Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

EUROPE

Le prince William et Kate Middleton déposent une plainte contre "Closer"

© AFP

Dernière modification : 17/09/2012

Après avoir engagé une procédure civile contre "Closer" suite à la publication de photos seins nus de la duchesse de Cambridge, le couple princier a déposé une plainte au pénal pour que le magazine ait l'interdiction de diffuser les clichés.

 

Kate Middleton et le prince William ripostent lundi devant la justice française après la publication par le magazine Closer de photos de la duchesse de Cambridge faisant du monokini, qu'un hebdomadaire italien a reprises sous le titre "La reine est nue".

Une plainte a été déposée dans la matinée au pénal devant le tribunal de Nanterre (banlieue nord de Paris) afin d'obtenir réparation. Selon l'entourage du couple princier cette plainte doit conduire à un procès "où des dommages et intérêts seront réclamés".

Représentés en France par Me Aurélien Hamelle, également avocat du couturier britannique John Galliano durant son procès à Paris pour injures raciales, le duc et la duchesse de Cambridge souhaitent surtout que des poursuites soient engagées contre le ou les photographes qui les ont pris en photo.

Avant ça, le jeune couple saura dès lundi soir si les photos qui ont provoqué l'ire de Buckingham sont interdites de diffusion.

La justice française doit trancher lors d'une audience en référé (procédure d'urgence) intentée pour "atteinte à la vie privée" dès vendredi. L'audience est prévue à 18H00 (16H00 GMT) à Nanterre.

Le prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône, et son épouse, réclament que Closer ait interdiction de rééditer son numéro et surtout qu'il ne puisse pas céder ou diffuser ces photos qui ont outré les Britanniques, y compris pour le web.

Le magazine, habitué aux reportages croustillants sur les célébrités, a sorti sur cinq pages et en exclusivité, dans son édition de vendredi, une quinzaine de photos du couple prenant le soleil sur une terrasse, pendant leurs vacances début septembre dans le Luberon dans le sud de la France. Plusieurs clichés, pris au téléobjectif, montrent la duchesse de Cambridge seins nus.

Si le droit français est l'un des plus sévères au monde en matière de protection de la vie privée avec des condamnations quasi automatiques, l'interdiction d'un journal ou le retrait d'un exemplaire des kiosques demeurent extrêmement rares en France.

Le palais de Buckingham, qui s'active depuis vendredi pour empêcher une plus grande diffusion des photos "topless" de Kate Middleton, a bien du mal à l'endiguer.

Samedi un journal irlandais, le Irish Daily Star, a reproduit des pages de Closer. Et lundi comme il l'avait annoncé, l'hebdomadaire people italien "Chi", propriété comme Closer du groupe Berlusconi, a à son tour publié un numéro extraordinaire de 38 pages.

"Kate Middleton - Scandale à la cour: la reine est nue!" titre en Une le magazine sur fond de trois photos: la plus grande montre Kate en monokini derrière la balustrade d'une terrasse, la seconde en train d'enlever son haut, et la troisième en train de mettre de la crème solaire sur les épaules de William.

Les photos de Kate en compagnie de son époux "n'ont rien de choquant, elles montrent une jeune femme bronzant seins nus, comme on en voit des millions sur les plages", s'est défendue la directrice de la rédaction de Closer, Laurence Pieau, annonçant que les clichés allaient "être proposés à d'autres magazines à travers le monde".

La maison d'édition Mondadori, propriétaire de Closer et Chi, a également défendu dimanche sa décision au nom de la liberté éditoriale. La Mondadori "utilise de la meilleure manière possible cette liberté (...), et à cette occasion aussi elle s'est bornée à faire son métier", a estimé la présidente de la maison d'édition, Marina Berlusconi, fille de l'ex-chef du gouvernement italien.

La presse britannique n'a publié aucun des clichés. Elle est sur ses gardes après avoir été très critiquée pour ses dérapages de l'ère Diana, et attend avec une certaine anxiété les conclusions d'un rapport sur l'éthique des médias à la lumière du scandale des écoutes téléphoniques.

Quant au jeune couple princier il devait se rendre lundi dans un coin reculé des îles Salomon à bord d'un canoë, dans le cadre de sa tournée en Asie-Pacifique.

(AFP)

Première publication : 16/09/2012

  • MÉDIAS

    Les photos de Kate Middleton topless choquent le Royaume-Uni

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Un mariage sans la moindre faute et avec quelques notes de modernité

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Une foule patiente a célébré l’union royale à Buckingham

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)