Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Afrique

L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

©

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 10/10/2012

Un film jugé offensant envers le prophète Mahomet a déclenché des violences anti-américaines, mardi, en Égypte et en Libye. L'ambassadeur des États-Unis en Libye et trois autres employés sont morts dans l'attaque du consulat à Benghazi.

Les principales informations de la journée de mercredi :

  • Le président des États-Unis Barack Obama a promis que justice serait faite après l'attaque du consulat américain à Benghazi.
  • Laurent Fabius, le ministre des Afaires étrangères français, a également fustigé "ces actions absolument inqualifiables".
  • Le décès de l'ambassadeur serait dû à une suffocation au monoxyde de carbone, selon une source de sécurité à Benghazi.
  • Au Caire, en Égypte, près de 3 000 personnes dont de nombreux salafistes, se sont rassemblées devant l’ambassade des États-Unis pour clamer leur colère. 

L'ambassadeur des États-Unis en Libye, J. Christopher Stevens, et trois fonctionnaires américains ont été tués mardi soir dans l'attaque du consulat à Benghazi, dans l'est de la Libye.

Qui était J. Christopher Stevens ?

Le président des États-Unis Barack Obama a promis mercredi que justice serait faite après l'attaque de Benghazi qu'il a qualifiée de "scandaleuse". Hillary Clinton, la secrétaire d'État américaine, a accusé "un petit groupe de personnes insensées" mais assuré, lors d'une déclaration à la presse, que les Etats-Unis préserveraient leur "amitié" envers la Libye.

"Nous avons condamné ces actions absolument inqualifiables, nous voulons dire aux autorités libyennes d'arrêter les coupables et de ne pas permettre ces exactions", a, pour sa part, déclaré le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

Le décès de l'ambassadeur serait dû à une suffocation au monoxyde de carbone, a indiqué à l'AFP une source de sécurité à Benghazi, sous couvert de l'anonymat. Selon les témoins, le consulat américain a été incendié après avoir été pillé et vandalisé.

A l’origine de l’attaque, un long-métrage, "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"), produit par un promoteur immobilier israélo-américain. Le film a provoqué, mardi, jour anniversaire des attentats du 11-Septembre, un déchaînement de violences contre des représentations diplomatiques américaines en Libye et en Égypte.

Un drapeau noir accroché à l'ambassade des États-Unis au Caire

Un témoin des attaques de Benghazi raconte

Au Caire, en Égypte, près de 3 000 personnes dont de nombreux salafistes, se sont rassemblées devant l’ambassade des États-Unis. Une dizaine d'hommes ont escaladé le mur d'enceinte du bâtiment et l'un d'eux a arraché le drapeau américain. Une fois déchiré, ce dernier a été remplacé par un immense drapeau noir sur lequel était écrite la profession de foi musulmane : "Il n'y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète".

La police est parvenue à faire sortir les manifestants de l’enceinte de l’ambassade sans faire usage de la force. Le drapeau noir a ensuite été accroché sur le mur d'enceinte, au pied duquel la police anti-émeutes était déployée. Sur le mur, un graffiti s'en prenait aux "Chiens de l'étranger", tandis qu'un autre mettait en garde contre les attaques visant Mahomet : "Tout sauf le prophète".

"Ce film doit être interdit immédiatement et des excuses doivent être faites", a déclaré un jeune homme interrogé parmi les manifestants du Caire.

Des "insultes contre le prophète Mahomet"

La Ligue arabe a condamné le film, estimant qu’il contenait des "insultes contre le prophète Mahomet", selon l’agence officielle égyptienne Mena. Dimanche, le grand mufti d’Égypte Ali Gomaa avait dénoncé "les actions de coptes extrémistes ayant produit un film offensant le Prophète", affirmant qu’il blessait "des millions de musulmans à travers le monde", soulignant que l’islam interdit la représentation du Prophète. "L’attaque du caractère sacré de la religion ne relève pas de la liberté" d’expression, avait-il ajouté.

L'ambassadeur J. Christopher Stevens, tué dans une attaque.

"L'Innocence des musulmans" a été réalisé et produit par Sam Bacile, un promoteur immobilier israélo-américain de 54 ans, originaire du sud de la Californie. Pour lui, l'islam est une religion de haine, "l'islam est un cancer", a-t-il affirmé au "Wall Street Journal". D'après le journal économique américain, Sam Bacile a levé 5 millions de dollars auprès de 100 donateurs juifs pour réaliser son projet. Il assure avoir travaillé avec 60 acteurs et une équipe de 45 personnes pour tourner le film en trois mois, l'an dernier en Californie. "C'est un film politique, ce n'est pas un film religieux", déclare-t-il au quotidien.

Le long métrage a reçu le soutien du controversé pasteur américain Terry Jones, qui avait créé la polémique en brûlant des exemplaires du Coran en avril. "C'est une production américaine qui n'est pas destinée à attaquer les musulmans mais montrer l'idéologie destructice de l'islam", a déclaré le pasteur. "Le film montre d'une manière satirique la vie de Mahomet". Terry Jones prévoyait d'en diffuser un extrait dans son église de Gainesville, en Floride, mardi soir.

"L'innocence des musulmans"



FRANCE 24 avec dépêche

Première publication : 12/09/2012

  • LIBYE

    Al-Senoussi, l'ex-chef du renseignement libyen, extradé vers Tripoli

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Emballement et mea culpa des médias autour de l’affaire du pasteur de Floride

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)