises kept, le nouveau clip de campagne d'Obama

Bill Clinton superstar

Mercredi soir, tous les regards étaient braqués sur Bill Clinton. Orateur hors pair, l’ancien président a su électriser les foules en prononçant un vibrant plaidoyer en faveur de son successeur. Il a dit croire en lui "de tout cœur", insisté sur ses capacités à redresser l'économie et dénoncé "la pagaille totale" laissée par les républicains il y a quatre ans.

"Sommes-nous là où nous le souhaitons ? Non. Est-ce que le président est satisfait ? Non. Mais sommes-nous dans une meilleure situation que quand il a pris ses fonctions, avec une économie en chute libre, qui perdait 750 000 emplois par mois ? La réponse est oui !", a lancé celui qui n’a pas toujours été tendre avec Barack Obama. Il y a quatre ans, lors de la primaire dans laquelle son épouse Hillary Clinton était engagée, Bill Clinton était allé jusqu’à dénoncer le "conte de fées" Obama. 

"Il a démonté chaque argument entendu à la convention républicaine, pièce par pièce, et surtout d’une manière facile à comprendre", analyse pour FRANCE 24 Constance Borde, présidente de Democrats Abroad France. "Barack Obama a laissé la défense de son bilan à Bill Clinton pour se concentrer sur l’avenir et le programme qu’il propose".

Bill Clinton, superstar de la convention démocrate

Juste avant de monter à la tribune, le 44e président des États-Unis sera précédé par son vice-président Joe Biden. Connu pour être un gaffeur en série, le colistier de Barack Obama jouit pourtant d’une forte popularité. D’après des sondages compilés par le Washington Post, 43 % des Américains ont une bonne opinion de l’ex-sénateur du Delaware.

Sous le regard de ses filles et de sa femme, Michelle

Dans l’auditoire, Barack Obama pourra également compter sur la présence de ses deux filles. À peine sorties de l’école privée Sidwell Friends de Washington, Malia, 14 ans, et Sasha, 11 ans, se sont envolées pour la Caroline du Nord. Depuis le début de la campagne, les deux fillettes ont rarement été exposées. Mardi, lors du discours de Michelle Obama à la Convention démocrate, c’est devant la télévision, blotties contre leur père sur un canapé de la Maison Blanche, qu’elles ont assisté à l’évènement, un moment immortalisé par une photo officielle.

À cette occasion, comme souvent, Michelle Obama n’a pas manqué d’évoquer ses filles. "Au bout du compte, mon titre le plus important, c'est celui de 'Maman en chef'. Mes filles sont toujours le cœur de mon cœur, et le centre de mon univers", a lancé la First Lady. Une manière de signifier, une fois encore, que les Obama restent des parents avant tout, avec les mêmes préoccupations que leurs concitoyens.

Après ce temps fort, l’heure ne sera pas à la détente. Bien au contraire. Dans certains États, le vote anticipé pour l'élection présidentielle commence dès jeudi. Barack Obama repartira donc en campagne dès vendredi avec son colistier. Direction le New Hampshire, dans le nord-est du pays, et l'Iowa, dans le centre, deux États-clés où Mitt Romney a prévu de se rendre le même jour. L'enjeu est de taille : depuis la fin du mois d'août, le candidat républicain remonte dans les sondages qui le placent au coude-à-coude avec Barack Obama.

Première publication : 06/09/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Obama réinsère "Jérusalem capitale d'Israël" dans le programme démocrate

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Convention démocrate : Bill Clinton encense Barack Obama à Charlotte

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Ces quatre soldats américains qui voulaient assassiner Barack Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)