Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

  • Ahmet Davutoglu, l'homme qui ne fait pas d'ombre à Erdogan

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

  • Doublé historique des Français au 100 m libre, Manaudou décroche l'or

    En savoir plus

  • Irak : une trentaine de morts dans l'attaque d'une mosquée sunnite

    En savoir plus

  • Les éliminatoires de la CAN-2015 perturbées par le virus Ebola

    En savoir plus

  • Le Hamas exécute des "collaborateurs" présumés d'Israël à Gaza

    En savoir plus

  • Yémen : "Si la transition est abandonnée, alors le pays se disloquera"

    En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

Afrique

Une fusillade dans le nord du Mali provoque l'ire de la Mauritanie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2012

Huit Maliens et huit Mauritaniens sont morts le 8 septembre, dans une fusillade au poste de sécurité de Diabali, dans le nord du Mali. La Mauritanie dénonce un "assassinat collectif". De son côté, Bamako a ordonné une enquête.

AFP - La Mauritanie a qualifié d'"assassinat" collectif" la fusillade ayant fait 16 morts au Mali, dont 8 prédicateurs mauritaniens "désarmés", alors que Bamako tentait d'éviter une tension entre voisins en dépêchant lundi un émissaire à Nouakchott et en annonçant une enquête.
              
Le ministre malien des Affaires étrangères, Tièman Coulibaly, "est attendu incessamment" à Nouakchott, a déclaré à l'AFP un responsable mauritanien qui n'a pas souhaité s'exprimer davantage.
              
Selon un communiqué gouvernemental publié dimanche à Bamako, M. Coulibaly a pour mission d'exprimer "de vive voix" aux autorités mauritaniennes "la compassion et les regrets du peuple malien" après la fusillade qui s'est produite à Diabali, localité de la région de Ségou (centre).
              
"Un incident est survenu dans la nuit du samedi 8 septembre 2012 au poste de sécurité de Diabali au cours duquel 16 personnes ont trouvé la mort. Il s'agit de 8 Maliens et de 8 Mauritaniens tués par balle", avait expliqué le gouvernement malien, en exprimant un vif regret mais sans se prononcer sur les circonstances de cette fusillade, ni l'identité des tués et les auteurs des tirs.
              
Bamako a ordonné une enquête, et promis d'en rendre les résultats publics au Mali et en Mauritanie, ce qui n'a pas empêché le gouvernement mauritanien d'exprimer "sa profonde indignation" dans un communiqué au ton ferme.
              
Nouakchott parle d'un "massacre barbare perpétré (...) par une unité de l'armée régulière malienne" à l'encontre de "16 paisibles prédicateurs musulmans, pour la plupart mauritaniens, qui se rendaient à Bamako",
              
Il dénonce "la cruauté de cet assassinat collectif injustifiable de prêcheurs innocents désarmés, par des hommes en armes, revêtus de l'uniforme de l'armée régulière", et exige "une enquête indépendante" à laquelle il souhaite être associé.
                             
Exécutions ou bavure?

                      
Plusieurs zones d'ombres subsistaient lundi autour de cette fusillade, qui s'est déroulée à environ 400 km au nord-est de Bamako. Donc largement au sud de la limite des zones du Nord contrôlées depuis cinq mois par plusieurs groupes islamistes armés, dont Ansar Dine et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).
              
Selon des sources militaires, sécuritaires et officielle maliennes jointes par l'AFP, il s'agissait d'islamistes arrivés à Diabali dans un véhicule. La fusillade a été déclenchée par le refus d'obtempérer, qui a poussé l'armée à les traiter "comme des ennemis", d'après l'une des sources.
              
Un responsable au ministère malien de la Sécurité a précisé à l'AFP qu'il s'agissait de membre de la secte Dawa, originaire du Pakistan et présente dans plusieurs pays du Sahel.
              
Un cousin d'un Mauritanien tué a parlé dimanche à l'AFP d'exécutions, expliquant qu'il s'agissait de 16 jeunes prédicateurs qui "ont été froidement tués par l'armée malienne". Une thèse reprise également lundi par des membres de communautés arabes et touareg maliennes sur leurs pages de réseaux sociaux.
              
D'autres s'interrogeaient sur une possible bavure militaire dans un contexte de nervosité et de suspicion au Mali, où la ligne de partition du pays s'est récemment déplacée: le 1er septembre, le Mujao a en effet pris, sans combat, la ville de Douentza (région de Mopti, centre), proche du Nord.
              
Le Mujao, Ansar Dine, des rebelles touareg et d'autres groupes armés, qui menaient des attaques contre l'armée dans le Nord, ont profité d'un coup d'Etat le 22 mars pour accélérer leur offensive et prendre le contrôle de ces vastes zones entre fin mars et début avril.
              
Depuis, les islamistes ont évincé leurs ex-alliés rebelles touareg du Nord et menacent de représailles les pays et soutiens d'une force militaire que l'Afrique de l'Ouest se dit disposée à envoyer au Mali pour l'aider à recouvrer ses zones occupées.

Première publication : 10/09/2012

  • MALI

    Les islamistes du Mujao affirment avoir exécuté un diplomate algérien

    En savoir plus

  • MALI

    "Une intervention militaire au Mali est difficile pour le moment"

    En savoir plus

  • MALI

    Les islamistes amputent la main d'un voleur dans le nord du Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)