Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Economie

Îles grecques chercheraient acquéreurs

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/09/2012

Une liste de 47 îles appartenant à l’État grec et qui seraient à vendre a été publiée dans la presse grecque mercredi. Un sujet sensible alors que le pays doit trouver 50 milliards d’euros d’ici à 2020 par le biais de son programme de privatisations.

C’est un rêve pour les promoteurs immobiliers, mais un cauchemar pour les Grecs. L’hypothèse d’une cession de dizaine d’îles grecques pour renflouer les caisses vient de refaire surface. Et de la manière la plus concrète qui soit : un catalogue officiel édité par le quotidien grec Ta Nea propose une liste de 47 îles et îlots inhabités à vendre, appartenant à l’État.

Ces petits coins de paradis à saisir se trouvent aussi bien dans les Cyclades, en mer Ionienne ou encore dans le golf d’Eubée. D’une superficie comprise entre 5 et 300 hectares, ces îles coûtent, d’après Ta Nea, entre 3 et 45 millions d’euros. Pas de quoi effrayer un émir qatari, comme celui qui a déboursé 5 millions d’euros en avril dernier pour acquérir Oxia, une île en mer Ionienne qui appartenait auparavant à une famille greco-australienne.

Mais si ces îles peuvent apparaître comme des bonnes affaires, il y a tout de même quelques obstacles à franchir avant de pouvoir installer son hôtel en bord de mer. D’abord, la loi grecque interdit toute vente définitive d’une île appartenant à l’État, et ces potentiels nids à touristes ne peuvent être céder que pour 50 ans au maximum. En outre, il n’existe pas de cadastre en Grèce : acquérir un bien et prouver qu’on en est le propriétaire relève, souvent, du parcours du combattant.

N’empêche, la possibilité de vendre des îles  - c’est-à-dire un petit bout de ce qui a fait la fortune touristique de la Grèce - est “un sujet politiquement très sensible”, rappelle Alexia Kefalas, correspondante pour FRANCE 24 en Grèce. Elle ravive le souvenir du faux-pas, en octobre 2010, du politicien allemand Josef Schlarmann qui avait conseillé aux Grecs de vendre leurs îles pour faire des économies... À l’époque, Athènes avait vivement réagi. Cette fois-ci, les Grecs eux-mêmes ne trouvent plus l'idée si saugrenue. 

Doutes

Ce n'est pas la première fois, cependant, que cette hypothèse est évoquée. Le quotidien économique américain "Bloomberg" avait déjà relaté, mercredi 12 septembre, l’effort que le fonds de privatisation grec déploierait pour trouver des îles susceptibles d’être cédées. Le journal en évoquait 40. “Pure spéculation”, répond dorénévant cet organisme public contacté par FRANCE 24. Chargé de récolter 50 milliards d’euros d’ici à 2020 par le biais des privatisations, il dément avoir établi une liste. “Nous passons actuellement en revue les 6 000 îles qui appartiennent à l’État pour savoir lesquelles seraient éventuellement exploitables”, explique-t-on au fonds de privatisations qui affirme n’en avoir analysé que 650 pour l’instant.

Le but de cette inspection est de s’assurer que ces îles ne sont pas habitées et que personne ne risque de revendiquer un quelconque droit de propriété. “C’est au législateur et au gouvernement de prendre l’initiative de dire s’il faut ensuite envisager d’en céder certaines et ce n’est qu’après une telle décision que nous isolerions le cas échéant des îles candidates”, affirme-t-on au fonds de privatisation.

Athènes n’a, pour l’heure, réussi à vendre que pour 1,8 milliard d’euros d’actifs publics suscitant des doutes sur sa capacité à atteindre son objectif de 50 milliards d’euros dans les temps. Pourtant, ces privatisations sont considérés par la Troïka des créanciers publics (Fonds monétaire international, Union européenne et Banque centrale européenne) comme une condition sine qua non pour obtenir toute l’aide financière décidée lors du premier plan de sauvetage en juillet 2010.

Première publication : 14/09/2012

  • GRÈCE

    Merkel et Hollande prient Athènes de poursuivre sur la voie de la rigueur

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Athènes remboursera la BCE dans les temps

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Athènes demande plus de temps pour appliquer le plan d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)