Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

Les émeutes anti-américaines se propagent à travers le monde musulman

© AFP

Dernière modification : 14/09/2012

Des ambassades occidentales ont été prises d'assaut ce vendredi, dans plusieurs pays, par des manifestants jugeant offensant un film critique envers l'islam. Les heurts ont entraîné la mort de plusieurs personnes en Tunisie, au Liban et au Soudan.

La tension est encore montée d'un cran dans le monde musulman. Deux jours après le début des heurts provoqués par la diffusion sur Internet d’un film jugé blasphématoire contre l’islam, plusieurs manifestations ont eu lieu ce vendredi, jour de la grande prière. Des représentations diplomatiques occidentales ont été la cible d'attaques, notamment au Soudan, en Tunisie, au Yémen, en Inde et au Nigeria.

Les principaux événements de la journée


• En Tunisie, deux personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées en marge des émeutes qui ont eu lieu devant l’ambassade américaine à Tunis. Les autorités ont appelé au calme.


• Un manifestant a été tué à Tripoli, dans le nord du Liban, où d’importantes manifestations ont eu lieu alors que le pape effectue une visite de trois jours dans le pays.


• Une personne a péri lors de la dispersion d’une manifestation à Khartoum au Soudan.


• En Égypte, des heurts ont opposé des manifestants aux forces de l’ordre près de l’ambassade égyptienne au Caire. Les Frères musulmans, parti du président Mohammed Morsi, avaient pourtant retiré leur appel à manifester.


• Washington envoie une équipe de Marines au Yémen, où l’ambassade américaine a été attaquée jeudi. Quatre personnes sont mortes ce jour-là dans des affrontements entre policiers et protestataires.


• Des manifestations ont également eu lieu en Asie. Au Bangladesh, et notamment à Dacca, quelque 10 000 manifestants ont brûlé des drapeaux américain et israélien, et tenté d'approcher l'ambassade des États-Unis. Au Pakistan et en Afghanistan d’importants rassemblements se sont déroulés sans heurts. En Inde, la police a procédé à plus de 80 arresations alors que les manifestants tentaient d’attaquer un consulat américain.
 

Revivez les événements de la journée de vendredi dans le monde musulman

19h30 : Selon le site Internet israélien Ynet News, les émeutes anti-américaines ont également gagné Jérusalem, où la police a dispersé un groupe de manifestants qui prenait la direction du consulat des États-Unis.

19h15 : L'agence de presse AFP rapporte que d'importantes manifestations ont eu lieu au Bangladesh, et notamment à Dacca, où quelque 10 000 manifestants ont brûlé des drapeaux américains et israéliens et tenté de s'approcher de l'ambassade des États-Unis.

19h : Les médias tunisiens font état de deux morts dans l'attaque de l'ambassade américaine de Tunis.

17h35 : Au Nigeria, l'armée a tiré pour disperser une manifestation. "Il n'y a pas eu de blessés", a déclaré à l'AFP le capitaine nigerian Salihu Mustapha.

À Tunis, des manifestants ont mis le feu à une école américaine sans faire de victime, l'établissement était fermé au moment de l'attaque.

17h15 : Des manifestants ont franchi le mur d'enceinte de l'ambassade des États-Unis
au Soudan, rapporte un journaliste de Reuters. Les gardiens de l'ambassade ont effectué des tirs de sommation tandis que les manifestants ont hissé un drapeau islamique sur l'enceinte diplomatique.

17h00 : Des musulmans attaquent un consulat américain en Inde, la police a procédé à 86 arrestations.

16h30 : Une épaisse fumée noire s'est élevée au dessus de l'ambassade américaine dans la banlieue de Tunis, a constaté David Thomson, correspondant de FRANCE 24 à Tunis. La police a procédé à des tirs de sommation et de lacrymogènes contre des manifestants.

David Thomson, correspondant de FRANCE 24, témoigne des affrontements à Tunis



Les États-Unis ont envoyé une équipe de Marines au Yémen. Jeudi, quatre personnes ont été tuées lors de heurts entre la police et des manifestants protestant près de l'ambassade des États-Unis à Sanaa, au Yémen, contre ce même long-métrage.

