Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Popularité : Valls fait-il de l’ombre à Hollande ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

  • Démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

FRANCE

Femen : les militantes aux seins nus prônent un "nouveau féminisme"

© Sarah Leduc

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 19/09/2012

Une douzaine de militantes du mouvement féministe ukrainien Femen ont manifesté seins nus ce mardi dans les rues du quartier de la Goutte d'Or à Paris, où elles ont installé "le premier centre d'entraînement" d'un "nouveau féminisme".

L’épaule d’agneau attendra cinq minutes. Le boucher hallal de la rue des Poissonniers, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, n’en revient pas. Le poissonnier, les mains dans la glace, en a perdu sa gouaille. Face au métro Château Rouge dans le nord-est parisien, une douzaine de femmes manifestent poitrine à l’air. Les militantes féministes de Femen, un groupe d'origine ukrainienne dont les membres sont connues pour leurs performances topless aux quatre coins de l’Europe, ont encore tombé le haut.

Les militantes féministes de Femen ont établi leur camp d'entraînement à un "nouveau féminisme" à Paris. © Sarah Leduc
Ainsi dépoitraillées, elles défilent perchées sur des stilettos, fleurs dans les cheveux, aux cris de "Nudité, Liberté !", sous les regard médusés des habitants du quartier populaire de la Goutte d’Or, plus connu dans les médias pour ses prières de rue, son marché à la sauvette et son trafic de cigarettes.
 
Encerclées par une foule de journalistes excités, les Femen paradent avec leurs poitrines peintes ou percées jusqu’au Lavoir moderne parisien (LAM), salle de spectacle où elles ont établi leur QG ce mardi 18 septembre.
 
"Jusqu’à ce matin, on nous avait dit de ne pas manifester ici, que c’était trop dangereux. Mais ici, c’est chez nous, c’est notre quartier ! On savait qu’on ne choquerait personne", insiste Safia Lebdi, l’une des Femen françaises, avant d’ajouter, coquine : "En plus, on est jolies, les gens aiment bien nous regarder !". Effectivement, les Dames Nature se sont mues dans les rues pavées comme portées par la grâce, disséminant sur leur passage sourires et sifflements.
 
La révolution des tétons
 
Fondée en 2008 par l’Ukrainienne Anna Hutsol, l’organisation mène des actions non-violentes et un brin provocantes pour la promotion de la liberté, de la démocratie, du droit des femmes et contre l’asservissement sexuel, la violence conjugale ou encore l’oppression religieuse.
 
Sacha Chevtchenko, 24 ans, l’une des fondatrices de Femen, a arrêté ses études pour militer à plein temps. © Sarah Leduc
Au départ habillées, elles ont découvert leur méthode choc au hasard d’une bretelle de soutien-gorge qui a glissé sur l’épaule de la pétulante Sacha Chevtchenko. Pour la première fois, les filles parvenaient à faire parler d’elles et les médias se sont fait une joie de leur donner de la voix. 
 
Depuis, elles se sont dévêtues sous les fenêtres de Dominique Strauss-Kahn, en octobre dernier, aux slogans de "Fuck me in Porsche Cayenne" ; devant le Parvis des droits de l’Homme à Paris, en mars, pour défendre la liberté des femmes musulmanes aux cris de "Plutôt à poil qu’en burka"; en Italie, au printemps, pour décrier les "bunga bunga" de Silvio Berlusconi ; et encore dans leur pays d'origine cet été, pour dénoncer la traite des femmes lors de l’ouverture de l’Euro-2012 de football.
 
Avec le succès sont arrivées également les premières critiques, notamment d’être des suppôts de l'ancienne Première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko, condamnée en 2011 à sept ans de prison pour abus de pouvoir. Mais Sacha Chevtchenko, l’une des deux fondatrices du mouvement, n’a que le mot "indépendance" à la bouche : "Des partis politiques ont essayé de nous récupérer mais nous sommes toujours restées indépendantes et nous n’avons jamais véhiculé que notre propre idéologie".
 
Cette magnifique fille de 24 ans, blonde comme les blés, a arrêté ses études pour militer à plein temps. Elle a été arrêtée une dizaine de fois, a effectué trois brefs séjours en prison et subi, comme ses co-activistes, de nombreuses pressions, intimidations et menaces. Mais il en faut plus pour détourner les Femen de leur "guerre sextremiste".
 
La France à l’âge de pierre du féminisme
 
Femen milite pour les droits des femmes dans le monde, contre l’asservissement sexuel, la violence conjugale ou encore l’oppression religieuse. © Sarah Leduc
Aujourd’hui, elles sont venues porter la bonne parole en France, restée bloquée, à les en croire, à l’âge de pierre du féminisme. "L’heure d’un nouveau féminisme et de la révolution a sonné. Je ne pensais pas que les Françaises auraient besoin de nous, mais maintenant que nous sommes là nous allons former une armée pour défendre les femmes du monde entier", lance Inna Chevchenko, l’une des leaders ukrainiennes du mouvement, dans son anglais aux accents slaves.
 
Cette grande blonde de 22 ans a arraché de justesse un visa de tourisme pour la France pour échapper aux menaces qui pèsent sur elle à Kiev depuis qu’elle a tronçonné une croix orthodoxe en soutien aux Pussy Riot, leurs consœurs russes dont trois d'entre elles sont actuellement emprisonnées pour avoir critiqué Vladimir Poutine dans une église de Moscou. Réfugiée en France jusqu’à nouvel ordre, elle y ouvre le camp d’entraînement du Femen.
 
"Les femmes de toute couleur, tout poids, tout âge, toute religion et toute forme de seins sont les bienvenues pour rejoindre nos rangs de sextremistes pacifistes ! Notre corps sera notre arme !" En filigrane : faites la guerre en faisant l’amour. Au programme sports de combats, mais également yoga et exercices psychologiques.
 
"On veut former les femmes pour avoir une posture et faire face à la violence des flics, des maris violents, etc.", explique la militante française Safia Lebdi, dont le buste affiche l’injonction "Muslim, let’s go naked" (Musulmans, déshabillons-nous). C’est un "No Sharia" (Non à la charia) qui enlace de lettres noires les seins de l’écrivaine et metteure en scène libanaise Darina Al-Joundi. Alors qu’elle croyait avoir laissé derrière elle le monde du voile intégral quand elle s’est installée en France en 2005, elle découvre que l'oppression des femmes n’a pas épargné son pays d’accueil. Se mettre à nu s’est imposé à elle comme le seul moyen de protester contre la dictature religieuse, mais également la dictature politique ou patriarcale. Comme ses consœurs ukrainiennes, elle estime que si la France est un pays de droit, "il reste du travail : tous les jours des femmes meurent sous les coups".
 
Darina rappelle d’ailleurs que s’ouvrait ce même jour le procès de quinze hommes jugés pour le viol collectif de deux jeunes femmes à Fontenay-sous-Bois, en banlieue parisienne. Une histoire tristement banale que quelques paires de seins dévêtus une matinée d’automne auront contribué à mettre en lumière.

 

Une douzaine de filles ont défilé seins nus, perchées sur des stilettos, fleurs dans les cheveux, aux cris de "Nudité, Liberté !", sous les regard médusés des habitants. © Sarah Leduc

Première publication : 18/09/2012

  • RUSSIE

    Les deux membres des Pussy Riot recherchées par la police ont fui la Russie

    En savoir plus

  • RUSSIE

    Les artistes "underground" représentent-ils une menace pour le Kremlin ?

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le statut de la femme tunisienne ou l'héritage de Bourguiba menacé

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)