Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • L'écrivain de génie Gabriel Garcia Marquez s'est éteint à 87 ans

    En savoir plus

  • Un scrutin sans suspense s'achève sur fond de violence en Algérie

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Amériques

Washington évacue son personnel non-essentiel en Tunisie et au Soudan

©

Vidéo par Philippe GASSOT

Dernière modification : 16/09/2012

Après quatre jours de violences contre le film islamophobe "L'Innocence des musulmans", le département d'État américain a donné l'ordre à son personnel de quitter la Tunisie et le Soudan. Al-Qaïda appelle à poursuivre les attaques anti-américaines.

Le réseau extrémiste Al-Qaïda a appelé les musulmans à continuer à s'en prendre aux intérêts américains pour protester contre un film islamophobe, après une baisse des tensions samedi dans le monde arabe secoué par quatre jours de violentes protestations parfois meurtrières.

Ordre d'évacuation des personnels américains en Tunisie et au Soudan

Le département d'Etat américain a ordonné le départ de toutes les familles et de tous les personnels non-indispensables de ces deux postes, et a publié des avertissements déconseillant aux citoyens américains de voyager dans ces pays.

Concernant les Américains qui continueraient à séjourner au Soudan, le département d'Etat déclare: "Vous devez garder un profil bas, varier vos horaires et vos itinéraires de trajet, conduire prudemment et vous assurer que votre passeport et votre visa soudanais sont toujours valides".

"Les citoyens américains restant en Tunisie doivent faire preuve d'une extrême prudence et éviter les manifestations", et ils doivent avertir l'ambassade de leur présence, ajoute le document.

Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a aussi affirmé que l'assaut sanglant contre le consulat américain en Libye avait été motivé, non seulement par ce film réalisé aux Etats-Unis, mais aussi par la mort du N.2 du réseau, Abou Yahya al-Libi, tué en juin dans une attaque américaine au Pakistan.

Face aux attaques répétées contre leurs représentations diplomatiques, les Etats-Unis ont envoyé 100 Marines en Libye et 50 au Yémen, le secrétaire à la Défense Leon Panetta soulignant que son pays devait être "prêt" au cas où "les manifestations deviennent hors de contrôle".

Washington a ordonné samedi l'évacuation de tous son personnel non-essentiel de Tunisie et du Soudan et a déconseillé aux citoyens américains de se rendre dans ces pays, a annoncé le département d'Etat.

Le Soudan a affirmé avoir refusé une "demande" américaine d'envoyer des Marines se disant capable d'assurer lui-même la défense des intérêts américains sur son territoire, alors que le Parlement yéménite a estimé qu'il revenait au gouvernement de se charger de cette protection.

Film amateur à petit budget, "Innocence of Muslims" qui présente les musulmans et le prophète Mahomet comme immoraux, a provoqué mardi une violente manifestation contre l'ambassade des Etats-Unis au Caire et une protestation devant leur consulat à Benghazi (est libyen) au cours de laquelle des hommes armés ont attaqué le bâtiment tuant quatre Américains dont l'ambassadeur.

Des manifestations de foules en colère, comptant parfois de nombreux extrémistes, se sont ensuite étendues jeudi et vendredi touchant le Yémen, l'Irak, l'Iran, l'Egypte, la Syrie, le Maroc, l'Algérie et Gaza, ainsi que plusieurs pays musulmans d'Asie vendredi, jour de la grande prière musulmane.

Au moins 11 manifestants sont morts lors des accrochages avec les forces de l'ordre, sept vendredi (quatre à Tunis, deux à Khartoum et un au Liban) et quatre jeudi au Yémen. Des renforts de sécurité ont été déployés autour de l'ambassade américaine à Tunis, comme dans plusieurs autres pays.

"Libération des terres arabes"

"Faisons de l'expulsion des (personnels) des ambassades et des consulats une étape de la libération des terres arabes de l'hégémonie et de l'arrogance américaines", écrit Aqpa, dans un communiqué reproduit par le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE.

