Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Afrique

Le modéré Hassan Cheikh Mohamoud élu président

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2012

Hassan Cheikh Mohamoud a été élu lundi président de la Somalie avec une majorité écrasante au deuxième tour face au président sortant. Le pays est pratiquement privé de gouvernement depuis le début de la guerre civile en 1991.

REUTERS - Les parlementaires somaliens ont élu lundi à une écrasante majorité chef de l'Etat Hassan Sheikh Mohamud, un nouveau venu en politique, lors d'un scrutin présidentiel présenté comme le point d'orgue du retour à la normale après vingt ans de violences.

Cette élection a été saluée par des explosions de joie dans les rues de la capitale, Mogadiscio.

"On dit que Hassan Sheikh Mohamud est proche du parti islamiste"

Le nouveau président, considéré comme un modéré, a été élu au deuxième tour de scrutin. Deux des quatre candidats qui s'étaient qualifiés pour ce deuxième tour se sont retirés, laissant seuls face à face le président sortant Sheikh Sharif Ahmed et Hassan Sheikh Mohamud.

La main droite sur le Coran, le nouveau chef de l'Etat a prêté serment quelques minutes seulement après son élection.

Deux douzaines de candidats étaient en lice. Le vote a eu lieu à bulletins secrets à l'école de police de Mogadiscio.

Il s'est déroulé en présence de diplomates étrangers et de la télévision, qui l'a retransmis en direct dans un souci de transparence.

Le Premier ministre sortant Abdiweli Mohamed Ali, qui a retiré sa candidature au second tour, a pesé de tout son poids pour que Mohamud soit élu. "La Somalie a voté pour le changement", a-t-il dit à Reuters.

Le président sortant a admis sa défaite. Pour les spécialistes de la région, il paie son incapacité à écraser l'insurrection islamiste et à améliorer le niveau de vie des
habitants.

Corruption

La Somalie est pratiquement privée de gouvernement depuis le début de la guerre civile en 1991 et cette élection présidentielle était l'aboutissement de l'accord de transition conclu le 17 février sous l'égide des Nations unies.

Ce scrutin sans précédent depuis plusieurs décennies n'aurait pas été possible sans l'appui de l'Union africaine, du Kenya et de l'Ethiopie, qui ont peu à peu chassé les islamistes d'Al Chabaab. Aujourd'hui, beaucoup de déplacés et de réfugiés jugent la situation suffisamment stable pour rentrer chez eux et entamer la reconstruction.

La reprise en main de l'administration ne se fait toutefois pas sans difficultés car les soupçons de corruption restent vifs.

Entre 2009 et 2010, sur dix dollars alloués au gouvernement fédéral de transition, sept n'ont jamais été versés dans les caisses de l'Etat, selon les conclusions rendues en juillet par une commission des Nations unies.

La capitale somalienne est en pleine reconstruction après avoir été traversée par des lignes de front pendant des années. En août 2011, les rebelles d'Al Chabaab ont dû s'en retirer sous le feu de l'armée et de l'Amisom, la force de l'Union africaine.

Bien que les troupes étrangères continuent à gagner du terrain hors de Mogadiscio, notamment dans le sud et le centre du pays, l'autorité du gouvernement central ne s'étend guère au-delà de la capitale.

Première publication : 11/09/2012

  • KENYA

    L'assassinat d'un dignitaire musulman provoque des émeutes à Mombasa

    En savoir plus

  • SOMALIE

    L'élection du nouveau président somalien reportée

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)