Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Moyen-orient

Nucléaire iranien : Israël tente de faire pression sur les États-Unis

Vidéo par Gallagher FENWICK

Dernière modification : 11/09/2012

Dans un discours aux accent belliqueux, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a demandé aux États-Unis de fixer une "ligne rouge" à Téhéran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire. Ce qui n'a pas manqué d'agacer Washington.

Le temps n’est plus à la diplomatie. Dans un discours va-t-en-guerre prononcé lors d’une conférence de presse, ce mardi, en Israël, le Premier ministre israélien a menacé l’Iran de frappes militaire si son voisin ne mettait pas fin à l’enrichissement de l’uranium et si la communauté internationale ne fixait pas de "ligne rouge" à Téhéran.

Benjamin Netanyahou l’affirme : il est prêt à attaquer son voisin, unilatéralement si nécessaire. Une action militaire s’annonce pourtant délicate pour l’État hébreu : d’une part, l’opinion publique israélienne reste très divisée sur le sujet, d’autre part, les puissances occidentales multiplient les appels à laisser plus de temps à la diplomatie.

"Le monde dit à Israël : ‘attendez, on a encore du temps’. Et je dis : ‘Attendre pour quoi ? Attendre jusqu’à quand ?’ Ceux, dans la communauté internationale, qui refusent de mettre une ligne rouge face à l’Iran n’ont pas le droit moral de mettre un feu rouge devant Israël", a déclaré Benjamin Netanyahou, qui s’exprimait en anglais lors d’une conférence de presse aux côtés de ministres bulgares en visite dans l’État hébreu.

"Si l’Iran sait qu’il n’y a pas de ligne rouge, si l’Iran sait qu’il n’y a pas de date limite, que fera-t-il ? Exactement ce qu’il est en train de faire. Il est en train de continuer, sans aucune ingérence, à chercher à obtenir la capacité en matière d’armement nucléaire et, à partir de là, la bombe nucléaire", a poursuivi le chef du gouvernement israélien.

Washington privilégie les négociations

Depuis plusieurs semaines, le Premier ministre israélien exhorte de façon insistante l'administration Obama à durcir le ton à l’égard de Téhéran, en instaurant une "ligne rouge claire" pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire. Outre-Atlantique, ces injonctions agacent. Barack Obama a d’ailleurs refusé de recevoir Benjamin Netanyahou ce mois-ci, invoquant officiellement une incompatibilité d’agendas. Mais les deux alliés affichent de plus en plus ouvertement leurs divergences sur le dossier du nucléaire iranien, notamment sur le déclenchement d’une éventuelle action militaire.

Washington souhaite privilégier les négociations et attend de voir les résultats des sanctions économiques imposées à l’Iran. Lundi, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a irrité les Israéliens en déclarant que les États-Unis ne fixeraient pas de date limite à l’Iran pour qu’il se plie aux injonctions de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). "Ce n’est pas utile d'imposer une date butoir ou une ligne rouge d'une manière ou d'une autre. Il est plus important de nous concentrer sur les pressions exercées sur l'Iran et de donner à ce pays la possibilité de régler la situation", a expliqué Victoria Nuland, porte-parole du ministère des Affaires étrangères américain.

Téhéran persiste à nier un programme nucléaire militaire

Israël, considéré comme la seule puissance nucléaire au Proche-Orient, estime qu’un Iran doté de la bombe atomique serait une menace pour son existence. Téhéran, qui a toujours nié vouloir se doter de cette arme, assure que son programme nucléaire ne poursuit qu’un objectif civil.

Dans son dernier rapport, publié en août dernier, l’AIEA accuse cependant Téhéran d'avoir doublé ses capacités de production d'uranium sur le site militaire de Fordo, au centre du pays, enfoui sous une montagne.

Le directeur de l’AIEA, Yukiya Amano, a d’ailleurs demandé lundi à l’Iran d’autoriser sans délai les inspecteurs de l’agence à accéder au site militaire de Parchin, lieu présumé de tests d’explosifs nécessaires au développement de l'arme nucléaire. Mais Téhéran continue d’ignorer les injonctions de l’agence.

Les tensions sont de plus en plus vives entre les deux pays voisins. Cependant, de nombreux analystes s’accordent à dire que la rhétorique belliqueuse de Benjamin Netanyahou masque avant tout l’impossibilité, pour Israël, de lancer seul une frappe contre Téhéran. Une position qu'avait soutenue le président Shimon Pérès qui déclarait en août que l'Etat hébreu ne peut attaquer l'Iran sans les Etats-Unis

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 11/09/2012

  • ISRAËL

    Les déclarations de Shimon Peres sur l'Iran créent une polémique en Israël ‎

    En savoir plus

  • IRAN

    L'AIEA accuse Téhéran d'avoir doublé sa capacité de production nucléaire

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël couvre ses arrières en prévision d’une guerre contre l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)