Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Moyen-orient

"La Syrie devient un terrain d’entraînement pour djihadistes"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/09/2012

Le médecin français Jacques Bérès a effectué plusieurs voyages en Syrie afin de soigner les victimes du conflit. Selon lui, de nombreux djihadistes étrangers se sont rendus dans le pays pour y affronter les forces régulières de Bachar al-Assad.

Le docteur Jacques Bérès revient tout juste de Syrie. Le confondateur de Médecins sans frontières (MSF) a passé deux semaines à soigner les blessés dans un hôpital de la ville d’Alep (nord-ouest du pays), où de violents combats opposent toujours les forces régulières de Bachar al-Assad  aux rebelles.

Ce n’est pas la première fois qu’il se rend en Syrie depuis le début du conflit, en mars 2011. Mais cette fois-ci, contrairement à ses missions précédentes à Homs ou à Idlib (ouest du pays), il a été frappé par le nombre de combattants étrangers parmi les victimes.

“A Homs, les combattants que j’ai eu à soigner étaient uniquement des Syriens du périmètre avoisinant. Chaque fois qu’un combattant arrivait, les gens de l’hôpital savaient instantanément qui était la victime. Le cousin, le père, l’oncle de quelqu’un... Mais à Alep, d’où je reviens juste, le personnel hospitalier disait qu’il y avait des étrangers parmi ces combattants”, témoigne-t-il au micro de FRANCE 24 dans l’émission "l’Entretien".

Même si le Docteur Bérès reste prudent dans ses propos, ce qu’il a vu lui permet d’avancer que la Syrie est actuellement “un grand rendez-vous de djihadistes, un grand terrain d’entraînement favorisé par des filières  en provenance des monarchies pétrolières”.

“L’exemple à suivre, c’est Mohamed Merah”

“J’ai vu des djihadistes avec le bandeau vert ou noir, le sceau du prophète, les versets coraniques....la moustache supprimée, juste le collier de barbe salafiste”, poursuit-il.

Jacques Bérès l’admet volontiers : il ne parle pas suffisamment bien l’arabe pour identifier les régions d’origine des différents blessés. “Les gens de l’hôpital me disaient juste que c’étaient des étrangers sans préciser s’ils étaient Marocains, Tunisiens, Égyptiens, Jordaniens...”

En revanche, il a aisément pu reconnaître les Occidentaux...et a fortiori ses compatriotes. “J’ai rencontré deux jeunes Français. Je les ai soignés, puis je leur ai parlé, le Français était leur langue maternelle... Ils étaient convaincus de devoir se battre contre Bachar al-Assad pour instaurer le règne de la charia”, explique-t-il. Le médecin n’a pas pu en savoir tellement plus... “Ils étaient très méfiants, c’était difficile de parler avec eux. Mais le plus troublant, c’est que le plus jeune des deux expliquait que l’exemple à suivre, c'était Mohammed Merah”, raconte-t-il.

L’auteur des tueries de Toulouse et de Montauban, qui ont fait sept mort en mars 2012, a-t-il fait des émules et incité des jeunes à aller se battre en Syrie ? “Je crois que personne n’a une idée claire de combien de dizaines d’individus ça peut faire mais les autorités françaises sont très conscientes du problème et du danger que cela représente”, estime-t-il en tous cas....  

Dans un conflit asymétrique, les rebelles ne peuvent de toutes façons pas se passer des services de ses volontaires. Sur ce point, “c’est surtout la faute des puissances occidentales de ne rien avoir fait”, déplore Jacques Bérès.

Première publication : 10/09/2012

Comments

COMMENTAIRE(S)