Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

EUROPE

Le Parti libéral néerlandais revendique la victoire aux législatives

Dernière modification : 13/09/2012

Le parti travailliste PVDA arriverait en deuxième position avec 37 sièges contre 41 pour les libéraux du VVD. Le Premier ministre libéral sortant Mark Rutte (photo) a déclaré qu’il allait s’atteler à la formation d’un gouvernement.

Les libéraux peuvent souffler. Après dépouillement de 90% des voix, les libéraux du VVD étaient crédités de 41 sièges, soit quatre de plus que le Parti travailliste. Mark Rutte, Premier ministre néerlandais sortant et chef de file du Parti libéral (photo), a donc revendiqué jeudi matin la victoire aux élections législatives anticipées. Les résultats définitifs sont attendus dans la matinée. 

 "Demain, je ferai les premiers pas en vue de la formation d'un gouvernement", a déclaré le chef du gouvernement à la télévision, sans préciser quelle formation il allait consulter.

Diederick Samsom, chef de file du Parti travailliste, a quant à lui reconnu la victoire des libéraux et précisé qu’il avait appelé Mark Rutte pour le féliciter "parce que le VVD est à nouveau le parti le plus important", a-t-il expliqué à ses partisans.

Une coalition qui s'annonce fragile

Aucune de ces deux formations politiques n’obtient la majorité absolue. Ils se voient

"Il est très probable que les libéraux s'allient aux travaillistes pour gouverner"

donc contraints de former une coalition, qui devrait s’avérer fragile. En attendant l’ouverture des tractations en vue de la formation d’un gouvernement, les pro-européens de Hollande - comme dans le reste de l’Union européenne - pourront se réjouir de constater que les formations les plus eurosceptiques sont les grandes perdantes du scrutin.

Les Néerlandais renouvelaient leur “Tweed kamer”, la chambre basse du Parlement, dans un contexte général de politique d’austérité, sur fond d’hostilité grandissante de l’électorat aux plans d’aide à la Grèce et aux décisions prises par Bruxelles.

Camouflet pour l’extrême droite

Les partis eurosceptiques sont les grands perdants de la soirée. Avec en premier lieu le parti d'extrême droite de Geert Wilders, islamophobe et europhobe, qui perd près de la moitié de ses sièges (13 contre 24 précédemment). En avril dernier, cette formation politique avait rompu son alliance avec le gouvernement libéral de centre-droit de Mark Rutte en raison d’un désaccord sur la réduction du déficit public, provoquant des législatives anticipées. De son côté, la gauche radicale d’Emile Roemer ne progresse pas et est créditée de 16 sièges.

Cette victoire a dû être également accueillie avec soulagement à Berlin. Le Premier ministre Mark Rutte reste en effet un allié de poids pour la chancelière allemande Angela Merkel, qui tente de convaincre Bruxelles d’imposer des politiques de redressement des comptes publics aux États-membres de l’Union européenne via le Pacte de stabilité européen.

FRANCE 24 avec dépêches

 

 

Première publication : 12/09/2012

  • PAYS-BAS

    Les Néerlandais aux urnes pour des législatives sur fond de crise européenne

    En savoir plus

  • PAYS-BAS

    La démission du Premier ministre plonge le pays dans une nouvelle crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)