Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

Moyen-orient

Reportage : Alep, l'école du combat urbain

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2012

L'envoyé spécial de FRANCE 24 Yacine Ben Rabia a suivi les combattants à Alep, capitale économique de la Syrie, où la bataille fait rage depuis le mois de juillet. Dans les rues, les civils ont pris les armes pour devenir des guerriers. Reportage.

Alep, quartier Seif al-Dawla, 7 h du matin. Une explosion retentit suivie de tirs de kalachnikovs. Les insurgés viennent de lancer l’assaut contre la police du quartier. Abou Abdallah, épicier de profession, devenu un soldat, mène l’attaque avec une vingtaine d’hommes. La rébellion qui déchire la Syrie depuis 18 mois en a fait un chef de guerre.

Ces intermittents de la guerre se battent sans gilet par balles ni casque. "Je ne veux aucune initiative personnelle", lance Abou Abdallah à ses hommes entre deux explosions. Difficile de voir une stratégie dans l’assaut des rebelles.

À quelques mètres, Abou Mahommed dirige le groupe d’appui, chargé d’assurer les arrières du groupe d’assaut et de fournir renforts, munitions et renseignements. Il n'avait pas prévu de devenir un guerrier.



Il y a quelques mois encore, Abou Mahommed était entrepreneur en Hongrie. Il a vendu son entreprise pour financer lui-même son groupe de combattants. "Tout ça, c’est une conséquence de la cruauté du régime envers les civils. Il n'épargne ni enfants, ni femmes, ni vieillards, témoigne-t-il. On n’est pas des terroristes, on est juste des habitants d’Alep. Avant, on avait aucune connaissance des armes".

Après plusieurs mois d’affrontements, les rebelles deviennent de plus en plus aguerris face à l’armée de Bachar al-Assad. Des rebelles qui, malgré leur inexpérience, continuent de résister à l’armée régulière.

Première publication : 09/09/2012

  • SYRIE

    L'armée syrienne bombarde à l'artillerie lourde plusieurs villes du pays

    En savoir plus

  • SYRIE

    À Chypre, l'Union européenne planche sur les moyens d'aider l'opposition syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les aéroports de Damas et d’Alep dans la ligne de mire des rebelles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)