Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls veut son "Islam de France"

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le professeur Rollin se rebiffe"

En savoir plus

FOCUS

Danemark : comment lutter contre la radicalisation des jeunes ?

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Réformer la France : la recette Sarkozy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des enfants en cage pour frapper les esprits en Syrie et immersion avec les "fouilleurs" de Côte d'Ivoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Poutine veut affirmer la voie russe, quitte à se confronter à l’Occident"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signeront l'accord de paix

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ebola : le pire est-il passé ?

En savoir plus

FRANCE

UMP : NKM, Guaino et Le Maire ne brigueront pas la présidence

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 18/09/2012

Ces trois candidats à la présidence de l'UMP avaient jusqu'à ce soir, 20 h, pour recueillir les 7 924 parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter face aux militants du principal parti de droite, les 18 et 25 novembre prochains.

Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), Bruno Le Maire et Henri Guaino se retirent de la course à la présidence de l'UMP. NKM a annoncé ce mardi ne pouvoir poursuivre faute des parrainages requis, mais a refusé de trancher entre les deux probables finalistes François Fillon et Jean-François Copé, mettant en garde contre un "excès de testostérone". "Hier soir, au dernier pointage, j'étais à un peu moins de 7 000 et même avec le courrier du jour, ça ne passera pas, je le regrette", a précisé l'ex-ministre.

L'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire a quant à lui été "tout près du but". "Il ne me manquait que trois ou quatre jours", a-t-il déclaré au "Monde".

De son côté, Henri Guaino, ex-plume de Nicolas Sarkozy, a admis auprès de l'AFP, à quelques heures de la fin du dépôt des candidatures à la présidence de l'UMP, qu'il n'avait pas les parrainages requis. Sur France 2, il a laissé éclater sa colère et dénoncé un système de parrainage "absurde, même honteux". "Vous connaissez un système démocratique dans lequel deux candidats seulement sont autorisés à se présenter au premier tour ? (..) C'est une démocratie qui est quelque part entre la  Corée du Nord et celle de Cuba", a-t-il lancé.

Le retrait de ces candidats, après celui de Xavier Bertrand, qui revendiquait pourtant 8 200 parrains, renforce la perspective d'un duel entre Jean-François Copé et François Fillon. C'est donc bien le scénario tant redouté par des ténors comme Alain Juppé et Bernard Accoyer qui craignent un choc Copé-Fillon aussi rude que la guerre Chirac-Balladur.

Alors que piques et autres noms d'oiseaux sont déjà copieusement échangés entre chaque camp, les deux rivaux vont, pendant quelques semaines, se rendre coup pour coup pour tenter de succéder à Nicolas Sarkozy à la tête de la droite et devenir le chef de l'opposition à François Hollande.

(France 24 avec dépêches)
 

Première publication : 18/09/2012

  • FRANCE

    Copé annonce officiellement sa candidature à la présidence de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    François Fillon officiellement candidat à la présidence de l'UMP

    En savoir plus

  • FRANCE

    Les Olympiades de l'UMP

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)