Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

EUROPE

Face à la grogne, le gouvernement portugais recule sur certaines mesures d’austérité

Dernière modification : 24/09/2012

Le gouvernement s'est déclaré prêt, à l'issue d'un Conseil d’État, à trouver des alternatives aux mesures d'austérité, notamment la hausse des cotisations sociales, qui ont soulevé une vague de contestation dans tout le Portugal ces derniers jours.

Submergé par les critiques, le gouvernement portugais a été contraint de reculer sur l'adoption de mesures d'austérité qui ont provoquées une vague de contestation sans précédent depuis que le Portugal a reçu en mai 2011 une assistance financière.

Réuni pendant plus de huit heures, le Conseil d'Etat, convoqué par le président portugais Anibal Cavaco Silva, a fait part, dans la nuit de vendredi à samedi, "de la disponibilité du gouvernement d'étudier des alternatives" aux dernières mesures d'austerité.

Le Conseil a précisé que des discussions auraient prochainement lieu entre le gouvernement, les syndicats et le patronat.

Le Premier ministre de centre-droit, Pedro Passos Coelho, avait décidé le 7 septembre d'augmenter l'année prochaine les cotisations sociales des salariés de 11% à 18% et de réduire dans le même temps les cotisations patronales de 23,75% à 18%.

Ce projet avait provoqué un flot de critiques et valu au Premier ministre le surnom de "Robin des Bois des Riches".

"La mesure emblématique de la baisse des cotisations patronales, compensée par la contribution accrue des travailleurs, est mort-née. Paix à son âme", a commenté le quotidien Diario de Noticias dans un éditorial.

Alors que le Conseil d'Etat était réuni, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant la présidence et y sont restées jusqu'à la fin des délibérations pour clamer leur mécontentement.

"Voleurs, voleurs...", "le peuple est fatigué d'être volé et humilié", ont scandé les manifestants qui lançaient des pétards et brandissaient des portraits du Premier ministre portant le mot "voleur" écrit en gros caractères.

Les protestataires avaient répondu à un appel, lancé sur les réseaux sociaux, par un mouvement apolitique déjà à l'origine des manifestations qui, il y a une semaine, avait fait descendre des centaines de milliers de personnes dans les rues de Lisbonne et d'une trentaine de ville.

L'ampleur de la contestation avait surpris la classe politique et pris de court les syndicats. De crainte de perdre la main, la principale centrale, la CGTP, a annoncé un grand rassemblement à Lisbonne le 29 septembre.

Frappé par une grave crise économique, le Portugal, a obtenu en mai 2011 une aide de 78 milliards d'euros de l'Union européenne et du Fonds monétaire international, en contrepartie d'un sévère programme de réformes et d'austérité.

Mais la rigueur à faire reculer l'économie de plus de 3% au deuxième semestre et le chômage dépasse désormais 15% de la population active.

Le gouvernement, qui peine a réduire ses déficits, a obtenu de la "troïka" (UE-FMI-BCE), représentant les bailleurs de fonds du Portugal, un délai pour y parvenir alors que le renforcement de l'austérité, prévue par M. Passos Coelho, était également destinée à rassurer les créanciers.

Mais face au mécontentement, le Premier ministre a dû mettre de l'eau dans son vin. Lors d'une intervention au parlement, précédant la réunion du Conseil d'Etat, il s'était déjà déclaré disposé "à discuter du problème" du renforcement de l'austerité. "Je ne confonds pas la détermination et l'intransigeance", avait-il dit.

Une forte tension était également apparue au sein de la coalition au pouvoir, entre le Parti social-démocrate (PSD) de M. Passos Coelho et le parti conservateur (CDS-PP) du ministre des Affaires étrangères, Paulo Portas, partisan d'une révision des mesures.

Les deux partis ont toutefois réussi à surmonter leurs divergences et réaffirmé, à l'issue d'une récente réunion, leur volonté de préserver la coalition.

AFP

Première publication : 22/09/2012

  • ZONE EURO

    Après la Grèce, le Portugal ratifie à son tour le pacte budgétaire européen

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Grève générale contre la politique d'austérité du gouvernement

    En savoir plus

  • PORTUGAL

    Manifestation monstre contre la rigueur à Lisbonne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)