Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

EUROPE

Manifestation islamiste à Paris : l'UMP s'interroge, le gouvernement s'indigne

© AFP

Vidéo par France 2

Dernière modification : 17/09/2012

Fillon et Copé, les deux principaux candidats à la présidence de l'UMP, se sont étonnés qu'une manifestation anti-américaine ait pu avoir lieu à proximité de l’Élysée, lieu ultra sécurisé. Le gouvernement s'est dit indigné par ces propos.

Les deux principaux candidats à la présidence de l'UMP, François Fillon et Jean-François Copé, se sont étonnés, dimanche soir, qu'une manifestation islamiste - qui avait rassemblé environ 250 militants intégristes présumés samedi - ait pu se tenir  devant l'ambassade des États-Unis à Paris.

François Fillon s'est en effet interrogé sur les circonstances entourant ce rassemblement qui a eu lieu place de la Concorde, en plein cœur de la capitale, à proximité immédiate de l'Élysée et du ministère de l'Intérieur. Selon son entourage, il a demandé, lors d'une réunion de militants UMP "à François Hollande des explications sur le fait que le préfet de police de Paris ait toléré une manifestation de salafistes".

Son rival pour la présidence de l'UMP, Jean-François Copé, a pour sa part demandé sur TF1 "que toute la lumière soit faite sur les raisons qui peuvent expliquer qu'une telle manifestation non autorisée puisse se réaliser en plein Paris".

Le gouvernement "choqué" par les propos des deux ténors de l'UMP

Le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur se sont tous deux déclarés "choqué" par ces propos qu'ils assimilent à une récupération politique. Les accusations de François Fillon répondent à des "impératifs partisans [...] au moment où un esprit de rassemblement devrait s'imposer au sein de notre nation", a accusé Manuel Valls tout en défendant les forces de l'ordre.

"La manifestation était interdite et les policiers ont fait leur travail", a rétorqué Jean-Marc Ayrault à son prédecesseur à Matignon avant d'ajouter que "le gouvernement [avait] l'intention de faire preuve de fermeté" après cette manifestation.

Dans la foulée, les ministres de l'Économie et de l'Écologie, Pierre Moscovici et Delphine Batho, sont eux aussi montés au créneau. "Franchement, quand on a vécu - c'était il y a quelques mois en pleine campagne présidentielle - l'affaire Merah, on n'essaye pas d'exploiter un tel incident. Monsieur Fillon, là, non, ça ne va pas, il faut revenir à la dignité, il faut de la décence. Sur des sujets comme ça, il faut une union de tous les Français", a déclaré le ministre de l'Économie.

"Il y a les agissements d'un certain nombre de groupes fascistes, intégristes, qui n'ont rien à voir d'ailleurs ni avec l'islam ni avec nos compatriotes musulmans. Face à ça, tous les républicains, tous les démocrates, doivent soutenir le gouvernement dans son action plutôt que d'entretenir de vaines polémiques", a ajouté la ministre de l'Écologie.

Ouverture d'une enquête

Une enquête a été ouverte dimanche sur instruction du parquet de Paris à propos de ce rassemblement.

De source judiciaire, on a déclaré que cette enquête pour "manifestation sur la voie publique non autorisée" avait pour but d'identifier les organisateurs et les participants de cette manifestation qui a donné lieu à des incidents lors de sa dispersion.

Quelque 150 personnes ont été interpellées pour vérification d'identité, dont une a été placée en garde à vue pour violence sur agent de la force publique. Quatre policiers ont été légèrement blessés lors des incidents.

Le dispositif de sécurité a été renforcé dimanche devant l'ambassade des États-Unis et dans les rues adjacentes pour prévenir de nouvelles manifestations, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

Caricature de l'Islam


La réaction du ministre de l'Intérieur Manuel Valls

Plus tôt sur France 2, Manuel Valls avait déjà pris la parole pour dénoncer un rassemblement anti-républicain. "Je ne permettrai pas que des femmes voilées entièrement, que des prières de rue, que des slogans hostiles à des pays alliés à nos valeurs puissent se faire entendre dans nos rues", avait-il déclaré. "Ces quelques personnes caricaturent l'islam tel qu'il est pratiqué dans notre pays", avait ajouté le ministre.

Dans un communiqué, le Conseil français du Culte musulman (CFCM) a minimisé l'importance des incidents et réitéré sa "condamnation ferme et totale de toute action commise ou propos proféré par des personnes se réclamant de l'islam tout en bafouant délibérément ses valeurs et ses principes."

Il a souligné que, grâce à l'absence d'appels publics à manifester dans la communauté musulmane, "aucune atteinte significative à l'ordre public n'est à déplorer sur le territoire national."

"Dans le contexte actuel, toute manifestation dans l'espace public peut faire l'objet de manipulations ou d'une expression préjudiciables à l'image de l'islam et des musulmans, comme en témoignent les derniers événements internationaux ayant causé de nombreuses victimes innocentes."

(France 24 avec dépêches)

Première publication : 17/09/2012

  • FILM ANTI-ISLAM

    Manifestation près de l'ambassade américaine à Paris

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Violences anti-américaines : Tunis refuse d’admettre des défaillances sécuritaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le producteur présumé du film anti-islam interrogé par les autorités américaines

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)