Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

Afrique

Nouveau bras de fer dans une mine sud-africaine

Dernière modification : 14/09/2012

Le géant minier Aquarius Platinum a annoncé vendredi la suspension de l'activité dans sa mine de Kroondal, dans le nord de l'Afrique du Sud. Le pays est en proie à une crise depuis cinq semaines dans son secteur minier.

Le géant minier australien Aquarius Platinum, quatrième producteur mondial de platine, a annoncé ce vendredi la suspension jusqu'à dimanche soir de l'activité de sa mine de Kroondal près de Rustenburg, dans le nord de l'Afrique du Sud, en raison de tensions sociales croissantes dans la région.

L'entreprise a décidé de suspendre temporairement ses activités minières "pour assurer la sécurité des employés et des biens étant donné les tensions croissantes et les manifestations parmi les travailleurs et les habitants de la région", a indiqué la direction via un communiqué.

Cette décision a été annoncée après qu'un cortège de mineurs - identifiés en tant que grévistes d'Amplats, filiale du géant minier Anglo American - a fait irruption sur un site d'Aquarius et sommé la direction de stopper immédiatement l'activité, selon plusieurs médias sud-africains. La police est ensuite intervenue.

"A titre de précaution, la mine a été évacuée et le personnel renvoyé à la maison", a ajouté le groupe.

Selon l'agence radio EWN, la police a utilisé des gaz lacrymogènes et procédé à des arrestations.

Pretoria tente de ramener l'ordre

De son côté, le gouvernement sud-africain tape du poing sur la table. Pretoria avait annoncé - quelques heures plus tôt - que les forces de l'ordre avaient pour consigne d'arrêter les fauteurs de troubles dans cette région minière. Il faut dire que les compagnies minières ferment les unes après les autres alors que la santé économique du pays repose en partie sur ses puits de platine - ils représentent 9% du PIB, et 19% si l'on inclut les activités annexes, ils contribuent aussi pour la moitié aux exportations sud-africaines.

"Ceux qui procéderont à des rassemblements illégaux, porteront des armes dangereuses, se livreront à la provocation ou menaceront de violence dans les zones concernées seront traitées comme il se doit", a déclaré le ministre de la Justice Jeff Radebe lors d'une conférence de presse télévisée.

Le secteur minier est perturbé depuis cinq semaines par des troubles sociaux. Les mineurs en grève campent sur leurs exigences salariales et réclament la revalorisation de leurs paye. Mercredi, l'autre major du platine, Amplats avait suspendu la production dans cinq de ses mines, tandis que le site de la Lonmin, à Marikana, est lui de facto paralysé depuis la mi-août.

France 24 avec dépêches

Première publication : 14/09/2012

  • AFRIQUE DU SUD

    Les grévistes de Marikana refusent de signer un accord de reprise du travail

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Quatre mineurs blessés dans une fusillade près de Johannesburg

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    L'Afrique du Sud rend hommage aux 44 morts de Marikana

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)