Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

FRANCE

Naturalisation belge : Arnault récuse toute "interprétation politique"

©

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/09/2012

Le patron de LVMH Bernard Arnault a réaffirmé dimanche qu'il allait continuer à payer ses impôts en France "comme tous les Français". L'homme d'affaires a également réfuté toute "interprétation politique" de sa demande de nationalité belge.

"Je suis et je resterai fiscalement domicilié en France et, à ce titre, je remplirai, comme tous les Français, l'ensemble de mes obligations fiscales". Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH, veut couper court à la polémique concernant sa demande de double nationalité franco-belge révélée dans la presse samedi 8 septembre.

Reportage sur les exilés français de Belgique

Interrogé par l’AFP dimanche, l'homme le plus riche de France a tenu à réaffirmer que sa demande de double nationalité "sert une démarche personnelle engagée depuis plusieurs mois, et ne doit faire l'objet d'aucune interprétation politique".

"Notre pays doit compter sur la contribution de chacun pour faire face à une crise économique profonde dans un cadre budgétaire particulièrement contraint", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué diffusé samedi 8 septembre, l'homme d’affaires de 63 ans avait déjà démenti les rumeurs d'un exil fiscal en Belgique, affirmant que sa demande de naturalisation était motivée par ses "nombreux liens avec la Belgique tant sur le plan personnel et familial que sur le plan professionnel".

"Il n'y a aucun intérêt fiscal à cette démarche"

Samedi, la révélation de sa demande de double nationalité a enflammé le débat sur les projets fiscaux du gouvernement français, dont les modalités d'application doivent être définies dans le cadre du budget 2013. Vendredi 5 septembre, le président de la République avait réitéré son intention de taxer à 75 % les revenus situés au-dessus de 1 million d'euros par an.

Les spécialistes s’accordent, en effet, pour dire qu’il n’y a aucun intérêt fiscal à la démarche de Bernard Arnault, sauf si le gouvernement français reprend l'idée de l'ancien président Nicolas Sarkozy de taxer les revenus des Français exilés dans le monde. "Il lui suffira alors de devenir résident belge pour changer de régime fiscal, puis de renoncer à la nationalité française pour échapper à l'impôt sur la fortune et à la taxation des plus-values", explique Thierry Afschrift, avocat fiscaliste interrogé par "Le Parisien" dimanche 9 septembre.

D'autres confrères y voient plutôt un premier pas vers un exil fiscal vers Monaco. La nationalité belge pourrait permettre à Bernard Arnault - à condition qu'il renonce à la nationalité française - d'échapper aux accords entre la Principauté et la France, qui stipulent que les Français résidant sur le Rocher restent soumis aux impôts de l'Hexagone.

"Cette démarche est surtout un message politique fort qu’il souhaite envoyer au gouvernement français", juge pour sa part un économiste français basé à Paris qui souhaite garder l’anonymat. Pour l'heure, Matignon et l'Élysée n'ont pas fait de commentaires.

Proche de l'ancien président Nicolas Sarkozy et libéral revendiqué, l'homme d'affaires possède une fortune estimée à 41 milliards de dollars par le magazine américain "Forbes". Après la victoire de la gauche en 1981, il s'était exilé aux États-Unis pendant trois ans.

Première publication : 09/09/2012

  • FRANCE - FISCALITÉ

    Arnault sollicite la nationalité belge, "un message fort adressé à Hollande"

    En savoir plus

  • ACQUISITION

    Le Qatar entre au capital du groupe français LVMH

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Imposer les riches à 75 % pour “mettre un holà aux rémunérations”

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)