Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

La BCE va racheter de la dette des États de la zone euro

© AFP

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 06/09/2012

Lors d'une conférence de presse très attendue, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé, par la voix de son président Mario Draghi (photo), son intention d'intervenir pour un montant illimité sur le marché de la dette publique de la zone euro.

Marchés financiers et responsables politiques européens retenaient leur souffle. Ce jeudi 6 septembre, la Banque centrale européenne (BCE) a levé le voile sur les mesures qu’elle compte adopter pour aider les pays de la zone euro frappés par la crise et sauvegarder l’union monétaire. Sans surprise, l'institution va intervenir sur le marché de la dette des États de la zone euro face aux primes de risques élevées réclamées à certains pays, a annoncé son président, l'Italien Mario Draghi.

La BCE va lancer un nouveau programme baptisé "Outright monetary transactions" (OMT) en raison "des perturbations graves observées sur le marché des obligations publiques qui proviennent de craintes infondées de la part des investisseurs sur la réversibilité de l'euro", a-t-il affirmé de Francfort, siège de la BCE.

La question du rachat des dettes divise l'Europe

La Banque centrale européenne "fera tout pour sauvegarder l'euro, qui est irréversible", a-t-il ajouté Mario Draghi, réitérant ainsi les propos tenus en juillet dans un discours scruté à la loupe par les marchés.

Cette fermeté venant d’un homme très respecté des milieux financiers avait alors eu pour effet immédiat d’apaiser les marchés, au moment même où les taux d’emprunt de l’Espagne et de l’Italie atteignaient des seuils critiques. Le mois d’août qui, selon les prédictions de nombreux analystes économiques, s’annonçait catastrophique sur les marchés, s’est finalement déroulé sans trop d’accros.

Rassurer les banques

Aujourd’hui, alors que l’institution de Francfort vient de réviser à la baisse ses prévisions de croissance (un recul de 0,4% du produit intérieur brut (PIB) en 2012), nombreux sont ceux qui se demandent si les décisions de la BCE seront suivies d'effets. L'objectif étant de donner aux banques l’assurance que leurs prêts seront remboursés et ainsi les encourager à abaisser les taux d’emprunt qu’ils imposent aux États (plus l’emprunt est risqué, plus il coûte cher). Parmi les pays les plus exposées par cette crise de confiance : l’Italie et l’Espagne, qui a déjà sollicité une aide de 100 milliards d’euros pour recapitaliser ses banques.

Les explications de Pierre Briançon, éditorialiste à Reuters

Alors, le rachat des dettes publiques, une solution miracle ? Pas tout à fait. Certains pays, en particulier l’Allemagne, s’opposent farouchement à tout programme d'acquisition d’obligations souveraines. Berlin craint, d’une part, que certains pays en difficulté relâchent leurs efforts fiscaux et économiques – bien que la BCE exige un assainissement accru des finances publiques, en contrepartie du rachat des dettes – et, d’autre part, que cet engagement provoque de l'inflation dans toute la zone euro. Le sujet est si sensible outre-Rhin qu’à en croire le quotidien allemand "Bild", il a failli provoquer la démission de Jens Weidmann, le très orthodoxe président de la Bundesbank, la banque centrale allemande. La chancelière, Angela Merkel, l’en a dissuadé, mais la tension reste vive.

Rebond des Bourses européennes

La levée de boucliers de l’Allemagne avait d’ailleurs poussé Mario Draghi à monter au créneau pour défendre sa politique par voie de presse, fait inhabituel pour lui. La politique monétaire "nécessite parfois des mesures exceptionnelles", notamment "quand les marchés sont fragmentés ou influencés par des craintes irrationnelles", avait-il expliqué dans une tribune publiée le 29 août dans l’hebdomadaire allemand "Die Zelt".

Les marchés ont en tout cas bien réagi aux annonces de Mario Draghi. À Francfort, l'indice Dax grimpait au-dessus des 2 % tandis que les Bourses de Milan et de Madrid bondissaient de 3 %.

 

Première publication : 06/09/2012

  • ZONE EURO

    Hollande et Monti annoncent la tenue d'un sommet franco-italien en décembre

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    La Catalogne réclame une aide de cinq milliards d'euros

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Le Premier ministre grec ne demande pas davantage d'aide mais plus de temps

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)