Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

Sponsor qatari : comment le PSG contourne le "Fair-play financier"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 21/09/2012

Le club parisien, propriété d’un milliardaire du Qatar, serait sur le point de signer un mirobolant contrat de sponsoring avec une banque qatarie. Une manière aussi originale que discutable de contourner les règles de "Fair-play financier" de l’UEFA.

Le Paris Saint-Germain (PSG) est en train de jeter un pavé de plusieurs centaines de millions d’euros dans la mare des belles intentions économico-sportives de l’UEFA. Le club parisien serait en effet, d’après des documents consultés par l’AFP, sur le point de signer un mirobolant nouveau contrat de sponsoring de 100 millions d’euros par an pour une durée non déterminée avec une banque du Qatar. En échange, les maillots portés par les Ibrahimovic et autres Javier Pastore revêtiraient l’emblème de l’institution financière.

Un tel contrat de sponsoring maillot, dont l’existence n’a pas été confirmée par le PSG, serait un record absolu. En comparaison, la Qatar Foundation ne verse que 30 millions d’euros par an au FC Barcelone tandis que Bwin (société de poker en ligne) paie annuellement 25 millions pour que son nom apparaisse sur les maillots de la bande à Ronaldo du Real Madrid.

Cette manne d’argent serait en fait “clairement une manière de contourner les règles de 'Fair-play financier' de l’UEFA”, affirme à FRANCE 24 Christophe Durand, économiste du sport à l’université de Caen-Basse Normandie. Ce règlement, publié en 2010 par l’instance dirigeante du football en Europe, vise à obliger les clubs engagés dans des compétitions européennes à ne pas dépenser plus que ce qu’ils ne gagnent à partir de la saison 2013/2014. Une manière pour l’UEFA de forcer à plus de rigueur budgétaire alors que l'endettement net des clubs européens a atteint en 2011 6,9 milliards d'euros.

"Créatif"

Le PSG - qui a dépensé 250 millions d’euros en achats de joueurs depuis juin 2011 et sa reprise en main par le milliardaire qatari Nasser Al-Khelaifi - se devait donc de trouver rapidement beaucoup d’argent frais. Le propriétaire du club de la capitale française avait assuré, fin août, vouloir “respecter les règles” de l’UEFA en se montrant “créatif”. Ce proche du cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, dirigeant du Qatar Investment Authority, se serait donc tourné vers une banque de son pays.

La ficelle peut paraître grosse, mais “elle est en soi légale”, assure à FRANCE 24 Bastien Drut, économiste du sport et auteur de “Les attaquants les plus chers ne sont pas ceux qui marquent le plus”. Rien n’empêche, théoriquement, quelqu’un de payer 100 millions d’euros par an pour devenir sponsor d’une équipe de football. À une nuance près : lorsqu’il y a une relation capitalistique, de famille ou des intérêts communs entre le propriétaire du club et le nouveau sponsor, l’UEFA y regarde de beaucoup plus près. Dans ce cas, il faut que “le contrat soit conclu au juste prix des pratiques du marché”, rajoute cet économiste.

Une clause qui, appliquée au PSG à l’ère qatarie, risque de poser problème. “Certes le PSG a de grandes ambitions sportives, mais est-ce qu’avoir son nom sur leur maillot vaut vraiment 100 millions d’euros par an ?”, feint de s’interroger Christophe Durand. Surtout que le contrat de sponsoring maillot actuel avec Fly Emirates ne rapporte que 3,5 millions d’euros par an.

Risque commercial

Ce nouveau contrat de sponsoring, s’il devient réalité, met donc l’UEFA dans une position délicate. Si elle le juge qu’au regard des règles de "Fair-play financier" cet argent ne doit pas être pris en compte par le PSG pour équilibrer ses comptes, elle s’expose tout d’abord à un contre-feu judiciaire. Le club parisien peut tout à fait contester à l’UEFA le droit de remettre en cause ce contrat. Après tout “c’est une convention entre deux parties régie par le droit commun des affaires”, souligne Christophe Durand. Rien ne dit qu'un juge fasse primer l'autorité de l'UEFA sur une convention de droit commun.

On se souvient de l’arrêt Bosman de 1995. La Cour de justice de la communauté européenne (CJCE) avait alors fait primer le droit du travail sur les règles de l'UEFA qui voulait interdire aux clubs d’aligner plus de trois joueurs étrangers sur la feuille de match.

Mais même si le PSG ne veut pas entamer une longue bataille judiciaire, que peut faire l’UEFA ? En théorie, l’instance européenne peut exclure le PSG de la lucrative Ligue des champions. “Sauf que si elle le fait et qu’elle fait peser une telle menace sur d’autres clubs appartenant à des riches propriétaires comme Manchester City ou Chelsea, elle risque de rendre la Ligue des champions beaucoup moins intéressante et donc moins lucrative pour elle”, note Bastien Drut.

Finalement, le contrat de sponsoring peut se révéler être la solution idéale pour le PSG et pour l’UEFA. Le propriétaire qatari aurait très bien pu  injecter directement les fonds dans le club pour éponger les dettes, mais “l’UEFA n’aurait pas pu laisser passer ça au regard des règles du 'Fair Play Financier'”, assure Christophe Durand. Pour lui, ce montage imaginé par le Paris Saint-Germain, permet à l’UEFA “de dire malgré tout que c’est acceptable par rapport aux pratiques du marché”. Mieux vaut avoir l’air ridicule que d’avoir à prendre une sanction difficile à appliquer.

Première publication : 21/09/2012

  • FOOTBALL

    Le PSG frappe fort pour son retour en Ligue des champions

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Ligue 1 : Première victoire pour le PSG, Marseille en tête

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Mercato : la signature d'"Ibra" propulse le PSG dans une nouvelle dimension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)