Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

FOCUS

Dakota du Nord : les Amérindiens demandent le gel du chantier de l'oléoduc

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vanessa Wagner, le piano engagé d'une virtuose classique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La Grèce de nouveau au menu de l'Eurogroupe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le croque-mort se rebiffe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Reding : "Si l’Europe ne joue pas, ce sont les autres qui vont nous imposer leurs règles"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE-Canada : un traité de libre-échange indispensable ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

La laïcité, une vieille idée très moderne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : 6ème anniversaire du début de la Révolution

En savoir plus

Culture

François Hollande remet la Légion d'honneur à Paul McCartney

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2012

Déjà chevalier de l'Ordre de l'empire britannique depuis 1996, l'ex-Beatles, Sir Paul McCartney, âgé de 70 ans, s'est vu remettre samedi, dans les salons de l'Élysée, la Légion d'honneur "pour l'ensemble de son œuvre".

AFP - L'ex-Beatles Paul McCartney a été décoré samedi de la Légion d'honneur dans les salons de l'Elysée par François Hollande, a annoncé la présidence de la République dans un communiqué.

En présence de sa famille mais sans la presse, le chanteur-compositeur britannique a reçu la médaille des mains du président français "pour l'ensemble de son oeuvre", a déclaré l'Elysée dans un très court texte.

Sur son compte Twitter, Paul McCartney a posté trois photos de lui dans les salons de l'Elysée, dont l'une légendée "devinez où je suis?", sous les lambris du palais présidentiel, et une autre où on le voit s'apprêtant à recevoir la décoration des mains de François Hollande.

Agé de 70 ans, le musicien de Liverpool a été fait chevalier de l'Ordre de l'empire britannique en 1996, ce qui fait de lui un "Sir".

Première publication : 08/09/2012

COMMENTAIRE(S)