Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad au 20H

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du sud : l'armée déployée pour faire face aux violences xénophobes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le plan de Hollande pour l'emploi des jeunes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

Amériques

Scott le pizzaiolo fait buzzer la campagne de Barack Obama

Texte par Thibault LIEURADE

Dernière modification : 12/09/2012

En visite en Floride, le président-candidat est entré dans la pizzeria de Scott, qui l’a pris dans ses bras et l’a soulevé à trente centimètres du sol. Une image déjà marquante de la campagne présidentielle américaine.

Barack Obama décolle, et pas seulement dans les sondages. Dimanche dernier, alors qu’il faisait une halte dans une pizzeria de Floride où il faisait campagne, le président-

candidat a été soulevé en l’air par Scott Van Duzer, le propriétaire des lieux, qui était visiblement fou de joie de voir entrer le locataire de la Maison Blanche dans son établissement.

L‘image de ce pizzaiolo d’1m96 pour 117 kilos soulevant Barack Obama comme une plume, capturée par les nombreuses caméras présentes sur place, a aussitôt fait le tour du monde. Un coup de pouce supplémentaire à sa campagne après une convention démocrate réussie, à en croire les quatre ou cinq points pris dans les sondages dans la foulée de l’officialisation de sa candidature.

Quand Scott le pizzaiolo rencontre Obama...


Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il se trouve que la scène se déroule en Floride, l’un de ces “Swing states” où l’issue du scrutin est indécise. Surtout, Scott le pizzaïolo est un électeur inscrit sur les listes républicaines mais qui a voté pour Obama en 2008 et compte bien faire de même en novembre prochain.

Déjà en 2008, Joe le plombier...

Trop beau pour être vrai ? Après coup, le “chariot élévateur” (comme l’a appelé Obama) a simplement expliqué qu’il s’était arrangé avec le service de sécurité du président pour pouvoir donner un “bear-hug” (littéralement calin d’ours) au candidat.

Scène authentique ou pas, les Républicains ont bien senti que leur rival avait réalisé un bon coup politique alors que leur candidat, Mitt Romney, semble à la peine ces derniers jours. Ils se sont d’ailleurs allègrement vengé en appelant au boycott de la pizzeria de Scott Van Duzer et en tentant de détruire la réputation de son établissement sur Yelp!, un site Internet influent aux États-Unis qui permet aux internautes de noter la qualité des restaurants.

Entre-temps, le pizzaiolo de Floride est devenu une vedette aux États-Unis. Les médias se l’arrachent... un peu comme Joe le plombier en 2008. Lors de la dernière campagne présidentielle américaine, cet anonyme de l’Ohio s’était invité malgré lui au coeur des débats après avoir interpellé Barack Obama sur son programme en matière de fiscalité. Depuis, sa notoriété lui a permis d’entamer une carrière politique au sein du parti républicain. Scott le pizzaiolo suivra-t-il la même voie ?

En 2008, Joe le plombier faisait irruption dans la campagne présidentielle américaine

 

Première publication : 11/09/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama reste une icône pour les français issus de l'immigration

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    Barack Obama et Mitt Romney préparent leur trois face-à-face prévus en octobre

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE AMÉRICAINE

    En clôture de la convention démocrate, Barack Obama promet "un monde meilleur"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)