Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Le nouveau canal de Suez : un espoir pour l'économie égyptienne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Polémique autour du lycée squatté par des migrants à Paris

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Birmanie : la junte appelle à l'aide

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Espagne retrouve un peu de sa santé économique

En savoir plus

DÉBAT

Changement climatique : le pari ambitieux de Barack Obama

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Mexique: le cimetière des journalistes

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Plan climat : Barack Obama va au charbon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Gabon : turbulences avec Paris

En savoir plus

FRANCE

Bernard Arnault porte plainte contre le journal "Libération" pour "injures publiques"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2012

Le patron de LVMH Bernard Arnault, qui a sollicité la double nationalité franco-belge, va porter plainte pour "injures publiques" contre le quotidien français "Libération" qui a titré la une de l'édition du 10 septembre : "Casse-toi, riche con !"

AFP - Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH, a décidé lundi de porter plainte contre le journal Libération pour "injures publiques proférées à son égard", après la Une choc du quotidien -"Casse-toi riche con!"- fustigeant sa demande de naturalisation belge.
              
"Bernard Arnault n'a d'autre choix, compte tenu de l'extrême vulgarité et de la violence du titre du quotidien en date du 10 septembre 2012, que d'assigner le journal Libération en justice", ont indiqué ses services dans un communiqué.
              
Le texte rappelle que M. Arnault a précisé pendant le week-end "qu'il était et qu'il restait résident fiscal français".
              
"Cette Une du journal Libération est inacceptable", ajoute le communiqué, en estimant qu'"elle révèle en outre un état d'esprit anti-entreprise totalement à l'encontre des nécessités du redressement économique du pays et de la lutte contre le chômage, qui ne peuvent réussir qu'avec la motivation des chefs d'entreprises privées".
              
Depuis la création de LVMH, leader mondial du luxe, M. Arnault "a toujours travaillé et payé l'intégralité de ses impôts en France", souligne le communiqué. "A travers le développement de ses entreprises, il a toujours été un défenseur du savoir-faire et du patrimoine français, et a créé plus de 20.000 emplois directs sur le territoire", précise le texte.
              
Les entreprises du groupe LVMH (Christian Dior, Louis Vuitton, Guerlain, Hennessy, Moët et Chandon, Château d'Yquem, Sephora...) "continuent à embaucher en France sous son impulsion" et "d'ouvrir des ateliers en France", avec "plus de 3.000 embauches sur la seule année 2011", relève le communiqué.
              
La première page de Libération montre une photo du milliardaire, souriant, valise à la main, accompagnée du titre "Casse-toi riche con!". Elle fait allusion à des propos tenus par l'ancien président Nicolas Sarkozy en 2008 au Salon de l'agriculture ("Casse-toi, pauvre con!").
              
Le directeur délégué de la rédaction de Libération, Vincent Giret, avait déclaré lundi matin à l'AFP que, "s'il y a une certaine dureté, une certaine vulgarité à la Une de Libération, c'est précisément parce que la situation l'est aujourd'hui". "La décision de Bernard Arnault (de demander la nationalité belge, ndlr) contient aussi une dose de vulgarité que nous renvoyons dans un effet boomerang", avait expliqué M. Giret, qui s'était montré serein quant à l'éventualité d'une plainte en diffamation, arguant que "la presse jusqu'à nouvel ordre a le droit de s'exprimer" et que "Bernard Arnault est un personnage public, il a lui-même communiqué sur ce sujet".

 

Première publication : 10/09/2012

  • FRANCE - FISCALITÉ

    Arnault sollicite la nationalité belge, "un message fort adressé à Hollande"

    En savoir plus

  • ACQUISITION

    Le Qatar entre au capital du groupe français LVMH

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Imposer les riches à 75 % pour “mettre un holà aux rémunérations”

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)