Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

FRANCE

Tuerie de Chevaline : les substances découvertes chez les Al-Hilli sont inoffensives

© AFP

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/09/2012

Les substances "potentiellement explosives" retrouvées au domicile britannique de la famille Al-Hilli, se sont révélées inoffensives, selon la police. Par ailleurs, il a été établi qu’une seule arme a été utilisée lors du drame de Chevaline.

L’enquête sur la tuerie de Chevaline, qui a coûté la vie, le 5 septembre, à quatre personnes progresse petit à petit. Il est désormais établi qu’une seule arme a été utilisée au cours du drame en Haute-Savoie. Dans un premier temps, les enquêteurs avaient évoqué la présence éventuelle d’un deuxième tireur – près de 25 douilles ont été retrouvées sur la scène du massacre. Les études balistiques ont finalement écarté ce scénario.

Les substances découvertes "ne sont pas dangeureuses"

Par ailleurs, les perquisitions se poursuivent dans le domicile sud-londonien de la famille Al-Hilli, pour le troisième jour consécutif. Les "substances potentiellement explosives" que la police britannique affirmait avoir découvertes dans la maison se sont finalement avérées "non-dangereuses". "La police du Surrey [Comté dans lequel se trouve le domicile de la famille Al-Hilli] peut confirmer que les éléments trouvés ce matin [lundi 10 septembre] à Oaken Lane, à Claygate, ne sont pas dangeureux", ont fait savoir les autorités britanniques dans un communiqué diffusé le 10 septembre en début d’après-midi.

Les alentours de la maison avaient été évacués dans la matinée par mesure de sécurité, alors qu’un camion de déminage du "Royal Logistics Corps" arrivait sur place. Les journalistes, tenus à bonne distance, ont également aperçu des militaires en tenue de camouflage.

En début d’après-midi, le cordon de sécurité incluant les maisons voisines "a été levé et les habitants qui ont été évacués peuvent désormais retourner chez eux", a indiqué la police dans le même communiqué.

Audition du frère de Zaïd

En parallèle, l’audition de Zaïd, frère de Saad al-Hilli, s’est poursuivie ce lundi pour la troisième journée consécutive. L'homme est interrogé en qualité de "témoin libre" en un lieu tenu secret. Les enquêteurs - des gendarmes français assistés de policiers britanniques - n'ont pas commenté les informations qui ont circulé, faisant état d'un différend entre les deux frères à propos d'un héritage consécutif à la mort du père en Espagne, l'an dernier.


Les enquêteurs ont indiqué que la démarche prioritaire visait à "faire parler la maison" des Al-Hilli, et s'accompagnerait d'auditions de proches. L'objectif est de dresser le profil de la victime, de ses activités professionnelles et de son passé, "dans l'espoir de tirer un fil".

La fillette Zaïnab sous sédatifs

L'enquête a également progressé lundi côté français. Le procureur d'Annecy Éric Maillaud a en effet confirmé que la troisième personne trouvée dans la voiture des Al-Hilli criblée de balles était bien la grand-mère maternelle, résidant en Suède.

Zeena, la plus jeune des fillettes du couple, indemne mais traumatisée, a regagné le Royaume-Uni dimanche, après avoir été entendue à deux reprises en France sans être en mesure de fournir d'éléments déterminants. Elle réside en un lieu tenu secret pour des raisons de sécurité.

Zaïnab, sept ans, blessée par balle à l'épaule et violemment frappée à la tête, est sortie dimanche du coma artificiel où les médecins l'avaient plongée. La fillette, qui représente un témoin essentiel pour l’enquête, se trouve cependant toujours sous sédatifs.

 

Première publication : 10/09/2012

  • FRANCE

    Tuerie de Chevaline : Zaïnab al-Hilli, témoin essentiel, est sortie du coma

    En savoir plus

  • TUERIE DE CHEVALINE

    "Le pourquoi de la tuerie se situe vraisemblablement en Grande-Bretagne"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Tuerie en Haute-Savoie : "Environ 25 balles ont été retrouvées sur la scène de crime"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)