Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

Amériques

Avec #muslimrage, "Newsweek" provoque dérision et indignation sur Twitter

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/09/2012

En suggérant de commenter sa couverture provocatrice de l'édition du 24 septembre, "la rage des musulmans" via Twitter, l’hebdomadaire "Newsweek" a provoqué un déferlement de tweets humoristiques dévoyant le hashtag #muslimrage.

Avec le hashtag #muslimrage sur Twitter, il est possible d’obtenir de l’humour. L’hebdomadaire "Newsweek" l’a constaté à ses dépens. En suggérant de commenter la une de son dernier numéro, sur laquelle figurent deux hommes barbus criant leur colère, la publication espérait peut-être recueillir des témoignages sur les raisons des manifestations qui agitent le monde musulman, en réaction au film "L'innoncence des musulmans", jugé blasphématoire à l'encontre du prophète Mahomet. L’hebdomadaire a donné la parole à Ayaan Hirsi Ali, jeune femme d’origine somalienne qui a trouvé refuge aux Pays-Bas après un mariage forcé et écrit un best-seller "Infidèle" en 2007. "Newsweek" titre : "la rage musulmane, comment j’y ai survécu, comment on peut y mettre fin".

Sur Twitter, le hashtag n’a pas tant provoqué de commentaires islamophobes qu’un raz-de-marée de tweets hilarants, rédigés par des musulmans du monde entier, et qui tournent en dérision la proposition de "Newsweek".

Vision "démodée et bigote"

Les confrères de la presse goûtent l’ironie de l’histoire, tout en critiquant vertement la une de l’hebdomadaire américain, qui fait suite à une série de couvertures "choc" – dont celle mémorable sur les attentats du 11 septembre 2001.

Sur le site du quotidien britannique "The Telegraph", le correspondant au Pakistan Rob Crilly s’insurge contre une vision "démodée et bigote" du monde musulman que propage "Newsweek". "La photo en plan serré (en une du journal) élimine tout contexte. Il pourrait très bien s’agir de deux hommes qui viennent de voir leur équipe de foot perdre un match. Cela pourrait être un enterrement. Ces hommes peuvent être au milieu d’un groupe de 5 personnes ou de 5 000. Cela n’a pas d’importance. On nous demande seulement de penser : ils sont à nos trousses." Les musulmans, en conclut Rob Crilly, en sont réduits à l’état de casseurs écervelés.

Twitter ne s'encombre pas de barrières. Les amateurs d’humour ou de "trollage" s’en donnent à cœur joie. Certains suggèrent que la dérision se propage désormais aux hashtag #Jewishrage ou #christianrage.
 

Première publication : 17/09/2012

  • RELIGION

    À la recherche de Sam Bacile, producteur de "L'innocence des musulmans"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les salafistes à Paris : "Il n'y a pas de défaillance du renseignement", selon Alain Bauer

    En savoir plus

  • LIBAN

    Film anti-islam : une tribune inespérée pour Hassan Nasrallah et le Hezbollah

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)