Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Economie

Sponsor qatari : comment le PSG contourne le "Fair-play financier"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/09/2012

Le club parisien, propriété d’un milliardaire du Qatar, serait sur le point de signer un mirobolant contrat de sponsoring avec une banque qatarie. Une manière aussi originale que discutable de contourner les règles de "Fair-play financier" de l’UEFA.

Le Paris Saint-Germain (PSG) est en train de jeter un pavé de plusieurs centaines de millions d’euros dans la mare des belles intentions économico-sportives de l’UEFA. Le club parisien serait en effet, d’après des documents consultés par l’AFP, sur le point de signer un mirobolant nouveau contrat de sponsoring de 100 millions d’euros par an pour une durée non déterminée avec une banque du Qatar. En échange, les maillots portés par les Ibrahimovic et autres Javier Pastore revêtiraient l’emblème de l’institution financière.

Un tel contrat de sponsoring maillot, dont l’existence n’a pas été confirmée par le PSG, serait un record absolu. En comparaison, la Qatar Foundation ne verse que 30 millions d’euros par an au FC Barcelone tandis que Bwin (société de poker en ligne) paie annuellement 25 millions pour que son nom apparaisse sur les maillots de la bande à Ronaldo du Real Madrid.

Cette manne d’argent serait en fait “clairement une manière de contourner les règles de 'Fair-play financier' de l’UEFA”, affirme à FRANCE 24 Christophe Durand, économiste du sport à l’université de Caen-Basse Normandie. Ce règlement, publié en 2010 par l’instance dirigeante du football en Europe, vise à obliger les clubs engagés dans des compétitions européennes à ne pas dépenser plus que ce qu’ils ne gagnent à partir de la saison 2013/2014. Une manière pour l’UEFA de forcer à plus de rigueur budgétaire alors que l'endettement net des clubs européens a atteint en 2011 6,9 milliards d'euros.

"Créatif"

Le PSG - qui a dépensé 250 millions d’euros en achats de joueurs depuis juin 2011 et sa reprise en main par le milliardaire qatari Nasser Al-Khelaifi - se devait donc de trouver rapidement beaucoup d’argent frais. Le propriétaire du club de la capitale française avait assuré, fin août, vouloir “respecter les règles” de l’UEFA en se montrant “créatif”. Ce proche du cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dirigeant du Qatar Investment Authority, se serait donc tourné vers une banque de son pays.

La ficelle peut paraître grosse, mais “elle est en soi légale”, assure à FRANCE 24 Bastien Drut, économiste du sport et auteur de “Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus”. Rien n’empêche, théoriquement, quelqu’un de payer 100 millions d’euros par an pour devenir sponsor d’une équipe de football. À une nuance près : lorsqu’il y a une relation capitalistique, de famille ou des intérêts communs entre le propriétaire du club et le nouveau sponsor, l’UEFA y regarde de beaucoup plus près. Dans ce cas, il faut que “le contrat soit conclu au juste prix des pratiques du marché”, rajoute cet économiste.

Une clause qui, appliquée au PSG à l’ère qatarie, risque de poser problème. “Certes le PSG a de grandes ambitions sportives, mais est-ce qu’avoir son nom sur leur maillot vaut vraiment 100 millions d’euros par an ?”, feint de s’interroger Christophe Durand. Surtout que le contrat de sponsoring maillot actuel avec Fly Emirates ne rapporte que 3,5 millions d’euros par an.

Risque commercial

Ce nouveau contrat de sponsoring, s’il devient réalité, met donc l’UEFA dans une position délicate. Si elle le juge qu’au regard des règles de "Fair-play financier" cet argent ne doit pas être pris en compte par le PSG pour équilibrer ses comptes, elle s’expose tout d’abord à un contre-feu judiciaire. Le club parisien peut tout à fait contester à l’UEFA le droit de remettre en cause ce contrat. Après tout “c’est une convention entre deux parties régie par le droit commun des affaires”, souligne Christophe Durand. Rien ne dit qu'un juge fasse primer l'autorité de l'UEFA sur une convention de droit commun.

On se souvient de l’arrêt Bosman de 1995. La Cour de justice de la communauté européenne (CJCE) avait alors fait primer le droit du travail sur les règles de l'UEFA qui voulait interdire aux clubs d’aligner plus de trois joueurs étrangers sur la feuille de match.

Mais même si le PSG ne veut pas entamer une longue bataille judiciaire, que peut faire l’UEFA ? En théorie, l’instance européenne peut exclure le PSG de la lucrative Ligue des champions. “Sauf que si elle le fait et qu’elle fait peser une telle menace sur d’autres clubs appartenant à des riches propriétaires comme Manchester City ou Chelsea, elle risque de rendre la Ligue des champions beaucoup moins intéressante et donc moins lucrative pour elle”, note Bastien Drut.

Finalement, le contrat de sponsoring peut se révéler être la solution idéale pour le PSG et pour l’UEFA. Le propriétaire qatari aurait très bien pu  injecter directement les fonds dans le club pour éponger les dettes, mais “l’UEFA n’aurait pas pu laisser passer ça au regard des règles du 'Fair Play Financier'”, assure Christophe Durand. Pour lui, ce montage imaginé par le Paris Saint-Germain, permet à l’UEFA “de dire malgré tout que c’est acceptable par rapport aux pratiques du marché”. Mieux vaut avoir l’air ridicule que d’avoir à prendre une sanction difficile à appliquer.

Première publication : 21/09/2012

  • FOOTBALL

    Le PSG frappe fort pour son retour en Ligue des champions

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Ligue 1 : Première victoire pour le PSG, Marseille en tête

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mercato : la signature d'"Ibra" propulse le PSG dans une nouvelle dimension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)