Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Rentrée des classes meurtrière à Donestk

    En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

Moyen-orient

Quand l’image de Lakhdar Brahimi se craquèle

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Assiya HAMZA

Dernière modification : 20/09/2012

Chahuté dans un camp de réfugiés syriens à la frontière jordanienne mardi, moqué sur les réseaux sociaux, l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie peine de plus en plus à convaincre du bien fondé de sa mission.

Bombardements à Alep et Damas

Plusieurs quartiers rebelles d’Alep, dans le nord de la Syrie, ont été bombardés mercredi par l’armée fidèle au régime de Bachar al-Assad.

"Les quartiers de Hanano, al-Chaar, Sakhour, Massaken al-Fardos et Kalassé à Alep ont subi ce matin des bombardements qui ont fait plusieurs blessés et causé des dégâts à des immeubles", a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des combattants rebelles ont également annoncé leur retrait de Hajar al-Aswad et Assali, des quartiers situés au sud de la capitale, Damas, selon l’ONG syrienne. Plus de 35 personnes auraient été tuées mercredi dans des affrontements dans le pays.
 

Il était visiblement persona non grata. L'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi, a achevé mardi sa visite du camp de réfugiés de Zaatari dans le nord de la Jordanie, sous des jets de pierres. Alors que le diplomate multiplie les déplacements pour trouver un moyen de mettre un terme à la guerre en Syrie, ses efforts ne semblent plus vraiment convaincre.

"Brahimi, pars d'ici !", ont scandé quelque 200 personnes en colère, tout en jetant des pierres sur son convoi au moment où il partait. "Brahimi se comporte comme s’il était notre sauveur alors qu’il ne fait que prolonger nos souffrances", a expliqué un manifestant interrogé par le journal The Jordan Times. "Nous voulons lui faire passer un message très simple : assez de tractations, assez avec les observateurs, assez d’appels à l’apaisement. Nous avons besoin d’armes, pas de mots pour arrêter l’effusion de sang".

Lakhdar Brahimi a achevé dimanche 16 septembre une visite de quatre jours à Damas, au cours de laquelle il s'est entretenu avec des responsables syriens et des chefs de la rébellion. Une visite qui a provoqué l’ire des réfugiés, dans un camp déjà sous tension depuis plusieurs semaines. "Le camp de réfugiés de Zaatari a déjà été le théâtre de violences [le 28 août, NDLR] au cours desquels une vingtaine de gendarmes ont été blessés", rappelle Fabrice Balanche, maître de conférence à l'université Lyon 2 et directeur du groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient à la Maison de l’Orient. "Les réfugiés n’ont pas le droit de sortir, de travailler. Ils se sentent abandonnés par l’ONU et pensent que tout ce que l’on fait, c’est laisser du temps à Bachar al-Assad".

"C’est plus le personnage qui déplaît que sa mission"

Sur les réseaux sociaux, l’émissaire de l’ONU n’est pas non plus épargné. Sur la page Facebook "La révolution syrienne en français", le diplomate algérien est croqué sans ambages.

"Il doit y avoir quelque part une ouverture pour la liberté"
Paresh Nath / Facebook La révolution syrienne en français

Sous une banale photo de l'émissaire, la légende moque son prénom. Lakhdar signifie vert en arabe. D’où la légende suivante : "en sortant de son entrevue avec Assad, verrons-nous Brahimi changer de couleur ? Lasfar (le jaune) Brahimi par exemple ? Lahmar (rouge mais aussi l'âne) Brahimi ?"

Une autre photo postée sur la même page le grime en superman, deux valises de l’ONU à la main, sous une pluie de bombes.

Lakhdar Brahimi grimé en Superman
Syrevnews.com / Facebook La révolution syrienne

"C’est plus le personnage qui déplaît que sa mission, souligne Fabrice Balanche. Il a son franc-parler. La semaine dernière, sa rencontre avec le Premier ministre qatarien, Hamad ben Jassem al-Thani, s’est mal passée. Il est parti en claquant la porte et en rappelant qu’il était l’émissaire de l’ONU et non celui du Qatar".

Contrairement à son prédécesseur Kofi Annan, Lakhdar Brahimi n’a pas posé le départ de Bachar al-Assad comme préalable à sa médiation. L’Algérien se voit comme "arbitre", précise l'expert de la Syrie. "Il a repris le flambeau sans trop y croire mais il part du principe qu’il faut réunir tous les acteurs autour de la table". De quoi déplaire à l’Armée syrienne libre qui, persuadée qu’elle "arrachera une victoire par la force", refuse de négocier.

Néanmoins, pas de quoi décourager le diplomate onusien. "Lakhdar Brahimi est l’artisan de l'accord de Taëf qui a mis fin à la guerre du Liban en 1989, rappelle Fabrice Balanche. Il espère bien obtenir un nouveau Taëf, même si cela doit prendre des années".

Première publication : 19/09/2012

  • SYRIE

    Un rapport de l'ONU accable le régime de Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les rebelles ne croient pas à la mission de Lakhdar Brahimi

    En savoir plus

  • ONU - SYRIE

    L’émissaire international Lakhdar Brahimi a rencontré Bachar al-Assad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)