Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

FRANCE

Lagardère examine les conséquences d'une fusion entre EADS et BAE Systems

Dernière modification : 13/09/2012

Le groupe Lagardère poursuit l'étude du projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de la défense, EADS et BAE Systems. Si la fusion a lieu, le géant mondial pourrait rivaliser face à l'américain Boeing.

Le groupe Lagardère a annoncé jeudi qu'il ne donnerait son accord au projet de fusion entre les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et de défense, EADS et BAE Systems, qu'après avoir examiné "toutes les conditions" d'un éventuel rapprochement.

Lagardère, qui détient 7,5% du capital d'EADS, rappelle également dans un communiqué "que ce projet n'a pas encore été soumis à l'approbation" des conseils d'administration d'EADS et de Sogeade Gérance, la holding qui représente les intérêts de l'Etat français et de Lagardère dans le groupe EADS.

De son côté, le constructeur automobile allemand Daimler, qui détient encore 15% du capital d'EADS et 22,35% des droits de vote, avait indiqué mercredi qu'il prévoyait toujours de réduire cette année sa participation dans EADS.

Après des fuites dans la presse, les deux plus grands groupes européens de l'aéronautique et la défense, EADS et BAE Systems, ont dévoilé mercredi être en discussions en vue d'une fusion qui créerait le numéro 1 mondial de l'aéronautique, loin devant l'américain Boeing.

AFP

Première publication : 13/09/2012

  • AÉRONAUTIQUE

    Les profits d'EADS s'envolent

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    EADS révise le prix de son offre d'avions ravitailleurs pour l'armée américaine

    En savoir plus

  • AÉRONAUTIQUE

    EADS de nouveau en lice pour le méga-contrat des avions ravitailleurs

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)