Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Les "Patronas" au secours des migrants mexicains

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

  • Vidéo : "Le monde devrait admirer Israël", selon son ambassadeur aux États-Unis

    En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Un séisme secoue la région d'Alger et fait six morts et 420 blessés

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le réseau taliban pakistanais Haqqani classé sur la liste des organisations terroristes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2012

Connu pour ses attaques meurtrières en Afghanistan, le réseau taliban Haqqani, basé au Pakistan, a été placé sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis. Cette mesure pourrait détériorer les relations entre Washington et Islamabad.

AFP- Les Etats-Unis ont décidé de classer sur la liste des organisations terroristes le réseau taliban Haqqani, basé au Pakistan et en Afghanistan, en dépit des inquiétudes sur l'impact de cette mesure sur leurs relations avec Islamabad.

Dans un rapport destiné au Congrès américain, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton affirme que le réseau Haqqani, connu pour ses attaques meurtrières en Afghanistan, est un groupe "terroriste", a déclaré une source officielle américaine à Vladivostok où se tient ce week-end un sommet des Etats du Pacifique (APEC).

Hillary Clinton "a signé ce matin un rapport pour le Congrès stipulant que le réseau Haqqani correspond aux critères de désignation comme organisation terroriste internationale", a déclaré cette source aux journalistes accompagnant la chef de la diplomatie américaine entre Brunei et Vladivostok, dans l'extrême orient russe.

Le Congrès avait donné à Hillary Clinton jusqu'à dimanche pour déterminer si ce mouvement devait être classé dans la liste des organisations considérées comme terroristes par les Etats-Unis. Tout soutien matériel et financier à cette organisation deviendra désormais un crime aux Etats-Unis.

L'administration du président Barack Obama s'était jusqu'ici montrée réticente à prendre une telle mesure, afin de préserver ses relations avec le Pakistan.

Un intense débat fait rage depuis plusieurs mois en son sein sur l'attitude -- chercher à le détruire ou négocier avec lui -- à avoir vis-à-vis de cette faction qu'elle considère comme la branche la plus extrémiste et dangereuse des talibans afghans.

Mais le réseau Haqqani a suscité la colère aux Etats-Unis après des attaques ciblant les troupes américaines en Afghanistan.

Ce groupe armé formé il y a 3O ans face à l'envahisseur soviétique est présent à la fois dans son bastion de l'est afghan, mais aussi de l'autre côté de la frontière pakistanaise, dans la zone tribale du Waziristan du Nord, sa principale base arrière d'où il part mener le "djihad" contre l'Otan côté afghan.

Avant de quitter ses fonctions l'an dernier, le chef d'Etat major interarmées américain Mike Mullen avait estimé que le réseau Haqqani était devenu le "véritable bras armé" des puissants services de renseignement pakistanais, l'Isi.

Avant même la confirmation de la décision américaine, le Pakistan avait prévenu que le classement de Haqqani sur la liste des organisations terroristes pourrait avoir un impact sur les relations entre les deux pays.

"Très franchement, une décision américaine de classer le réseau Haqqani comme groupe terroriste ne sera pas un bon signe pour le futur des relations entre le Pakistan et les Etats-Unis", a déclaré vendredi à l'AFP un haut responsable des services de sécurité pakistanais autorisé à parler aux médias sous couvert de l'anonymat. Il réagissait à de premières informations divulguées par le New York Times.

Les Etats-Unis ont repris récemment la coopération avec Islamabad, après une détérioration des relations liées à des opérations militaires américaines au Pakistan, en particulier le raid mené contre le chef d'Al Qaïda, Oussama Ben Laden.

A bord de l'avion de Hillary Clinton, les responsable américains n'ont pas souhaité commenter davantage la décision de la secrétaire d'Etat. Mais l'administration Obama devrait dans les prochaines semaines s'évertuer à rassurer le gouvernement pakistanais, tout en cherchant à s'en servir comme d'un moyen de pression.

La semaine dernière, en déplacement aux Iles Cook, Hillary Clinton avait résumé ainsi l'action des Etats-Unis contre ce groupe: "Nous asséchons leurs ressources, nous ciblons leurs combattants et leur personnel de renseignement, nous pressons les Pakistanais d'accroître leurs propres efforts".

Les effets directs et concrets de ce classement sur la liste des organisations terroristes sont incertains. Il est difficile de savoir si cette décision conduira à des poursuites judiciaires aux Etats-Unis contre des personnes qui auraient apporté un soutien matériel ou financier au réseau Haqqani.

Les Américains espèrent aussi que ce classement incitera les soutiens au Pakistan et dans les Etats du Golfe à cesser leurs financements.
 

Première publication : 07/09/2012

  • AFGHANISTAN

    Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Otan annonce la capture de l'un des chefs du réseau Haqqani

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)