Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Hollande annonce la fermeture de la centrale de Fessenheim fin 2016

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 15/09/2012

En ouverture de la conférence environnementale, vendredi, à Paris, le président français a annoncé la fermeture en 2016 de la plus ancienne centrale de France. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a dit vouloir mettre l'accent sur le renouvelable.

 

La centrale nucléaire française de Fessenheim sera fermée d'ici la fin 2016. C’est ce qu’a affirmé, vendredi 14 septembre, François Hollande lors de son discours d'ouverture de la conférence environnementale, à Paris.

"Certaines mesures seront engagées dès le lendemain de la conférence" (François Hollande)

"La centrale de Fessenheim, qui est la plus ancienne de notre parc, sera fermée à la fin de l'année 2016 dans des conditions qui garantiront la sécurité des approvisionnements de cette région, la reconversion du site et la préservation de tous les emplois", a déclaré le président français.

À la suite de l'incident chimique qui s'est produit mercredi dans le bâtiment réacteur de la centrale, des écologistes ont réclamé une accélération de la fermeture de la centrale. François Hollande avait promis, durant la campagne électorale, la fermeture de la centrale avant la fin de son mandat.

Évoquant précisément la transition énergétique et "la diversification des sources de production et d'approvisionnement" en énergie, le chef de l’État a également rappelé son objectif de réduire la part du nucléaire dans l'électricité produite de 75 % actuellement à 50 % à l'horizon 2025.

Transition énergétique

Le Japon annonce l’arrêt progressif du nucléaire

Dix-huit mois après la catastrophe de Fukushima, le gouvernement japonais a annoncé qu’il comptait se passer du nucléaire d’ici à 30 ans. Deuxième économie d'Asie et grand pays industriel, la décision du Japon intervient après des résolutions similaires de l'Allemagne, la première économie européenne, et de la Suisse.

Ces trois pays ont pris cette option après l'incident de mars 2011 à la centrale Fukushima, à 220 km au nord-est de Tokyo. Un accident sans précédent depuis la catastrophe de Tchernobyl il y a 25 ans et qui a provoqué d'importantes émissions radioactives et contraint une centaine de milliers d'habitants à abandonner leurs maisons.
 

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a quant à lui clôturé, samedi, la conférence, a annoncé la publication la semaine prochaine d'une "feuille de route" pour la mise en œuvre de la transition énergétique.

"La crise profonde que nous traversons n'est pas seulement financière et économique, elle est aussi environnementale", a déploré le chef du gouvernement, à l'issue des tables rondes auxquelles ont participé 14 ministres et 300 élus et représentants des ONG, syndicats et patronat.

La feuille de route met notamment l’accent sur les énergies renouvelables. Selon le Premier ministre, le gouvernement va lancer d'ici la fin décembre un nouvel appel d'offres pour la construction et l'exploitation de deux parcs d'éoliennes en mer, situés au large du Tréport (Seine-Maritime) et de Noirmoutier (Vendée).

Relancer le dialogue environnemental

Qualifié de "vrai test" par France nature environnement (FNE) ou Greenpeace, ce rendez-vous doit relancer le dialogue environnemental entre gouvernement, ONG, syndicats, employeurs et élus. Et fixer une nouvelle feuille de route "verte" cinq ans après le Grenelle de l'environnement. Le président français a d'ailleurs affiché, vendredi matin, une "ligne de conduite" ferme, en rejetant - en marge de la conférence - plusieurs demandes de permis d'exploitation du gaz de schiste.

François Hollande a promis cette conférence, annuelle, pour ouvrir "un dialogue environnemental au même niveau que le dialogue social". Comme il l'avait fait en juillet pour la conférence sociale, il lancera les travaux par une allocution vers 11H00 au Conseil économique, social et environnemental (Cese), à Paris.

Parmi les cinq tables rondes thématiques (énergie, biodiversité, santé, fiscalité, gouvernance) prévues à partir de vendredi après-midi et jusqu'à samedi midi, celle sur l'énergie s'annonce comme électrique.

INFOGRAPHIE


 

Première publication : 14/09/2012

  • FRANCE

    La centrale nucléaire de Fessenheim sera fermée "le plus tôt possible"

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'incident à Fessenheim relance le débat sur la fermeture de la centrale

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les écologistes exaspérés par les propos de Montebourg sur le nucléaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)