Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Moyen-orient

Manaf Tlass affirme avoir été exfiltré de Syrie par les services français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2012

L'ex-général de l'armée syrienne Manaf Tlass a affirmé sur la chaîne BFM TV avoir été exfiltré par les services secrets français. L'homme, qui a fait défection en juillet, s'est par ailleurs déclaré opposé à une intervention armée en Syrie.

REUTERS - L’ex-général syrien Manaf Tlass, qui a fait défection début juillet, se déclare contre une intervention militaire étrangère en Syrie, quelle qu’elle soit, estimant que l’Armée syrienne libre (ALS) est capable de « libérer » seule le pays.

Cet ancien membre du premier cercle du pouvoir syrien et de la Garde républicaine a affirmé dans un entretien diffusé lundi sur BFM TV qu’il avait bénéficié de l’aide des services français pour quitter son pays, sans autre précision.
 
« Oui, c’est vrai, les services français m’ont aidé à sortir de Syrie », a-t-il dit selon la traduction de ses propos en français en ajoutant avoir été d’accord « dès le début » avec les revendications des rebelles syriens.
 
« Je suis contre toute intervention étrangère en Syrie, quelle que soit la forme que prendrait cette intervention », a-t-il souligné. « Pour moi, la situation en Syrie est beaucoup plus complexe qu’en Libye. »
 
« Je pense que le peuple syrien est capable de se libérer lui-même », a-t-il poursuivi. « Il ne faudrait pas voler le peuple syrien de sa victoire. »
 
Manaf Tlass appelle toutefois les pays amis de la Syrie à fournir des armes à l’ALS pour se battre contre un régime qui est selon lui prêt à aller jusqu’au bout pour se maintenir au pouvoir.
 
« S’il est acculé, il est posssible que ce régime utilise des armes chimiques », a-t-il déclaré en ajoutant vouloir jouer un rôle pour « unifier et rassembler (son) peuple ».
 

 

Première publication : 10/09/2012

  • SYRIE

    Reportage : Alep, l'école du combat urbain

    En savoir plus

  • SYRIE

    En Syrie, le journalisme fait sa révolution citoyenne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Algérien Lakhdar Brahimi peut-il faire mieux que Kofi Annan ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)