Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Sports

La France terrasse la Biélorussie, sa bête noire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2012

Les Bleus ont remporté 3-1 leur deuxième match des éliminatoires de la Coupe du monde contre la Biélorussie, un adversaire qui s'était avéré redoutable ces deux dernières années. Frank Ribéry a été le grand artisan du succès français.

AFP - L'équipe de France a obtenu son deuxième succès en deux matches dans les qualifications du Mondial-2014 en venant à bout du Belarus (3-1) grâce notamment à un Ribéry flamboyant, mardi, ce qui lui permet d'occuper la tête du groupe I avant un déplacement en Espagne, le 16 octobre.
              
La malédiction du Belarus a donc été vaincue par Didier Deschamps et ses joueurs. Sur la route de l'Euro-2012, la bande de Laurent Blanc n'avait réussi qu'à glaner un point en deux rencontres face à un adversaire pourtant modeste.
              
L'anomalie a été réparée par "DD", qui a encore une fois justifié sa réputation de gagneur héritée de ses années italiennes.
              
Contrairement au voyage en Finlande (1-0) vendredi, la France n'a cette fois jamais véritablement tremblé, prenant l'avantage grâce à deux buts d'Etienne Capoue (49e) et de Christophe Jallet (68e sur un centre raté), leurs premiers en 2 sélections sur deux services de l'intenable Franck Ribéry, avant que "Francky" ne boucle sa folle soirée par sa dixième réalisation en 67 capes (80e) sur une merveille de balle piquée.
              
Le Belarus ne s'est distingué que l'espace d'un instant, sur la réduction du score de Putilo après un penalty repoussé de Lloris (2-1, 72), suite à une faute de Yang-Mbiwa, qui recevait un carton jaune synonyme de suspension pour le prochain match contre l'Espagne.
              
Le contrat est donc parfaitement rempli et cette jeune sélection française peut ainsi débarquer à Madrid, chez les champions du monde et d'Europe, avec un capital-confiance au plus haut.
              
Deschamps souhaitait profiter de la venue des faibles Biélorusses pour régler le problème offensif qui empoisonne son équipe. Avec trois buts, le public du Stade de France a eu droit à un petit festival alors que la France pensait être entrée avec Deschamps dans l'ère du pragmatisme et du réalisme.   
              
Royal Ribéry

L'ombre d'Abou Diaby a toutefois longtemps plané sur la pelouse du Stade de France. Forfait pour un problème musculaire, le "Gunner" aurait pu, par son amplitude et sa capacité à perforer, aider les Bleus à en finir au plus vite avec des Biélorusses regroupés derrière et très limités.
              
Mais sans le buteur d'Helsinki, les troupes de Deschamps sont souvent venus buter sur la défense adverse, pêchant particulièrement dans le dernier geste avant la libération de la seconde période.
              
En décidant de titulariser Olivier Giroud, le sélectionneur espérait soulager Karim Benzema, muet depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. Mais l'attaquant d'Arsenal, ménagé la semaine dernière, manquait singulièrement de jus et n'a été d'aucune utilité.
              
Le sélectionneur peut en revanche se consoler avec la performance de Franck Ribéry. Que ce soit à gauche, son côté de prédilection, ou à droite, le joueur du Bayern Munich, buteur et double passeur décisif, a été omniprésent et a éclaboussé le match de sa classe.
              
Les Bleus peuvent également dire un grand merci à leur capitaine Hugo Lloris, qui a sauvé la patrie en remportant son face-à-face avec Dragun au début de la seconde période (48e). Le portier de Tottenham, déjà auteur d'une parade cruciale en fin de rencontre en Finlande, aura prouvé durant ces dix jours de rassemblement que sa situation confuse chez les Spurs, où il n'est pas assuré d'être titulaire, n'avait pas altéré son niveau de jeu.
              
L'ancien Lyonnais s'est même offert le luxe de repousser un penalty mais Putilo a bien suivi pour réduire le score.
              
Une péripétie pour une équipe de France métamorphosée par Deschamps et qui commence peut-être à retrouver, avec l'ancien capitaine des champions du monde et d'Europe, le goût et la culture de la victoire égarés durant de nombreuses années.

Première publication : 12/09/2012

  • FOOTBALL

    Les Bleus assurent le service minimum en Finlande

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mondial-2014 : Diaby et Landreau font leur retour chez les Bleus

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Les Bleus de Deschamps en rodage face à l'Uruguay

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)