Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Marc Ayrault propose un plan global d'action pour Marseille

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2012

À l'issue d'un comité interministériel, le Premier ministre a dévoilé les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l'insécurité et la criminalité à Marseille, théâtre d'une recrudescence de la violence ces derniers mois.

REUTERS - Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé jeudi une "stratégie globale" pour faire de Marseille une métropole de dimension européenne, enrayer la violence endémique et permettre à l'agglomération de "repartir de l'avant".

Au-delà de l'aspect sécuritaire, le chef du gouvernement, qui se rendra sur place lundi et mardi, prévoit une refonte institutionnelle pour doter la ville du statut de métropole et
un préfet sera dédié à cette mission.

Le destin de Marseille est une "question d'intérêt national", a dit Jean-Marc Ayrault en se défendant de vouloir "stigmatiser" les acteurs locaux ou placer la ville "sous tutelle".

Face à l'insécurité, il a annoncé dans l'immédiat un "renfort de 205 policiers et gendarmes à Marseille" et la création d'une nouvelle Zone de sécurité prioritaire (ZSP) pour les quartiers du sud de la cité phocéenne.

L'actuel préfet délégué à la sécurité deviendra un préfet "de plein exercice" pour l'ensemble des Bouches-du-Rhône, et non plus seulement pour Marseille, et les moyens de la justice et de l'administration pénitentiaire seront renforcés.

"Pour réussir, nous tendons la main et nous souhaitons qu'elle soit saisie", a dit le Premier ministre, qui avait réuni 18 ministres ou leurs représentants lors d'un comité
interministériel à Matignon.

Pour Jean-Marc Ayrault, le fait que Marseille devienne capitale européenne de la culture en 2013 "peut-être une opportunité formidable" pour mobiliser toutes les énergies.

"Solution globale"

Le gouvernement entend oeuvrer à une "solution globale", alliant prévention, logement, social, éducation et politique de la ville.

La sénatrice PS Samia Ghali appelle l'armée à intervenir à Marseille

Jean-Marc Ayrault a assuré que la lutte contre la criminalité organisée - 20 réglements de comptes ont eu lieu depuis le début de l'année dans le département - ne se limiterait pas à l'envoi au coup par coup d'un escadron de gendarmes ou d'une compagnie de CRS supplémentaire,

Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice) François Lamy (Ville), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion)
étaient notamment présents à Matignon.

Le dossier marseillais constitue un test pour la majorité longtemps accusée de laxisme par la droite qui, en dépit du volontarisme affiché par le ministre de l'Intérieur, Manuel
Valls, affirme que le gouvernement reste dans le flou.

Manuel Valls table pour l'instant sur la mise en place progressive de 50 à 63 Zones de sécurité prioritaires (ZSP) au niveau national d'ici 2013 pour obtenir des résultats dans les quartiers difficiles.

Les ministres de l'Intérieur, de droite comme de gauche, ont multiplié les visites à Marseille depuis trois ans, sur fond de flambée de la criminalité dans les quartiers Nord où se trouvent les cités et de polémique sur les réponses à y apporter.

L'exécutif a opposé une fin de non recevoir à la suggestion de la sénatrice-maire PS des 15e et 16e arrondissements de la ville, Samia Ghali, qui demandait l'intervention de l'armée.

Manuel Valls a pour sa part accusé de démagogie le maire UMP Jean-Claude Gaudin, qui demandait que toute la ville soit classée en ZSP, et pas seulement deux quartiers.

Jean-Marc Ayrault n'a pas exclu des changements d'hommes, en particulier à la tête de la police marseillaise. Selon des sources syndicales, les jours du préfet délégué à la police Alain Gardère seraient "comptés".

Le syndicat Unité SGP police, qui a obtenu en partie satisfaction sur les effectifs, avait insisté sur le fait que Marseille "n'est pas une zone de non-droit ni un Fort Chabrol
permanent".

Selon lui, la montée de la violence et les règlements de comptes dans la cité phocéenne sont surtout liés au trafic de stupéfiants et l'idée d'un plan global va dans le bon sens.

Première publication : 06/09/2012

  • FRANCE

    Le gouvernement au chevet de Marseille, rongée par la criminalité

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour le gouvernement, l'armée n'a pas le droit de cité à Marseille

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)