Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Afrique

De nouvelles manifestations antiaméricaines attendues vendredi

© AFP

Dernière modification : 14/09/2012

Trois jours après la mort de quatre Américains à Benghazi, le film "L’innocence des musulmans" continue de provoquer l’ire des pays arabo-musulmans. La sécurité a été renforcée près des missions diplomatiques américaines.

Tous les regards seront braqués sur le monde musulman. Deux jours après le début des heurts provoqués par la diffusion sur Internet d’un film jugé blasphématoire contre l’islam, l’administration américaine redoute une nouvelle flambée de violences contre les représentations américaines en ce vendredi, jour de prière.

Au Yémen, des jeunes en colère ont pénétré jeudi matin dans l'enceinte de l'ambassade des États-Unis à Sanaa avant d'être repoussés par la police. Des heurts se sont poursuivis jusque dans la soirée aux alentours de la chancellerie, faisant au total quatre morts et 34 blessés, a indiqué un responsable des services de sécurité yéménites.

La Maison Blanche a déclaré que Washington faisait le maximum pour protéger les diplomates américains au Yémen, précisant que tous les membres du personnel de l'ambassade étaient sains et saufs.

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a présenté ses "excuses au président américain Barack Obama", promettant de châtier les coupables.

Alerte rouge pour les ambassades

Irak, Iran, Gaza… la colère provoquée par le long-métrage "L’innocence des musulmans" continue à se propager dans de nombreux pays arabo-musulmans.

"L'innocence des musulmans"

Au Caire, les heurts se poursuivaient vendredi matin aux abords de l'ambassade des États-Unis. Les manifestants, des jeunes se déplaçant en petits groupes de quelques dizaines de personnes, jetaient des pierres sur les policiers anti-émeute, chargés de boucler les accès à la mission diplomatique, qui répondaient par des tirs de grenades lacrymogènes. Jeudi, plus de 200 personnes ont été blessées dans la capitale égyptienne lors des manifestations.

Quelques 500 manifestants se sont aussi rassemblés près de l'ambassade américaine à Koweït, arborant le drapeau noir d'Al-Qaïda. Le royaume ultraconservateur d'Arabie saoudite a condamné le film produit "par un groupe irresponsable", mais aussi "les réactions violentes dans plusieurs pays visant des intérêts américains".

En Iran, environ 500 personnes ont manifesté aux cris de "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël" près de l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains dans le pays. Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a demandé à Washington de "punir" les auteurs du film et leurs soutiens financiers.

Alors que la Maison Blanche a affirmé jeudi qu’elle surveillait de près ses missions diplomatiques à travers le monde, plusieurs pays d'Asie ont décidé de renforcer la sécurité autour de ces bâtiments pour contrer d’éventuelles manifestations.

Premières arrestations

"Le peuple accepte tout sauf les insultes au Prophète" scandent les manifestants place Tahrir (Le Caire)

L'Indonésie, pays musulman le plus peuplé de la planète, a demandé à Google de bloquer la diffusion du film polémique sur son site de partage de vidéos, YouTube. Le gouvernement afghan a bloqué quant à lui la totalité du site, tandis que le Pakistan empêchait l'accès au seul film. De son côté, la compagnie américaine a annoncé qu’elle retirait la vidéo du site en Libye et en Egypte.

Par ailleurs, les autorités libyennes ont annoncé l’arrestation de quatre personnes dans le cadre de l’enquête sur l’attaque du consulat américain à Benghazi, qui a coûté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et à trois autres Américains, dont un ancien Navy Seal, soldat d'élite de la Marine, et un ex-militaire de l'US Air Force.

"Quatre hommes sont en détention et nous les interrogeons parce qu'ils sont soupçonnés de complicité dans les événements du consulat américain", a dit le vice-ministre libyen de l'Intérieur, Ouanis Charif. "Nous réunissons des éléments de preuve", a-t-il poursuivi sans plus de précisions.

Quant à Ansar al-Charia, mouvement islamiste mis en cause, il a nié toute implication dans l'attaque tout en pointant la responsabilité aux gardes du consulat qui auraient "changé le cours" de la manifestation pacifique en tirant sur la foule.

Par ailleurs, les autorités libyennes ont suspendu sans préavis le trafic aérien dans la nuit de jeudi à vendredi à Benghazi après avoir reçu des "menaces". Des sources militaires ont confirmé cette information sans donner plus de précisions.

France 24 avec dépêches

 

Première publication : 14/09/2012

  • LIBYE

    Qui est Ansar al-Charia ?

    En savoir plus

  • INTERNET

    YouTube bloque l'accès en Égypte et en Libye au film qui a mis le feu aux poudres

    En savoir plus

  • LIBYE - ÉGYPTE

    Violences anti-américaines : "Obama finira-t-il comme Jimmy Carter ?"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)