16h20 : Un Soudanais a été tué à Khartoum dans la dispersion d'une manifestation. La victime a été écrasée par un véhicule policier qui a foncé sur un groupe de protestataires lançant des pierres sur les forces de l'ordre, selon le correspondant de l'AFP sur place.

16h15 : Des manifestants franchissent le mur d’enceinte de l’ambassade des États-Unis à Tunis.

15h50 : L’ambassade d’Allemagne à Khartoum a été envahie et incendiée. Les protestataires ont hissé un drapeau islamique noir portant en lettres blanches le verset du Coran "Il n'y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son prophète". Ils ont également brisé des vitres et des meubles.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a pour sa part condamné le film anti-islam, ainsi que les violences, et exigé que les autorités soudanaises prennent toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des diplomates.

15h30 : Plusieurs centaines de manifestants, brandissant les drapeaux noirs de la mouvance salafiste, convergent vers l'ambassade des États-Unis à Tunis, quadrillée par un important dispositif de sécurité.

Au Soudan, des milliers de manifestants s’approchent de l'ambassade américaine.

14h20 : Dans le nord du Liban, un manifestant a été tué dans des heurts entre les forces de sécurité et des islamistes qui avaient auparavant incendié un fast-food d'une enseigne américaine, a affirmé à l'AFP un responsable des services de sécurité. Des violences qui interviennent en parallèle d’une visite historique du pape Benoît XVI à Beyrouth.

13h45 : Quelque 5 000 manifestants islamistes ont attaqué les ambassades britannique et allemande à Khartoum, la capitale soudanaise, arrachant le drapeau allemand pour le remplacer par un étendard islamiste, a constaté un correspondant de l'AFP. La police a lancé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Dans un communiqué, le ministère allemand des Affaires étrangères a cependant annoncé que le personnel de son ambassade se trouvait en sécurité.

Selim el Meddeb, correspondant de France 24 au Liban, commente les violences

À l'aéroport de Benghazi, dans l'est libyen, le trafic aérien a repris après avoir été suspendu depuis jeudi soir pour des raisons de sécurité, selon des sources aéroportuaires.

13h40 : La police yéménite a tiré en l'air pour repousser des manifestants qui s'approchaient de l'ambassade américaine, au lendemain de la mort de quatre personnes dans la prise d'assaut de la chancellerie, selon un correspondant de l'AFP sur place. Les policiers ont également fait usage de canons à eau pour disperser les manifestants qui s'étaient rassemblés à quelque 500 mètres de l'ambassade à Sanaa, brûlant le drapeau américain et réclamant l'expulsion de l'ambassadeur.

13h30 : Les Frères musulmans égyptiens ont retiré leur appel à manifester vendredi affirmant qu'ils n'organiseraient qu'un rassemblement "symbolique" au Caire.

"À la lumière des événements des deux derniers jours, la confrérie a décidé de participer à une manifestation symbolique place Tahrir uniquement", a déclaré le secrétaire général du plus puissant mouvement politique d'Égypte, Mahmoud Hussein, dans un communiqué.

13h00 : Le site de partage de vidéo YouTube en Inde a bloqué l'accès au film "L'innocence des musulmans", a indiqué, vendredi, Google, propriétaire de YouTube. Le moteur de recherche n'a pas précisé s'il avait agi de lui-même ou à la suite d'une requête du gouvernement indien.

11h45 : Le film anti-islam américain est une "provocation", mais ne peut justifier les violences qu'il a entraînées dans plusieurs pays musulmans au Moyen-Orient et au Maghreb, a déclaré à Yalta (sud de l'Ukraine) le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan.

11h30 : Un leader du mouvement islamiste égyptien des Frères musulmans a déclaré vendredi dans un courrier au "New York Times" que les États-Unis et les citoyens américains ne peuvent être tenus pour responsables d'un film anti-islam, à l'origine de violences dans plusieurs pays musulmans.

"Malgré notre colère contre l'apparition continuelle de productions semblables à ce film anti-islam qui a provoqué les actuelles violences, nous ne tenons pas le gouvernement américain ou ses citoyens pour responsables des actes de quelques-uns qui abusent des lois protégeant la liberté d'expression", a assuré Khairat el-Shater.