En Afghanistan, la base du prince Harry visée

Six avions de combat américains ont été détruits et deux ont été endommagés "de façon significative" lors de l'attaque des talibans dans la nuit de vendredi à samedi contre le camp Bastion, la base en Afghanistan où est stationné le prince Harry, a annoncé dimanche la force de l'Otan (Isaf).

Jamais de telles pertes matériels n'avaient été infligées en dix ans de conflit en Afghanistan aux forces de la coalition, a reconnu une source sécuritaire occidentale.

Deux marines américains ont été tués dans l'attaque et neuf autres membres de la coalition -- huit militaires et un civil -- ont été blessés, selon le nouveau bilan de l'Isaf.

L'attaque à l'arme légère et à l'aide d'obus et de roquettes a duré plus de quatre heures et a été très intense.

Les islamistes somaliens et les talibans pakistanais ont aussi appelé à attaquer les intérêts américains. La veille, les talibans ont pris d'assaut la base où est stationné le prince Harry, "en représailles" selon eux contre le film. Deux marines américains ont été tués.

Néanmoins samedi, aucune manifestation notable n'a été signalée dans les capitales arabes.

Des cortèges de centaines de personnes ont défilé dans le calme en Indonésie, pays musulman le plus peuplé du monde, et en Australie.

A Paris et à Anvers (Belgique), des dizaines de personnes ont été interpellées après des manifestations et des heurts avec la police.

Dans le nord d'Israël, des centaines d'Arabes israéliens ont manifesté alors que 150 Palestiniens ont protesté à Jérusalem-Est où un manifestant a été arrêté pour avoir causé des troubles près du consulat américain.

Après les violentes manifestations au Caire, le grand imam d'Al-Azhar, cheikh Ahmed al-Tayyeb, a appelé les Egyptiens "à la retenue" et l'ONU à adopter "une résolution internationale" interdisant toute atteinte à l'islam.

Le mufti d'Arabie saoudite, cheikh Abdel Aziz Al-cheikh, a demandé que les "atteintes aux figures sacrées" "soient criminalisées", tout en condamnant le recours à la violence lors des manifestations.

Piste Al-Qaïda?

Néanmoins selon l'hebdomadaire Der Spiegel de dimanche, un groupuscule d'extrême droite allemand veut projeter intégralement à Berlin le film, le ministre allemand de l'Intérieur critiquant ce projet qui versera "de l'huile sur le feu" et s'engageant à faire son possible pour l'interdire.

Dans un communiqué, la branche yéménite d'Al-Qaïda a affirmé que "la mort du cheikh al-Libi a accru l'enthousiasme et la détermination des fils d'Omar al-Mokhtar (en Libye) à se venger de ceux qui ont tourné en dérision et attaqué notre prophète".

L'attaque à Benghazi a coïncidé avec le 11e anniversaire des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis commis par Al-Qaïda.

N'écartant pas la possibilité de découvrir un "lien entre Al-Qaïda et l'attaque planifiée du consulat", le président de l'Assemblée nationale libyenne Mohamed al-Megaryef a affirmé à l'AFP que des éléments étrangers y étaient impliqués.

Selon un responsable américain, des extrémistes se sont servis de la manifestation contre le film comme "prétexte" pour attaquer le consulat.

Dans son adresse hebdomadaire à ses compatriotes, Barack Obama les a appelés à ne pas se laisser décourager par les images de violences anti-américaines dans le monde musulman, disant sa certitude que les idéaux de liberté de l'Amérique finiraient pas triompher.

Les réactions déclenchées par le film, une obscure vidéo coproduite par un copte (chrétien d'Egypte) de Los Angeles et des évangélistes américains et tournée par un réalisateur de films pornos, rappellent la colère provoquée par la publication de caricatures de Mahomet en 2006 par un journal danois.

(AFP)

Première publication : 16/09/2012

  • FILM ANTI-ISLAM

    Les émeutes anti-américaines se propagent à travers le monde musulman

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)