Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hissène Habré: verdict historique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Verdict historique à Dakar : Hissène Habré, l'ex-président tchadien, condamné à la perpétuité

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes-2016 : Laurent Lafitte et George Miller, les deux piliers du Festival

En savoir plus

FOCUS

Pédophilie dans l'Église : des victimes françaises brisent l’omerta

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Philippe Legrain : "Les réfugiés, une opportunité pour l’économie de l’Europe"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emily Loizeau, immersion sentimentale et familiale avec l'album "Mona"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Flexisécurité" : le modèle danois est-il transposable en France ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dalian Wanda lance la guerre des parcs d'attraction

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Paris tente de relancer le processus de paix au Proche-Orient

En savoir plus

EUROPE

Les Pussy Riot s'attaquent une nouvelle fois à Vladimir Poutine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2012

Dans une vidéo diffusée sur Internet, des membres du groupe Pussy Riot mettent le feu à un portrait du président russe Vladimir Poutine. Trois chanteuses de cette formation punk ont été condamnées récemment à deux ans de camp.

REUTERS - Le groupe Pussy Riot a diffusé sur internet une nouvelle vidéo dans laquelle trois de ses membres brûlent un portrait du président russe Vladimir Poutine, ce qui ne devrait pas améliorer ses relations avec le Kremlin.

Trois membres du groupe, Nadejda Tolokonnikova, Ekaterina Samoutsevitch et Maria Aliokhina ont été condamnées le 17 août à deux ans de prison pour avoir chanté un simulacre de prière hostile à Poutine dans une cathédrale de Moscou, ce qui avait valu à la Russie de nombreuses critiques sur la scène internationale.

Dans cette nouvelle vidéo, trois membres féminins non-identifiés des Pussy Riot, agissant au nom de leurs trois camarades emprisonnées, descendent en rappel la façade d'un bâtiment abandonné ou en construction.

La nouvelle vidéo des Pussy Riot

Encagoulées - la marque de fabrique du groupe -, elles déploient sur cette façade une immense banderole blanche représentant une femme en robe rouge, guitare autour du cou et poing brandi, avec pour légende "Pussy Riot". En dessous, des portraits en carton de Poutine et du président biélorusse, Alexandre Loukachenko, sont suspendus.

"Nous nous sommes battues pour avoir le droit de chanter, de penser, de critiquer. Pour être des musiciennes et des artistes, prêtes à tout pour changer notre pays, quels que soient les risques. Nous poursuivons notre combat musical en Russie, et notre pays est dominé par un homme malveillant", énoncent tour à tour, en anglais, des voix féminines.

Une des trois femmes lance alors un fumigène qui met le feu à un portrait de Vladimir Poutine.

"Déclenchez une 'Pussy Riot' et ne vous arrêtez jamais. Le combat pour la liberté est une lutte sans fin qui est plus importante que la vie!", crie alors l'une des femmes.

Cette vidéo a été tournée il y a quelques jours en réponse à une demande de la chaîne de télévision MTV, en vue des MTV Music Awards qui ont eu lieu jeudi à Los Angeles, a précisé à Reuters le mari de Nadejda Tolokonnikova, Pyotr Verzilov, qui a souvent servi de porte-parole aux Pussy Riot.

Sa publication intervient alors que le prix Nobel de la paix et ancien président polonais Lech Walesa a annoncé avoir écrit à Vladimir Poutine pour lui demander de libérer les trois membres de Pussy Riot emprisonnées.

"Je ne suis pas un spécialiste du droit russe mais j'appelle le président Poutine à libérer les filles si les lois le permettent", a-t-il déclaré à Reuters lors d'une interview téléphonique.

 

Première publication : 07/09/2012

  • RUSSIE

    "L'Occident ne mesure pas le danger que représente Vladimir Poutine"

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les chanteuses du groupe Pussy Riot ont fait appel de leur jugement

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les deux membres des Pussy Riot recherchées par la police ont fui la Russie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)