"Dans la nouvelle Égypte démocratique, les Égyptiens ont gagné le droit d'exprimer leur colère dans de telles situations, et ils attendent de leur gouvernement qu'il fasse respecter et protège leur droit d'agir ainsi. Néanmoins, les Égyptiens doivent (protester) de manière pacifique et dans le cadre légal", a ajouté le leader des Frères musulmans.

11h00 : Environ 350 islamistes radicaux ont manifesté à Jakarta contre la "déclaration de guerre" que représente selon eux le film américain anti-islam. "Ce film insulte notre Prophète. Nous le condamnons. C'est une déclaration de guerre", a lancé un porte-parole du mouvement islamiste, Hizbut Tahrir, qui a appelé à la manifestation la petite foule pressée devant l'ambassade américaine en Indonésie, pays musulman le plus peuplé de la planète avec 240 millions d'habitants.

 

"L’ambiance est toujours très tendue auprès de l’ambassade américaine et de la place Tahrir au Caire"

10h30 : Le plus haut responsable religieux musulman de l'État indien du Cachemire a demandé aux citoyens américains de "quitter immédiatement" la région, rapporte vendredi la presse indienne. "Tout le monde accepte la grandeur du Prophète et aucune tentative de porter atteinte à son image ne sera tolérée", a déclaré le grand Mufti de l'État du Jammu-et-Cachemire (nord), Bashiruddin Ahmad, dont les paroles sont rapportées vendredi par l'agence Press Trust of India.
.
9h30 : Les autorités libyennes ont suspendu sans préavis le trafic aérien dans la nuit de jeudi à vendredi à Benghazi après avoir reçu des "menaces". Des sources militaires ont confirmé cette information sans donner plus de précisions.

9h15 : Invité du journal de FRANCE24, Jean-Paul Chagnollaud, spécialiste du Moyen-Orient, a rappelé qu'il ne fallait surtout pas parler de "choc des civilisations". Le film "L’innocence des musulmans" qui a provoqué, mardi, jour anniversaire des attentats du 11-Septembre, un déchaînement de violences contre des représentations diplomatiques américaines en Libye et en Égypte, "choque le monde musulman et pas seulement les islamistes", rappelle-t-il. "En Égypte, dans certaines couches sociales, il y a une véritable fascination pour ce que sont les États-Unis. On esperait beaucoup de Barack Obama, qui avait fait un somptueux discours au Caire, en juin 2009. Ce discours n’a pas été suivi d’actes concrets. Il y a eu une véritable déception et c’est cela qui est en question."



9h00 : Au Caire, les heurts se poursuivaient vendredi matin aux abords de l'ambassade des États-Unis. Les manifestants, des jeunes se déplaçant en petits groupes de quelques dizaines de personnes, jetaient des pierres sur les policiers anti-émeute, chargés de boucler les accès à la mission diplomatique, qui répondaient par des tirs de grenades lacrymogènes. Jeudi, plus de 200 personnes ont été blessées dans la capitale égyptienne lors des manifestations.

8h00 : Les autorités libyennes ont annoncé l’arrestation de quatre personnes dans le cadre de l’enquête sur l’attaque du consulat américain à Benghazi, qui a coûté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et à trois autres Américains, dont un ancien Navy Seal, soldat d'élite de la Marine, et un ex-militaire de l'US Air Force.

"Quatre hommes sont en détention et nous les interrogeons parce qu'ils sont soupçonnés de complicité dans les événements du consulat américain", a dit le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Ouanis Charif. "Nous réunissons des éléments de preuve", a-t-il poursuivi sans plus de précisions.

7h00 : Ansar al-Charia, mouvement islamiste mis en cause dans l'attaque contre le consultat américain à Benghazi mardi, nie toute implication tout en pointant la responsabilité aux gardes du consulat qui auraient "changé le cours" de la manifestation pacifique en tirant sur la foule.

Première publication : 14/09/2012

  • LIBYE

    Qui est Ansar al-Charia ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    YouTube bloque l'accès en Égypte et en Libye au film qui a mis le feu aux poudres

    En savoir plus

  • LIBYE - ÉGYPTE

    Violences anti-américaines : "Obama finira-t-il comme Jimmy Carter ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)