Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

Asie - pacifique

La Birmanie amnistie 500 prisonniers

© AFP

Dernière modification : 17/09/2012

Plus de 500 prisonniers ont été amnistiés par le président birman. Cette décision, qui marque une nouvelle étape dans les réformes entreprises par le gouvernement, intervient alors que l'opposante Aung San Suu Kyi entame une visite aux États-Unis.

Le président birman Thein Sein a accordé le 17 septembre une amnistie générale à plus de 500 prisonniers. Selon la télévision d’État, cette mesure a été prise pour servir "la stabilité de l’État et la paix éternelle" et  "l’amitié avec les pays voisins", laissant entendre que des Chinois pourraient être libérés alors que Thein Sein est attendu à Pékin où il doit séjourner jusqu'au 22 septembre. Et si l’annonce ne précise pas s’il s’agit de prisonniers politiques, elle indique que des "étrangers seraient concernés".

Aung San Suu Kyi est arrivée aux États-Unis

La prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a entamé le 17 septembre un voyage de trois semaines aux États-Unis. Il s'agit de sa première visite dans ce pays depuis la fin de sa résidence surveillée en 2010.

La chef de l'opposition birmane sera reçue par le président Barack Obama et se verra remettre la médaille d'or du Congrès, la plus haute distinction civile américaine.

Aung San Suu Kyi doit également prononcer des discours dans des universités et rencontrer des réfugiés birmans, dont beaucoup vivent aux États-Unis.

Selon la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de la prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi, sur les 514 détenus amnistiés, 424 seraient des prisonniers politiques. Quinze d’entre eux auraient déjà été libérés le 17 septembre, dont plusieurs de la terrible prison d’Insein à Rangoun.

"Nos vies sont détruites"

"En tout dix prisonniers: huit prisonniers politiques, un Indien et un Chinois ont été libérés de la prison d'Insein ce soir vers 17h30", a déclaré à l'AFP Nay Win, un membre de la LND. "Nos vies sont détruites même si nous sommes toujours vivants", a ajouté cet homme qui avait été condamné à huit ans de prison en 2008 pour avoir évoqué la corruption de juges.

Human Rights Watch se félicite de cette décision mais attend d’avoir la liste complète des détenus amnistiés. "Le problème est qu'il y a un manque de transparence du gouvernement birman concernant qui est un prisonnier politique, où ils sont, et combien il en reste", a ainsi réagi Phil Robertson, responsable de l’ONG en Asie.

Depuis son arrivée au pouvoir en mars 2011 lors de la dissolution de la junte, le gouvernement a multiplié les réformes et a libéré près de 700 prisonniers politiques.Thein Sein ne manquera d'ailleurs pas de mettre en avant ces avancées au cours de son voyage aux États-Unis le 24 septembre. Le président birman entend bien obtenir des aides économiques et faire tomber les dernières sanctions internationales qui pèsent sur son pays. Au cous de son étape américaine, il prononcera pour la première fois un discours devant l’Assemblée générale des Nations unies.

FRANCE 24 avec dépêches

Première publication : 17/09/2012

  • BIRMANIE

    La Birmanie décrète l'abolition de la censure des médias

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Première rencontre de la députée Aung San Suu Kyi avec le président birman

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Une vingtaine d'étudiants libérés après un peu moins de 24 heures de détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)