Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le réseau taliban pakistanais Haqqani classé sur la liste des organisations terroristes

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2012

Connu pour ses attaques meurtrières en Afghanistan, le réseau taliban Haqqani, basé au Pakistan, a été placé sur la liste des organisations terroristes par les États-Unis. Cette mesure pourrait détériorer les relations entre Washington et Islamabad.

AFP- Les Etats-Unis ont décidé de classer sur la liste des organisations terroristes le réseau taliban Haqqani, basé au Pakistan et en Afghanistan, en dépit des inquiétudes sur l'impact de cette mesure sur leurs relations avec Islamabad.

Dans un rapport destiné au Congrès américain, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton affirme que le réseau Haqqani, connu pour ses attaques meurtrières en Afghanistan, est un groupe "terroriste", a déclaré une source officielle américaine à Vladivostok où se tient ce week-end un sommet des Etats du Pacifique (APEC).

Hillary Clinton "a signé ce matin un rapport pour le Congrès stipulant que le réseau Haqqani correspond aux critères de désignation comme organisation terroriste internationale", a déclaré cette source aux journalistes accompagnant la chef de la diplomatie américaine entre Brunei et Vladivostok, dans l'extrême orient russe.

Le Congrès avait donné à Hillary Clinton jusqu'à dimanche pour déterminer si ce mouvement devait être classé dans la liste des organisations considérées comme terroristes par les Etats-Unis. Tout soutien matériel et financier à cette organisation deviendra désormais un crime aux Etats-Unis.

L'administration du président Barack Obama s'était jusqu'ici montrée réticente à prendre une telle mesure, afin de préserver ses relations avec le Pakistan.

Un intense débat fait rage depuis plusieurs mois en son sein sur l'attitude -- chercher à le détruire ou négocier avec lui -- à avoir vis-à-vis de cette faction qu'elle considère comme la branche la plus extrémiste et dangereuse des talibans afghans.

Mais le réseau Haqqani a suscité la colère aux Etats-Unis après des attaques ciblant les troupes américaines en Afghanistan.

Ce groupe armé formé il y a 3O ans face à l'envahisseur soviétique est présent à la fois dans son bastion de l'est afghan, mais aussi de l'autre côté de la frontière pakistanaise, dans la zone tribale du Waziristan du Nord, sa principale base arrière d'où il part mener le "djihad" contre l'Otan côté afghan.

Avant de quitter ses fonctions l'an dernier, le chef d'Etat major interarmées américain Mike Mullen avait estimé que le réseau Haqqani était devenu le "véritable bras armé" des puissants services de renseignement pakistanais, l'Isi.

Avant même la confirmation de la décision américaine, le Pakistan avait prévenu que le classement de Haqqani sur la liste des organisations terroristes pourrait avoir un impact sur les relations entre les deux pays.

"Très franchement, une décision américaine de classer le réseau Haqqani comme groupe terroriste ne sera pas un bon signe pour le futur des relations entre le Pakistan et les Etats-Unis", a déclaré vendredi à l'AFP un haut responsable des services de sécurité pakistanais autorisé à parler aux médias sous couvert de l'anonymat. Il réagissait à de premières informations divulguées par le New York Times.

Les Etats-Unis ont repris récemment la coopération avec Islamabad, après une détérioration des relations liées à des opérations militaires américaines au Pakistan, en particulier le raid mené contre le chef d'Al Qaïda, Oussama Ben Laden.

A bord de l'avion de Hillary Clinton, les responsable américains n'ont pas souhaité commenter davantage la décision de la secrétaire d'Etat. Mais l'administration Obama devrait dans les prochaines semaines s'évertuer à rassurer le gouvernement pakistanais, tout en cherchant à s'en servir comme d'un moyen de pression.

La semaine dernière, en déplacement aux Iles Cook, Hillary Clinton avait résumé ainsi l'action des Etats-Unis contre ce groupe: "Nous asséchons leurs ressources, nous ciblons leurs combattants et leur personnel de renseignement, nous pressons les Pakistanais d'accroître leurs propres efforts".

Les effets directs et concrets de ce classement sur la liste des organisations terroristes sont incertains. Il est difficile de savoir si cette décision conduira à des poursuites judiciaires aux Etats-Unis contre des personnes qui auraient apporté un soutien matériel ou financier au réseau Haqqani.

Les Américains espèrent aussi que ce classement incitera les soutiens au Pakistan et dans les Etats du Golfe à cesser leurs financements.
 

Première publication : 07/09/2012

  • AFGHANISTAN

    Le réseau taliban Haqqani affirme ne pas avoir tué l'ex-président Rabbani

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'Otan annonce la capture de l'un des chefs du réseau Haqqani

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)