Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

Sports

La France terrasse la Biélorussie, sa bête noire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2012

Les Bleus ont remporté 3-1 leur deuxième match des éliminatoires de la Coupe du monde contre la Biélorussie, un adversaire qui s'était avéré redoutable ces deux dernières années. Frank Ribéry a été le grand artisan du succès français.

AFP - L'équipe de France a obtenu son deuxième succès en deux matches dans les qualifications du Mondial-2014 en venant à bout du Belarus (3-1) grâce notamment à un Ribéry flamboyant, mardi, ce qui lui permet d'occuper la tête du groupe I avant un déplacement en Espagne, le 16 octobre.
              
La malédiction du Belarus a donc été vaincue par Didier Deschamps et ses joueurs. Sur la route de l'Euro-2012, la bande de Laurent Blanc n'avait réussi qu'à glaner un point en deux rencontres face à un adversaire pourtant modeste.
              
L'anomalie a été réparée par "DD", qui a encore une fois justifié sa réputation de gagneur héritée de ses années italiennes.
              
Contrairement au voyage en Finlande (1-0) vendredi, la France n'a cette fois jamais véritablement tremblé, prenant l'avantage grâce à deux buts d'Etienne Capoue (49e) et de Christophe Jallet (68e sur un centre raté), leurs premiers en 2 sélections sur deux services de l'intenable Franck Ribéry, avant que "Francky" ne boucle sa folle soirée par sa dixième réalisation en 67 capes (80e) sur une merveille de balle piquée.
              
Le Belarus ne s'est distingué que l'espace d'un instant, sur la réduction du score de Putilo après un penalty repoussé de Lloris (2-1, 72), suite à une faute de Yang-Mbiwa, qui recevait un carton jaune synonyme de suspension pour le prochain match contre l'Espagne.
              
Le contrat est donc parfaitement rempli et cette jeune sélection française peut ainsi débarquer à Madrid, chez les champions du monde et d'Europe, avec un capital-confiance au plus haut.
              
Deschamps souhaitait profiter de la venue des faibles Biélorusses pour régler le problème offensif qui empoisonne son équipe. Avec trois buts, le public du Stade de France a eu droit à un petit festival alors que la France pensait être entrée avec Deschamps dans l'ère du pragmatisme et du réalisme.   
              
Royal Ribéry

L'ombre d'Abou Diaby a toutefois longtemps plané sur la pelouse du Stade de France. Forfait pour un problème musculaire, le "Gunner" aurait pu, par son amplitude et sa capacité à perforer, aider les Bleus à en finir au plus vite avec des Biélorusses regroupés derrière et très limités.
              
Mais sans le buteur d'Helsinki, les troupes de Deschamps sont souvent venus buter sur la défense adverse, pêchant particulièrement dans le dernier geste avant la libération de la seconde période.
              
En décidant de titulariser Olivier Giroud, le sélectionneur espérait soulager Karim Benzema, muet depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. Mais l'attaquant d'Arsenal, ménagé la semaine dernière, manquait singulièrement de jus et n'a été d'aucune utilité.
              
Le sélectionneur peut en revanche se consoler avec la performance de Franck Ribéry. Que ce soit à gauche, son côté de prédilection, ou à droite, le joueur du Bayern Munich, buteur et double passeur décisif, a été omniprésent et a éclaboussé le match de sa classe.
              
Les Bleus peuvent également dire un grand merci à leur capitaine Hugo Lloris, qui a sauvé la patrie en remportant son face-à-face avec Dragun au début de la seconde période (48e). Le portier de Tottenham, déjà auteur d'une parade cruciale en fin de rencontre en Finlande, aura prouvé durant ces dix jours de rassemblement que sa situation confuse chez les Spurs, où il n'est pas assuré d'être titulaire, n'avait pas altéré son niveau de jeu.
              
L'ancien Lyonnais s'est même offert le luxe de repousser un penalty mais Putilo a bien suivi pour réduire le score.
              
Une péripétie pour une équipe de France métamorphosée par Deschamps et qui commence peut-être à retrouver, avec l'ancien capitaine des champions du monde et d'Europe, le goût et la culture de la victoire égarés durant de nombreuses années.

Première publication : 12/09/2012

  • FOOTBALL

    Les Bleus assurent le service minimum en Finlande

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2014 : Diaby et Landreau font leur retour chez les Bleus

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Les Bleus de Deschamps en rodage face à l'Uruguay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)