Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"Il y a une vaste gamme de droites radicales en Europe"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’abstention est une forme de rejet du système"

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Le Yémen dans le chaos : vers une guerre régionale ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'intervention militaire au Yémen bouscule les cours du pétrole

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash de la Germanwings : "le copilote voulait en finir"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Elections américaines : quels candidats pour 2016 ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Départementales : quels scénarios pour le second tour ?

En savoir plus

EUROPE

À Chypre, l'Union européenne planche sur les moyens d'aider l'opposition syrienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2012

Les ministres européens des Affaires étrangères se sont réunis ce vendredi à Chypre pour se pencher sur les moyens d'aider l'opposition syrienne à mettre sur pied une transition politique et tenter de contenir la catastrophe humanitaire en Syrie.

AFP - Les ministres européens des Affaires étrangères se retrouvaient vendredi à Chypre pour explorer les moyens d'aider l'opposition syrienne à mettre en place une transition politique, tout en contenant la crise humanitaire.

Les ministres étaient attendus en fin de matinée (9H30 GMT) sur l'île méditerranéenne, située à une centaine de km à peine des côtes syriennes. La Syrie, mais aussi les pourparlers avec l'Iran sur le dossier nucléaire, sont à l'ordre du jour de cette réunion informelle dans un complexe hôtelier de luxe à Paphos (ouest).

L'Europe, en pointe des sanctions à l'encontre du régime de Bachar Al-Assad, appelle depuis plusieurs mois le président syrien à céder le pouvoir à un gouvernement de transition, une position qui se heurte au conseil de Sécurité de l'ONU au veto de la Russie et de la Chine, tandis que l'escalade de la violence se poursuit sur le terrain.

Moscou reste inflexible : alors que les pays arabes viennent d'appeler Damas à cesser "immédiatement" les violences, le président russe Vladimir Poutine, fidèle allié du régime syrien, a demandé jeudi aux nations occidentales et arabes de "modifier leur position" sur la Syrie, en dénonçant l'échec de leurs interventions dans d'autres pays comme l'Irak.

A Londres, le président français François Hollande et le chef du gouvernement britannique David Cameron ont au contraire plaidé pour "accélérer la transition politique" en Syrie, en aidant l'opposition à se fédérer dans un gouvernement qui pourrait être reconnu comme représentant le peuple syrien.

Londres et Paris veulent "faire tout leur possible pour coopérer avec les éléments de l'opposition syrienne" en leur fournissant "une aide non militaire" et des moyens "non-létaux", a précisé M. Cameron.

Paris a notamment l'intention de plaider parmi ses partenaires européens pour des aides ciblées aux zones "libérées", contrôlées par des comités révolutionnaires depuis la fuite des autorités du régime de Damas.

Leur venir en aide doit aussi permettre de tenter de contenir la catastrophe humanitaire, alors que la Turquie et la Jordanie estiment bientôt ne plus être en mesure de faire face aux flots de réfugiés syriens.

Première publication : 07/09/2012

  • ÉGYPTE

    Le président Morsi annonce la formation d'un "quartet" de médiateurs pour la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les aéroports de Damas et d’Alep dans la ligne de mire des rebelles

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des dizaines de milliers de réfugiés syriens bloqués à la frontière syro-turque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)