Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Amériques

Le volcan de feu s'est réveillé

Dernière modification : 14/09/2012

Le volcan Fuego, situé à l'ouest du Guatemala, est entré en éruption jeudi, projetant un gigantesque nuage de cendres au-dessus du cratère. Les autorités locales ont d'ores et déjà procédé à l'évacuation de 10 000 personnes.

Le Volcan de Feu, au Guatemala, a connu jeudi sa plus forte éruption depuis une décennie, avec des fumerolles visibles depuis la capitale distante de 75 km, et l'évacuation d'au moins 33.000 personnes de villages alentour est prévue, a-t-on annoncé officiellement.

Déjà "10.000 personnes ont été évacuées (...) Au total, il est prévu qu'il y en ait plus de 33.000", a indiqué le porte-parole des services de prévention contre les catastrophe (Conred, publique), David de Leon.

De grandes fumerolles étaient visibles depuis la capitale et sur la route du Pacifique, à 20 km du cratère, des automobilistes ont signalé un immense nuage de cendres qui s'échappait d'un flanc du volcan, situé entre les départements de Chimaltenango, Escuintla et Sacatepequez, au sud-ouest de la ville de Guatemala.

"Ce type d'éruption est plus fort que la normale et n'avait pas été observé ces dernières années, c'est pourquoi nous avons déclenché l'alerte orange (danger)" aux environs du volcan, dans l'ouest du pays, a indiqué à des médias locaux Gustavo Chigna, de l'Institut de vulcanologie.

Il a ajouté qu'en raison de la forte explosion, de la cendre était retombée sur plusieurs villages autour d'une colonne qui s'est élevée à 3.763 mètres d'altitude. Des grondements ont été entendus à plusieurs kilomètres à la ronde.

Javier Garcia, du village de El Porvenir, a raconté sur une radio locale n'avoir pas eu l'intention de quitter sa maison mais "en voyant la forte éruption et toute la cendre qui retombait", lui et ses proches ont "décidé de fuir pour trouver refuge". "Tout est devenu noir et nous ne pouvions plus respirer", a-t-il ajouté.

"Depuis la nuit dernière, on entend de forts grondements, ici, dans la maison, et ce matin (jeudi), c'est devenu tout noir quand le volcan a commencé à lancer des cendres", a relaté sur la même radio une femme du village de Sangre de Cristo, tout en préparant quelques effets avant d'évacuer les lieux avec ses quatre enfants.

Les personnes sont évacuées par des autocars appartenant à des plantations de canne à sucre et avec des camions de transports de bétail et de marchandise, a indiqué à l'AFP un porte-parole des pompiers de cette commune, Mariano Lam.

M. Lam a également signalé que beaucoup d'habitants refusaient de quitter leurs maisons et "avaient décidé de rester sur place à leur propres risques".

Pour compliquer les choses, de "fortes pluies sont signalées dans les zones à proximité du volcan et la formation d'éventuels lahars (coulées de boue mélangeant eau et cendres volcaniques) est surveillée, afin de prendre des mesures préventives sur les routes et dans les rivières", a ajouté la Conred.

Le 3 septembre, les autorités avaient déclenché une alerte jaune sur la zone, après que ce volcan, dont le cratère culmine à 3.763 m, avait enregistré sa troisième et plus importante éruption de l'année.

AFP

Première publication : 14/09/2012

COMMENTAIRE(S)