Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fifagate

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : le président conteste sa destitution par les députés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Retour sur le palmarès du Festival de Cannes

En savoir plus

FOCUS

Migrants en Asie du Sud-Est : la traque des trafiquants en Thaïlande

En savoir plus

FACE À FACE

Failles et dysfonctionnements dans la protection du président Hollande

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Cisjordanie : le village de Nabi Saleh face à l'occupation

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations, Paris suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : où en est la transition politique ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : où en est la transition politique ? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Au Liban, Hassan Nasrallah appelle à manifester contre le film anti-islam

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 17/09/2012

Dans une intervention télévisée, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, encourage ses partisans à manifester lundi dans plusieurs villes du pays pour réagir contre le film américain dénigrant l'islam, "L’innocence des musulmans".

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah, a appelé à manifester au Liban dès lundi contre le film islamophobe produit aux États-Unis, et qui a embrasé le monde musulman.

"Vous devez montrer au monde entier votre colère et vos cris, lundi et les jours qui suivent", a déclaré le chef du puissant mouvement chiite, dans une allocution diffusée par Al-Manar, la chaîne du Hezbollah.

Il a appelé ses partisans à manifester lundi dans la banlieue sud de Beyrouth, mercredi à Tyr (sud), vendredi à Baalbeck (est), samedi à Bent Jbeil au Liban sud et dimanche dans la Bekaa.

Il s'est également adressé aux musulmans dans le monde, qu'il a exhortés à réagir face à ce film qu'il décrit comme la "pire attaque contre l'islam, pire encore que les 'Versets sataniques' (un roman de Salman Rushdie publié en 1988), que le fait de brûler des exemplaires du Coran en Afghanistan ou que les caricatures du prophète Mahomet" publiées par un journal au Danemark en 2005.

Une flambée de violences anti-américaines a éclaté mardi dans le monde arabe et au-delà pour protester contre un film amateur dénigrant l'islam, "Innocence of Muslims" (L'Innocence des musulmans), tourné il y a plus d'un an aux États-Unis, et dont un extrait de 14 minutes a été mis en ligne.

Mardi, le consulat des États-Unis à Benghazi, en Libye, a été attaqué, entraînant la mort de quatre Américains, dont l'ambassadeur.

Des manifestations et heurts devant des ambassades américaines se sont soldés par la mort d'au moins onze manifestants, sept vendredi (quatre à Tunis, deux à Khartoum et un au Liban), et quatre au Yémen jeudi.

Dans son intervention, Hassan Nasrallah a averti que "ceux qui ont écrit, mis en scène et produit ce film seront punis, où qu'ils soient, et personne ne peut les protéger".

Il a également blâmé les États Unis, où le film a été produit : "les musulmans doivent dire aux États-Unis que cela s'est produit sur leur territoire".

Face aux agressions contre leurs représentations diplomatiques, les États-Unis ont envoyé cent Marines en Libye et cinquante au Yémen, le Soudan refusant l'entrée de ces "forces spéciales".



Washington a ordonné samedi soir l'évacuation de tout son personnel non essentiel de Tunisie et du Soudan.

Réclamant l'adoption d'une résolution "dans les principales institutions internationales" afin "d'interdire les insultes aux religions", M. Nasrallah a enfin souhaité une réunion "urgente" de la Ligue arabe sur ce film.

Peu après la fin de son discours, le chef de la diplomatie libanaise Adnan Mansour a indiqué en avoir fait la demande à l'organisation panarabe.

Le chef du Hezbollah s'exprimait quelques heures après le départ du pape Benoît XVI, qui a exhorté, dimanche à Beyrouth, les Libanais chrétiens et musulmans à refuser tout ce qui pourrait les désunir et à opter pour la fraternité.

Vendredi, au premier jour de sa première visite au Liban, un manifestant avait été tué et 25 autres blessés dans des heurts entre les forces de sécurité et des islamistes qui avaient auparavant incendié un fast-food américain pour protester contre ce film.

 

(AFP)

Première publication : 16/09/2012

  • RELIGION

    En visite au Liban, Benoît XVI s’élève contre le fondamentalisme religieux

    En savoir plus

  • RELIGION

    À la recherche de Sam Bacile, producteur de "L'innocence des musulmans"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Washington saisit 150 millions de dollars à des établissements financiers libanais liés au Hezbollah

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)