Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

FRANCE

Jean-Marc Ayrault propose un plan global d'action pour Marseille

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2012

À l'issue d'un comité interministériel, le Premier ministre a dévoilé les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre l'insécurité et la criminalité à Marseille, théâtre d'une recrudescence de la violence ces derniers mois.

REUTERS - Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé jeudi une "stratégie globale" pour faire de Marseille une métropole de dimension européenne, enrayer la violence endémique et permettre à l'agglomération de "repartir de l'avant".

Au-delà de l'aspect sécuritaire, le chef du gouvernement, qui se rendra sur place lundi et mardi, prévoit une refonte institutionnelle pour doter la ville du statut de métropole et
un préfet sera dédié à cette mission.

Le destin de Marseille est une "question d'intérêt national", a dit Jean-Marc Ayrault en se défendant de vouloir "stigmatiser" les acteurs locaux ou placer la ville "sous tutelle".

Face à l'insécurité, il a annoncé dans l'immédiat un "renfort de 205 policiers et gendarmes à Marseille" et la création d'une nouvelle Zone de sécurité prioritaire (ZSP) pour les quartiers du sud de la cité phocéenne.

L'actuel préfet délégué à la sécurité deviendra un préfet "de plein exercice" pour l'ensemble des Bouches-du-Rhône, et non plus seulement pour Marseille, et les moyens de la justice et de l'administration pénitentiaire seront renforcés.

"Pour réussir, nous tendons la main et nous souhaitons qu'elle soit saisie", a dit le Premier ministre, qui avait réuni 18 ministres ou leurs représentants lors d'un comité
interministériel à Matignon.

Pour Jean-Marc Ayrault, le fait que Marseille devienne capitale européenne de la culture en 2013 "peut-être une opportunité formidable" pour mobiliser toutes les énergies.

"Solution globale"

Le gouvernement entend oeuvrer à une "solution globale", alliant prévention, logement, social, éducation et politique de la ville.

La sénatrice PS Samia Ghali appelle l'armée à intervenir à Marseille

Jean-Marc Ayrault a assuré que la lutte contre la criminalité organisée - 20 réglements de comptes ont eu lieu depuis le début de l'année dans le département - ne se limiterait pas à l'envoi au coup par coup d'un escadron de gendarmes ou d'une compagnie de CRS supplémentaire,

Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice) François Lamy (Ville), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l'exclusion)
étaient notamment présents à Matignon.

Le dossier marseillais constitue un test pour la majorité longtemps accusée de laxisme par la droite qui, en dépit du volontarisme affiché par le ministre de l'Intérieur, Manuel
Valls, affirme que le gouvernement reste dans le flou.

Manuel Valls table pour l'instant sur la mise en place progressive de 50 à 63 Zones de sécurité prioritaires (ZSP) au niveau national d'ici 2013 pour obtenir des résultats dans les quartiers difficiles.

Les ministres de l'Intérieur, de droite comme de gauche, ont multiplié les visites à Marseille depuis trois ans, sur fond de flambée de la criminalité dans les quartiers Nord où se trouvent les cités et de polémique sur les réponses à y apporter.

L'exécutif a opposé une fin de non recevoir à la suggestion de la sénatrice-maire PS des 15e et 16e arrondissements de la ville, Samia Ghali, qui demandait l'intervention de l'armée.

Manuel Valls a pour sa part accusé de démagogie le maire UMP Jean-Claude Gaudin, qui demandait que toute la ville soit classée en ZSP, et pas seulement deux quartiers.

Jean-Marc Ayrault n'a pas exclu des changements d'hommes, en particulier à la tête de la police marseillaise. Selon des sources syndicales, les jours du préfet délégué à la police Alain Gardère seraient "comptés".

Le syndicat Unité SGP police, qui a obtenu en partie satisfaction sur les effectifs, avait insisté sur le fait que Marseille "n'est pas une zone de non-droit ni un Fort Chabrol
permanent".

Selon lui, la montée de la violence et les règlements de comptes dans la cité phocéenne sont surtout liés au trafic de stupéfiants et l'idée d'un plan global va dans le bon sens.

Première publication : 06/09/2012

  • FRANCE

    Le gouvernement au chevet de Marseille, rongée par la criminalité

    En savoir plus

  • FRANCE

    Pour le gouvernement, l'armée n'a pas le droit de cité à Marseille

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)