Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, des centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

EUROPE

Ouverture d'une enquête sur la manifestation anti-américaine à Paris

© AFP

Vidéo par France 2

Dernière modification : 16/09/2012

Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur la manifestation organisée par des militants islamistes, samedi, devant l'ambassade américaine. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a jugé que ce rassemblement était "inacceptable".

Une enquête a été ouverte dimanche sur instruction du parquet de Paris à propos de la manifestation de militants islamistes la veille devant l'ambassade des Etats-Unis, que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a qualifiée d'"inacceptable".

De source judiciaire, on a déclaré que l'enquête pour "manifestation sur la voie publique non autorisée" avait pour but d'identifier les organisateurs et les participants de ce rassemblement qui a donné lieu à des incidents lors de sa dispersion.

Environ 250 militants islamistes présumés avaient tenté de manifester devant l'ambassade américaine, à proximité du palais de l'Elysée, pour protester contre la vidéo islamophobe "L'innocence des musulmans" qui a embrasé le monde arabo-musulman ces derniers jours.

Quelque 150 personnes ont été interpellées pour vérification d'identité, dont une a été placé en garde à vue pour violence sur agent de la force publique. Quatre policiers ont été légèrement blessés lors des incidents.

Le dispositif de sécurité a été renforcé dimanche devant l'ambassade des Etats-Unis et dans les rues adjacentes pour prévenir de nouvelles manifestations, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

"Ce dispositif évoluera en fonction de la physionomie de la journée", a-t-on précisé à Reuters de même source. Il comprend des policiers en tenue et en civil.

Interrogé sur France 2, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré que cette manifestation était "inacceptable" et qu'il avait donné des instructions "pour que cela ne se reproduise pas".

Caricature de l'Islam


La réaction du ministre de l'Intérieur Manuel Valls

"Je ne permettrai pas que des femmes voilées entièrement, que des prières de rue, que des slogans hostiles à des pays alliés, à nos valeurs, puissent se faire entendre dans nos rues", a-t-il dit. "Ces quelques personnes caricaturent l'islam tel qu'il est pratiqué dans notre pays", a ajouté le ministre.

Il a encore indiqué que le gouvernement ne saurait tolérer "que dans notre société, il y en a qui profitent de ce type d'événements pour s'en prendre à la concorde nationale, au vivre ensemble."

Présent dans le Val-d'Oise pour une réunion militante, l'ancien Premier ministre François Fillon, en campagne pour la présidence de l'UMP, a demandé à François Hollande de s'expliquer sur le fait que, selon lui, le préfet de police avait toléré une manifestation de salafistes devant l'ambassade des Etats-Unis.

Dans un communiqué, le Conseil français du Culte musulman (CFCM) a minimisé l'importance des incidents et réitéré sa "condamnation ferme et totale de toute action commise ou propos proféré par des personnes se réclamant de l'islam tout en bafouant délibérément ses valeurs et ses principes."

Il a souligné que, grâce à l'absence d'appels publics à manifester dans la communauté musulmane, "aucune atteinte significative à l'ordre public n'est à déplorer sur le territoire national."

"Dans le contexte actuel, toute manifestation dans l'espace public peut faire l'objet de manipulations ou d'une expression préjudiciables à l'image de l'islam et des musulmans, comme en témoignent les derniers événements internationaux ayant causé de nombreuses victimes innocentes."

(Reuters)

Première publication : 16/09/2012

  • FILM ANTI-ISLAM

    Manifestation près de l'ambassade américaine à Paris

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Violences anti-américaines : Tunis refuse d’admettre des défaillances sécuritaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le producteur présumé du film anti-islam interrogé par les autorités américaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)