Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

SPORT

L'Américain Aries Merritt bat le record du monde du 110 m haies

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2012

Après son titre de champion olympique aux JO de Londres, l'Américain Aries Merritt a ajouté une nouvelle ligne à son palmarès en battant le record du monde du 110 m haies lors du meeting de Bruxelles, dernière épreuve de la Ligue de diamant.

AFP - L'Américain Aries Merritt, 27 ans, a établi un nouveau record du monde du 110 m haies en 12 sec 80/100e (vent: +0,3 m/s) vendredi à l'occasion du meeting de Bruxelles, épilogue d'une saison du renouveau et de tous les succès pour le hurdler.

L'ancien record du monde appartenait au Cubain Dayron Robles, champion olympique 2008, qui avait réalisé 12 sec 87/100e le 12 juin 2008 à Ostrava (République tchèque).

Ancien prodige du sprint, Merritt avait décroché le titre olympique il y a mois à Londres. Son record du monde de Bruxelles constitue sa 8e course de la saison sous les 13 secondes, soit une régularité au plus haut niveau jamais vue sur les haies hautes.

L'athlète originaire de Géorgie détenait également auparavant la meilleure performance de la saison avec son 12.92 en finale des Jeux.

En 2012, Merritt avait franchi un palier après plusieurs années de stagnation en raison de blessures et d'une hygiène de vie qui laissait à désirer.

"Le secret de ma progression cette saison est l'entraînement et aussi une nutrition plus équilibrée. J'ai compris que, si je voulais devenir le meilleur, il fallait que je change mes habitudes alimentaire: plus de pizzas, de bonbons, mais davantage de légumes, de la viande mais pas de produits laitiers. Et puis je fais plus attention à la qualité de la récupération", avait-il expliqué à Lausanne, où il avait été éliminé pour faux départ le 23 août.

Fort de ces nouvelles résolutions, Merritt avait déjà pris le pouvoir (champion national puis mondial en salle) sur 60 m haies, avant de confirmer ses progrès en plein air.

Grande gifle

En mai, il avait commencé par améliorer (13.03) sa marque personnelle qui remontait à 2007 (13.09), avant de dominer la finale des sélections US, le 30 juin à Eugene (Oregon), avec une meilleure performance mondiale (MPM) de la saison en 12 sec 93/100e.

C'était déjà une revanche pour le champion du monde juniors 2004, qui avait terminé 4e des +Trials+ 2008, échouant ainsi à se qualifier pour les Jeux de Pékin.

Concentré dès le départ, Merritt a livré à Bruxelles une course techniquement parfaite. Il a devancé son compatriote Jason Richardson, vice-champion olympique, de 25 centièmes !

Merritt a non seulement réussi à améliorer la marque mondiale, mais il lui a carrément donné une grande gifle avec sept centièmes de rabotés. Il s'agit de la plus grosse progression donnée au record du monde de la discipline depuis que l'Américain Renaldo Nehemiah - premier homme à briser les 13 secondes - avait fait passer le record de 13.00 à 12.93 en 1981.

Première publication : 07/09/2012

  • JO - ATHLÉTISME

    Les relayeurs jamaïcains pulvérisent le record mondial, triplé pour Bolt

    En savoir plus

  • JO – ATHLÉTISME

    Londres-2012 : la Jamaïque règne sur le sprint mondial

    En savoir plus

  • JO – Athlétisme

    Taoufik Makhloufi, médaillé d’or sur fond de polémique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)