Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Asie - pacifique

Jugée démente, l’ex-"première dame" des Khmers Rouges est libre

Dernière modification : 16/09/2012

Le tribunal de Phnom Penh chargé de juger les Khmers rouges a libéré Ieng Thirith. Accusée de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre, l'ancienne "première dame" du régime a été jugée trop folle pour assumer un procès.

Le tribunal de Phnom Penh chargé de juger les Khmers rouges a libéré dimanche l'ancienne "première dame" du régime (1975-79), Ieng Thirith, jugée par les médecins trop folle pour assumer un procès.

Ieng Thirith, 80 ans, qui en 2009 avait promis à ses juges le "septième cercle de l'enfer" et dont la défense avait indiqué ne plus pouvoir prendre d'ordre auprès d'elle, ne répondra jamais des chefs de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour lesquels elle est poursuivie.

Souffrant probablement de la maldie d'Alzheimer, "l'accusée Ieng Thirith a été libérée sous certaines conditions" réclamées par l'accusation, a déclaré à l'AFP Neth Pheaktra, un porte-parole du tribunal parrainé par l'ONU.

L'octogénaire sera en particulier tenue de rester sur le territoire cambodgien et de prévenir la justice de tout changement d'adresse. Elle devrait également se voir interdire toute intervention dans le procès en cours ainsi que toute communication avec la presse.

Une décision définitive sur la nature de ces conditions sera prise ultérieurement, a précisé Neth Pheaktra.

Après le numéro un du régime Pol Pot et le "boucher" Ta Mok, morts respectivement en 1998 et 2006 sans avoir été jugés, l'ex-ministre des Affaires sociales emportera donc dans sa folie ses vérités sur un régime qui, en moins de quatre ans (1975-79), a fait quelque deux millions de morts.

Dirigé par Pol Pot, le "Kampuchéa démocratique" a tenté d'imposer une nouvelle société agraire, sans monnaie, ni médecine, ni éducation. Deux millions de personnes sont mortes d'épuisement, de maladie, sous la torture ou au gré des exécutions.

Issue de la haute société cambodgienne, Ieng Thirith - de son nom de naissance Khieu Thirith - avait épousé Ieng Sary en 1951, à une époque où il fréquentait les cercles à tendance marxiste du mouvement anti-colonialiste en France.

Devenu ministre des Affaires étrangères du régime, Ieng Sary comparaît depuis plusieurs mois devant le tribunal de Phnom Penh avec l'idéologue des Khmers rouges, Nuon Chea et le président du "Kampuchea démocratique" Khieu Samphan, pour les mêmes chefs d'accusation. Tous sont octogénaires, avec une santé diversement fragile mais des fonctions intellectuelles intactes.

Les experts ont prêté une influence notable à Ieng Thirith sur le régime totalitaire.

Sa soeur avait épousé Pol Pot, mais avait souffert de problèmes mentaux, ce qui l'avait empêchée de jouer un rôle politique de premier plan. D'où le surnom de "première dame" que l'Histoire a attribué à Thirith.

Un seul verdict a été prononcé par le tribunal à ce jour. Kaing Guek Eav, alias Douch, patron de Tuol Sleng où quelque 15.000 personnes ont été torturées avant d'être exécutées, a été condamné en février à la perpétuité.

(AFP)

Première publication : 16/09/2012

  • CAMBODGE

    L'ancien Khmer rouge Douch écope de la perpétuité en appel

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Trois anciens hauts dirigeants khmers rouges devant la justice

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Les familles des victimes à l'épreuve du procès des responsables khmers rouges

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)