Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

YouTube bloque l'accès en Égypte et en Libye au film qui a mis le feu aux poudres

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 13/09/2012

Le site de partage de vidéos YouTube a décidé de bloquer "temporairement" l’accès depuis l’Égypte et la Libye à la bande-annonce du film jugé offensant pour l'islam qui a déclenché une flambée de violences anti-américaines dans ces pays.

Face aux violences anti-américaines en Libye et en Égypte, qui ont été déclenchées par la diffusion sur Internet de la bande-annonce d’un film jugé antimusulman, YouTube a décidé de réagir. La plateforme de partage de vidéos détenue par Google a bloqué “temporairement”, mercredi 12 septembre, la disponibilité de “L’innocence des musulmans” sur son site en Égypte et en Libye. De leur côté, l’Afghanistan et l’Indonésie ont ordonné la fermeture complète du site YouTube sur leur territoire.

“Ce qui ne pose pas de problème dans un pays peut être offensant dans un autre”, a justifié Google dans un communiqué. Le géant de l’Internet a précisé avoir agi en pensant “aux familles des personnes tuées dans les attaques en Libye”. Faisant ainsi référence notamment au meurtre de J. Christopher Stevens, l’ambassadeur américain en Libye.

Pour autant, YouTube considère que ce film - qui représente le Prophète, ce qui en soit est jugé blasphématoire par les musulmans, comme un obsédé sexuel et un homosexuel - n’enfreint pas les règles de la plateforme de partage de vidéos. “Nous travaillons à une communauté où chacun peut exprimer son opinion”, souligne YouTube pour expliquer pourquoi le site n’enlève pas complètement cette vidéo de 14 minutes.

Cette approche deux poids-deux mesures est inédite pour YouTube. En effet, traditionnellement le site se considère uniquement comme un hébergeur non responsable de ce qui est mis en ligne. À ce titre, il se limite à intervenir lorsque des internautes lui signalent des contenus qui pourraient être illégaux (problème de droits d’auteur, représentation d’actes répréhensibles, etc.).

Boîte de pandore ?

YouTube ne fait généralement pas de particularisme national en raison du sacro-saint principe de la liberté d’expression protégée par le deuxième amendement de la Constitution américaine. Il peut y être contraint par une décision de justice, comme en Italie en 2010. Google avait alors dû bloquer dans ce pays l’accès à une vidéo montrant un enfant handicapé se faisant maltraiter.

Dans le cas de “L’innocence des musulmans”, la décision de Google revêt un caractère presque diplomatique. Elle fait en effet suite aux déclarations de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton qui, le 11 septembre, avait déploré “les efforts [de cette vidéo, ndlr] de dénigrer les croyances religieux d’autres personnes”.

Reste que l’approche de YouTube dans cette affaire risque d’ouvrir une boîte de Pandore pour Google. “Il faudra faire attention à ce que ce précédent ne soit pas invoqué par d’autres pour forcer YouTube à enlever des vidéos en invoquant des spécificités communautaires ou régionales”, souligne Yochai Benkler, professeur de droit à Harvard sur le site américain MarketPlace.

Première publication : 13/09/2012

  • YÉMEN

    La manifestation devant l’ambassade américaine à Sanaa fait quatre morts

    En savoir plus

  • LIBYE - ÉGYPTE

    Violences anti-américaines : "Obama finira-t-il comme Jimmy Carter ?"

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)