Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

Asie - pacifique

Six navires chinois pénètrent dans les eaux japonaises

Vidéo par Baptiste FALLEVOZ

Dernière modification : 15/09/2012

Le différend au sujet des îles Senkaku, que les Chinois appellent "Diaoyu", est monté d'un cran vendredi entre le Japon et la Chine. Six bateaux chinois ont pénétré dans les eaux japonaises au lendemain de l'annonce du rachat des îles par Tokyo.

Des milliers de Chinois ont manifesté ce samedi 15 septembre à travers tout le pays contre l’achat par Tokyo d’îles situées en mer du Japon, dont Pékin revendique la souveraineté. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées près de l’ambassade du Japon, dans la capitale chinoise. Selon les médias nippons, environ 40 000 personnes au total ont manifesté à travers le pays.

Les protestations qui s’étaient déroulées cette semaine dans le calme, ont pris un

tournant plus violent ce samedi. Selon un correspondant de l’AFP, des pierres et des bouteilles ont été lancées sur le siège de l’ambassade du Japon. Des policiers anti-émeutes, armés de matraques et de boucliers, tentaient de contenir la foule à la mi-journée.

Vigilance et surveillance

Le ton est également monté au niveau diplomatique. Accusant le Japon de "jouer avec le feu", Pékin avait envoyé vendredi six navires de reconnaissance dans les eaux japonaises, à proximité d'un archipel au centre d'un contentieux territorial entre les deux pays. L'armée a averti que d'autres mesures pourraient suivre.

"La patrouille de navires chinois dans les eaux des îles Diaoyu démontrent la souveraineté de la Chine sur ces îles et leurs îlots adjacents", indique le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les gardes-côtes japonais, qui assurent ne pas avoir eu recours à la force, les ont sommé de faire demi-tour, mais trois seulement ont obtempéré.

"Nous allons faire notre maximum en termes de vigilance et de surveillance", a promis le Premier ministre, Yoshihiko Noda, interrogé sur la réaction de Tokyo.

Son gouvernement avait annoncé, mardi, le rachat à leur propriétaire privé de ce groupe d'îles, nommées que les Chinois appellent Diaoyu et les Japonais Senkaku (comme reconnu dans les traités internationaux), entourées d'eaux poissonneuses et de fonds marins riches en gaz, est entre eux un sujet de friction récurrent.

Les liens commerciaux sino-japonais menacés ?

"Avec le prétendu achat des îles par le Japon, il sera difficile d'éviter des conséquences négatives pour les liens économiques et commerciaux sino-japonais", a par ailleurs déclaré, jeudi, le vice-ministre chinois du Commerce, Jiang Zengwei.

Il est déjà arrivé par le passé que le gouvernement chinois mette rapidement un terme à des manifestations anti-japonaises après les avoir attisées, craignant de perdre le contrôle de la situation. Des navires chinois avaient ainsi déjà pénétré en juillet dans les eaux japonaises, au même endroit, mais cette incursion n'avait donné lieu à aucun incident.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 14/09/2012

  • JAPON - CHINE

    Tokyo envisagerait d'acheter un archipel revendiqué par Pékin

    En savoir plus

  • CHINE-JAPON

    Manifestations en Chine contre le débarquement japonais sur les îles Senkaku

    En savoir plus

  • CHINE-JAPON

    La tension monte entre la Pékin et Tokyo au sujet des îles Senkaku

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)