Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Avec L'Impératrice, la "French touch" fait des petits

En savoir plus

FOCUS

Malgré les accusations de corruption et le blocus, le Qatar tient à son Mondial-2022

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Coupe du monde 2018 : la France affrontera la Croatie en finale

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Trump et Poutine ont rendez-vous à Helsinki

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Assouplissement quantitatif : l'arme lourde des banques centrales

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Les Bleus champions du monde : "Un bonheur éternel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Le HCR s'oppose aux centres fermés : "Demander l'asile n'est pas un crime"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Tourisme : qui veut traverser l'Europe en train ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les Bleus champions du monde : quel impact sur la croissance française ?

En savoir plus

EUROPE

Les Néerlandais aux urnes pour des législatives sur fond de crise européenne

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 12/09/2012

Les Néerlandais se rendent aux urnes mercredi afin d'élire leurs députés. Un scrutin marqué par la crise de la zone euro, et dont les partis europhiles devraient sortir vainqueurs, selon les sondages.

Les bureaux de vote ont ouvert ce mercredi aux Pays-Bas pour les élections législatives qui devraient conforter les grands partis europhiles, et notamment le Premier ministre Mark Rutte, dans les urnes, et dissiper les craintes de voir les mouvements populistes ou radicaux tirer parti de la crise.

Au coude à coude dans les sondages, le chef du gouvernement sortant Mark Rutte (Parti libéral, VVD), ancien directeur des ressources humaines du groupe Unilever, et Diederick Samson (Parti travailliste, PvdA), ex-militant de Greenpeace, ont occupé le devant de la scène médiatique dans les derniers jours de campagne.

Le spectre d’une cohabitation

Un temps envisagée, l’idée d’une cohabitation dans le cadre d'une coalition gouvernementale à laquelle un ou deux autres mouvements seraient associés a été écartée par les deux hommes. Toutefois, l'arithmétique parlementaire et la fragmentation du paysage politique ne leur laisseront vraisemblablement pas d'autre choix. Selon Bernard Bouwman, spécialiste en communication politique et professeur adjoint à Webster University, dans la ville de Leiden, l’hypothèse d’une cohabitation inquiète les Néerlandais.

"Beaucoup d’électeurs craignent des arrangements en faveur d’une coalition. Ils veulent un gouvernement fort qui devra prendre des décisions importantes," a-t-il déclaré à FRANCE 24.

Le parti socialiste, plus à gauche que les travaillistes, et le Parti de la liberté, formation populiste et xénophobe de Geert Wilders, pointent, quant à eux, en troisième et quatrième position dans les intentions de vote.

La crise de la zone euro en toile de fond

Quel que soit le vainqueur, les Pays-Bas resteront à n'en pas douter l'un des membres de la zone euro les plus hostiles à l'aide en faveur des États lourdement endettés. Figurant parmi les derniers titulaires d'un triple A pour leur dette souveraine, les Pays-Bas sont, à l’instar de l'Allemagne, d'ardents partisans de la discipline budgétaire. Ce scrutin fait ainsi figure de baromètre de l'attachement des pays du Nord à l'austérité et de leur point de vue à l'égard des plans de sauvetage des États membres de la zone euro au bord de la faillite.

Les contribuables néerlandais, confrontés à l'érosion de leurs avantages sociaux, jugent injuste que des millions d'euros soient alloués à des gouvernements jugés inconséquents.

L’échec annoncé de Wilders

Militant pour une sortie de l’Union européenne, le parti d’extrême-droite de Geert Wilders pourrait, quant à lui, connaître un réveil difficile au lendemain des élections.

"Aujourd’hui, l’attention est moins portée sur l’Islam et l‘immigration. Wilders a tenté de s’adapter à ce changement en jouant la carte de l’Europe, sans succès. La plupart des gens réalisent que l’Europe rencontre des problèmes mais les Pays-Bas sont un petit pays et, au final, dépendent de l’Europe," commente Bernard Bouwman.

Lors de ces élections anticipées, le cinquième scrutin législatif organisé ces dix dernières années aux Pays-Bas, les grands perdants devraient être les chrétiens-démocrates du CDA, partenaires de la coalition sortante.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 12/09/2012

  • PAYS-BAS

    La démission du Premier ministre plonge le pays dans une nouvelle crise politique

    En savoir plus

  • EURO-2012

    Les Pays-Bas sous pression face à l’Allemagne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)