Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

À Benghazi, des milliers de Libyens vent debout contre les milices islamistes

Dernière modification : 21/09/2012

Dix jours après l'attaque du consulat américain à Benghazi qui avait fait quatre morts dont l'ambassadeur des États-Unis, des milliers de Libyens ont manifesté vendredi dans cette même ville pour s'insurger contre les milices islamistes.

Des milliers de Libyens ont défilé vendredi dans les rues de Benghazi pour défendre la démocratie et protester contre les milices islamistes, dix jours après l’attaque du consulat américain, qui a coûté la vie à l’ambassadeur des États-Unis et à trois de ses compatriotes.

Bien que la raison de la manifestation ne soit pas l’attaque au cours de laquelle Christopher Stevens a trouvé la mort, cet événement semble avoir poussé une partie des Libyens à soutenir un gouvernement fragile.

« Il est évident que cette manifestation est dirigée contre les milices. Tous devraient joindre l’armée ou les forces de sécurité en tant qu’individus et non en tant que groupes (...) Sans cela, il n’y aura pas de prospérité et aucune chance de succès pour la nouvelle Libye », a déclaré un étudiant en médecine de 27 ans, Ahmed Sanallah.

La manifestation « Sauvons Benghazi » a demandé au gouvernement de dissoudre les groupes armés qui ont refusé de déposer les armes depuis qu’une révolte soutenue par l’Otan a provoqué la chute de Mouammar Kadhafi, tué en octobre 2011.

Des chasseurs et des hélicoptères gouvernementaux ont survolé la foule en signe de soutien du pouvoir en place.

« On affrontera ces bataillons militaires qui veulent imposer leur idéologie au peuple libyen », a dit Saleh Gaouda, membre du Congrès national, la nouvelle assemblée du pays.

Sur certaines affiches placardées à l’attention des médias internationaux, on pouvait lire en anglais : « Nous demandons la justice pour Stevens » et « La Libye a perdu un ami », faisant référence à l’ambassadeur américain tué.

D’autres manifestants disent en revanche ne pas se sentir concernés par la mort du diplomate américain.

« Je n’en ai rien à faire de la mort de l’ambassadeur car les Américains ont offensé le Prophète. Je suis juste ici pour Benghazi », a déclaré Amjad Mohamed Hassan, ingénieur réseau de 26 ans, en allusion au film islamophobe « L’Innocence des musulmans », dont la diffusion sur Youtube est considérée comme l’une des causes de l’attaque du consulat.

Les manifestants, dans une ambiance détendue, certains portant leurs enfants sur leurs épaules, ont marché vers une place où quelques centaines de sympathisants du groupe islamiste Ansar al Charia se livraient à une contre-manifestation.

Pour Abou al Kaa, l’un des participants à cette contre-manifestation, Stevens « préparait l’entrée des troupes américaines en Libye ».

« La volonté du Prophète est d’expulser les infidèles des terres musulmanes (...) Terroriser son ennemi est l’un des dogmes de l’islam », a-t-il ajouté.

Ansar al Charia fait partie des milices soupçonnées par le gouvernement d’avoir attaqué l’ambassade, ce que le groupe islamiste dément.

REUTERS

Première publication : 21/09/2012

  • LIBYE

    Attaque anti-américaine de Benghazi : de larges zones d'ombre demeurent

    En savoir plus

  • LIBYE

    Violences anti-américaines : arrestation en Libye d'une cinquantaine d'assaillants présumés

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'ambassadeur américain en Libye tué dans une attaque à Benghazi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)